La centrale biomasse E.on de Gardanne : la controverse

Rédigé par Eva Souto, le 18 Jul 2014, à 16 h 00 min

E.ON est un des premiers producteurs et fournisseurs d’électricité et de gaz en Europe. Il s’engage pour la transition énergétique et c’est dans ce cadre que s’inscrit sa dernière action : convertir la centrale de Gardanne à la biomasse. Mais la polémique enfle autour de cette métamorphose. Enquête.

La biomasse : une bioénergie très prisée

Dans le domaine de l’énergie, et plus particulièrement des bioénergies, le terme de biomasse désigne l’ensemble des matières organiques d’origine végétale (algues incluses), animale ou fongique (champignons) susceptibles de devenir source d’énergie par combustion, méthanisation (biogaz) ou après de nouvelles transformations chimiques (agrocarburant).

La biomasse : 2ème source d’énergie renouvelable en France

BiomasseAujourd’hui, la biomasse est au 2ème rang des sources d’énergie renouvelable en France, juste derrière l’énergie hydraulique.

En 2009, la France a produit 11 984 ktep à partir de biomasse (bois énergie, biogaz, biocarburants et agrobiomasse) contre 667 ktep éoliens et 66 ktep solaires.

L’énergie tirée de la biomasse est considérée comme une énergie renouvelable et soutenable tant qu’il n’y a pas surexploitation de la ressource, mise en péril de la fertilité du sol et tant qu’il n’y a pas d’impacts excessifs sur la biodiversité.

E.ON : convertir une chaudière de la centrale au charbon à la biomasse

E.ONLe projet porté par E.ON est le plus important jamais engagé en France.

L’objectif  de la centrale ?

Produire 150 MW avec un projet qui a été officiellement retenu par le gouvernement dans le cadre de l’appel d’offres lancée en juillet 2010 et portant sur la production d’électricité à partir de la biomasse.

E.ON : en quoi consiste concrètement son projet ?

Centrale Gardanne

Copyright E.ON

Le projet de l’électricien allemand consiste à convertir la tranche 4 de la centrale, fonctionnant au charbon et au coke de pétrole pour une puissance électrique de 250 MW en une unité de production utilisant la biomasse pour une puissance électrique de 150 MW.

Cette dernière devrait être alimentée en biomasse locale ou importée via Fos-sur-Mer à hauteur de 87 % et en charbon cendreux pour le solde. E.ON indique à ce sujet que “La biomasse locale réunit des plaquettes (bois forestiers déchiquetés), des résidus verts et des bois de récupération, en quantités limitées, triés et contrôlés“. Elle précise aussi que les bois de récupération sont non-traités ou très faiblement traités.

E.ON : le projet biomasse en chiffres

Bois coupé

L’approvisionnement en bois

fleche-E.ON : une centrale biomasse à Gardanne très controverséeEt cela aussi au niveau des objectifs de développement des énergies renouvelables en Europe. La fourniture de bois pour couvrir les besoins de la centrale d’E.ON correspondra à une consommation totale de bois biomasse locale  de 855 000 tonnes sera à terme.

Sur ces 855 000 tonnes, seulement 450 000 sont d’origine forestière dont la moitié en PACA. Le plan d’approvisionnement de la centrale prévoit d’accompagner le développement des filière biomasse locale pour développer ses capacités de production. C’est la raison pour laquelle le plan d’approvisionnement prévoit en outre d’atteindre ces 450 000 tonnes seulement au bout de 10 ans.

Dans l’intervalle, des importations permettront de faire face aux besoins et leur volume seront modulés de manière à ce que les achats d’E.ON ne remettent pas en cause l’approvisionnement des autres acteurs de la filière bois. Ces 855 000 tonnes représentent une contribution d’E.ON aux filières biomasse de 65 millions d’euros par an

Par local, E.ON entend développer un approvisionnement en provenance des régions Provence-Alpes-Côte-D’azur et Languedoc-Roussillon, ainsi que des départements limitrophes situés dans un rayon de 400 km.

Progressivement «les résidus verts provenant du nettoyage et du débroussaillage des forêts et des espaces verts publics et privés, fourniront à l’horizon 2025, 40 % du combustible biomasse locale ».

La première série de tests est prévue à l’automne 2014, avant un démarrage de l’exploitation début 2015.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. A qui profite ce crime ? Nous faire croire que seul des déchets de biomasse seront utilisées, on nous prend vraiment pour des demeurer!
    Halte a la destruction des forets méditerranéennes source de vie ,de régulation du climat, de bien être de la population.
    Ne jouer pas aux monopoly avec notre environnement!

  2. C’est mieux d’écrire et parler en toute connaissance de cause.
    Globalement les exploitants forestiers créent, lentement et maladroitement, une filière bois énergie.
    Parce qu’il y a trop de bois en France. Situé, hélas, mal à propos, loin des lieux où on a besoin du bois énergie.
    Ce qui le rend moins rentable, ces derniers mois, c’est le prix en baisse de la molécule gaz. C’est artificiel et ne durera pas.
    L’énergie de la Centrale de Gardanne fait l’objet de plusieurs projets qui, en dehors de créer de l’électricité, vont en faveur de transporter la chaleur.
    Les réseaux de chaleur, Cour des Comptes dixit, est le système le plus rentable en matière de retour sur investissement/subventions pour l’énergie, mais pas que.
    Reste à convaincre certains gros et petits consommateurs que 1.000 chaudières à gaz, au fioul ou au bois sont bien plus néfastes et moins rentables qu’une seule grosse, tant pour l’écologie que pour l’environnement.
    Encore faut il qu’ils enlèvent les poutres qu’ils peuvent avoir dans les yeux et qu’ils privilégient la véritable écologie: locale, nationale, mondiale, au lieu de s’agiter dans leur sphère privée.
    Et d’assurer aussi et surtout une indépendance énergétique et des emplois pérennes.

  3. A noter aussi, une grosse centrale bois biomasse dans le départ-t 37 ( projet CRE4 ),Descartes devant utiliser 220 000 tonnes de bois biomasse par an. Juste à coté d’une papèterie (dont le rachat est conditionné au projet précédent. http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2014/01/09/La-centrale-brulera-220.000-tonnes-de-biomasse-1750706 , A 52 km de là St Pierre des Corps ( 37 ) une centrale aussi utilisant jusqu’à 92 000 t de bois. Mais jusqu’où iront les camions pour trouver tout ce bois ? Qui va payer les dégâts santé ( Tours 2 jours dans le rouge 2 j de suite http://jc25mercier.free.fr/chaudieres/#qualite-air
    ) , routes, et tout ça est financé par l’ADEME pour avoir les “23 % d’énergie renouvelables en 2020” ? mais où sont nos écologistes ?

  4. Comment une telle centrale peut-elle être autorisée ? Si l’on survole le territoire français avec Google Earth, il est effrayant de voir à quoi se réduit actuellement sa superficie. Les publications vantant la bonne santé de la forêt française prêtent à sourire : Si elles sont présentées pour avoir gagné en surface, elles sont clairsemées et ne comportent le plus souvent que des arbres de petite circonférence. Combien de temps de faut-il pour qu’un arbre pousse et combien de temps faut-il pour le couper ? Rapidement, il faudra importer du bois pour alimenter cette centrale. La forêt est vitale pour toutes les nations, pour la faune. Elle est un patrimoine commun. La réalité mondiale de son exploitation montre sa disparition inexorable. Les conséquences en sont inestimables. Comment peut-on encore contribuer à cela ?

    • Merci pr cette réaction fort raisonnable.

      Je me bas moi-même régulièrement contre l’idée reçue dangereuse selon laquelle la forêt française est abondante, en bonne santé, et inépuisable.

      Une mobilisation citoyenne devra tôt au tard se faire jour …

  5. Tellement mieux est “L’ENERGIE LIBRE ” .Voir Nikolas TESLA sur wiki !!!!

  6. Je ne pense pas que ce type de centrales de grosse puissance soient la solution, et je pense aussi qu’il faut au maximum valoriser la chaleur résiduelle par la cogénération ce qui est peu compatible avec des centrales de cette taille…
    Pour autant je ne vois pas pourquoi s’opposer systématiquement à l’importation de Biomasse énergie : autant que je sache le charbon et le pétrole qu’elle vient remplacer sont eux aussi importés, en plus d’être grands émetteurs de CO2. Si cette biomasse provient de forêts gérées durablement, comme cela semble être le cas au Canada, que le bilan du transport est acceptable (elle est transportée en bateau, et je ne suis pas sûr que son bilan carbone soit pire que celui de biomasse qu’on irait chercher à 100 km de la centrale en camion, sachant que dans le cas présent la centrale est près d’un port…), je ne vois pas de raison de s’y opposer par idéologie.
    A mon avis mieux vaut importer de la biomasse que de faire peser un risque de déstabilisation de la filière bois locale.

    • L’idéologie, moinsieur, c’est vous qui la portez. Le constat de départ est simple : il faut de 50 à 100 ans pour faire un arbre adulte, et il faut quelques minutes ou quelques secondes pour l’abattre.

      Sachez, de plus, que le Canada est le pire exemple qui soit en matière de gestion des forêts. Même si ce pays était exemplaire, sa taille et sa démographie font que son modèle serait intransposable en Europe.

  7. Encore moi ! Il est évident que se chauffer directement au bois, au fuel, au gaz, est bien plus rentable que de passer par l’intermédiaire de l’électricité ! Le chauffage électrique est une aberration ! Le rendement d’une centrale électrique est au mieux, de 30%, pour une nucléaire, et de 50%, pour une centrale au gaz, à cycle combiné ! Et, vous n’y pouvez rien ! C’est une loi de la nature, connue sous le nom de théorème de Carnot ! Pourquoi autant de chauffage électrique, en France ? Parce que, tt le monde sait, qu’en France, 80% de l’électricité est d’origine nucléaire, et comme, on ne peut pas arrêter instantanément une centrale nucléaire (on dit qu’elle a une gde inertie, c’est comme un gros bateau !), on a, la nuit, en particulier, un excédent d’électricité, il faut bien en faire qq chose, et c’est pour ça, que vous avez des tarifs heures creuses et heures pleines, et du chauffage électrique ! C’est pas + compliqué que ça !
    Alors faire une centrale électrique, qui fonctionne, à la biomasse, devinez ce que j’en pense !

  8. “Biosphère du Luberon” pas “Lubéron” !

Moi aussi je donne mon avis