Cadeaux de Noël, sapins, bûche : d’où vient la tradition ?

Les plus créatifs les préparent eux-mêmes, les plus pressés courent les boutiques. Il est de coutume à Noël d’offrir des cadeaux aux enfants, mais aussi aux membres de sa famille et aux amis. Les enjeux économiques qui se sont développés autour d’une telle pratique ne font évidemment que l’encourager. Mais d’où vient cette tradition, à l’origine charmante, ainsi que celle de la bûche et du sapin de Noël ?

Rédigé par Véronique Desarzens, le 13 Dec 2015, à 10 h 30 min

Les cadeaux de Noël remontent au 13ème siècle. Dans le monde chrétien, l’échange de cadeaux à la période de Noël remonte au 13ème siècle, et fait semble-t-il référence aux offrandes des bergers et des mages venus saluer l’enfant Jésus. Le jour choisi pour offrir – et recevoir – les présents varie d’ailleurs considérablement d’un pays, et parfois d’une région à l’autre.

Ainsi, même si on évoque surtout la nuit du 24 ou le matin du 25 décembre pour gâter ceux que l’on aime, c’est parfois Saint Nicolas qui apporte les cadeaux, le 6 décembre déjà, ou alors Sainte Lucie le 13. D’autres attendent le jour du Nouvel An, d’autres encore celui des Rois.

L’Italie, championne des cadeaux

Les grands gagnants de toutes ces variantes ?  Incontestablement les enfants italiens dont les parents respectent toutes les traditions : Saint Nicolas (le 6 décembre) ou Sainte Lucie (le 13) distribuent traditionnellement friandises, biscômes ou autres petites attentions.

Le 24 ou le 25, toujours très attendu, Babbo Natale, le Père Noël, fait sa tournée, avec des cadeaux plus conséquents. La veille du 6 janvier, c’est la fée Befana qui termine les festivités en passant pendant la nuit déposer bonbons et autres douceurs pour les enfants sages, et, selon la légende, du charbon pour les autres. Histoire sans doute de bien disposer la fée, certains déposent d’ailleurs un fruit à son intention, à côté des chaussettes destinées à recevoir les bonbons.

Les sacrifices, ancêtres des cadeaux de Noël ?

Qu’elle soit aujourd’hui associée à Saint Nicolas, au Père Noël ou aux Rois mages, la tradition d’échanger des cadeaux en fin d’année trouve ses origines bien avant notre ère. Ainsi, on retrouve déjà la coutume dans la Rome antique, lors des Saturnales, de grandes réjouissances dédiées au dieu Saturne et à la liberté, qui se déroulaient chaque année entre la mi-décembre et début janvier.

Elle avait d’ailleurs probablement elle-même pour origine les sacrifices offerts aux dieux lors du solstice d’hiver, dans l’espoir d’être protégé des mauvais esprits et d’avoir de bonnes récoltes pendant toute l’année suivante. La tradition des cadeaux de Noël a donc une très longue et très vieille histoire.

Qu’en est-il de l’origine de Noël, du sapin, de la bûche ?

Il était une fois, il y a fort longtemps … une fête païenne, célébrée de différentes manières selon les endroits, pour accueillir le solstice d’hiver. Dans la Rome antique, par exemple, de grandes réjouissances, les Saturnales, dédiées au dieu Saturne et à la liberté, se déroulaient chaque année entre le 17 et le 24 décembre. L’échange de cadeaux faisait déjà partie de la coutume, mais ce n’est que bien plus tard que la fête païenne qui marquait le solstice est devenue Noël. Il faudra attendre 3 siècles après le début de notre ère pour que Noël soit reconnu comme fête religieuse officielle, commémorant la Nativité, et deux siècles encore pour qu’elle soit généralisée.

Lire page suivante :
D’où viennent sapin et bûche de Noël ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, rédactrice indépendante, orientée mieux-être, santé, environnement, produits naturels et autres potions « maison ».

2 commentaires Donnez votre avis
  1. L’arbre de Noël est apparu pour la première fois dans la ville de Séléstat, située dans le Bas-Rhin. 🙂

  2. Je rajoute un peu d’alcool sur le feu… La coutume en Provence, veille de l’an nouveau. On mettait une bûche, effectivement, que l’on arrosait d’un alcool, en y mettant le feu, et en prononçant la phrase : “A l’an qué ven” (à l’année qui vient) !

Moi aussi je donne mon avis