Après dix ans de captivité, deux bélugas rejoignent un sanctuaire en Islande

Deux bélugas précédemment détenus dans un centre de recherche russe, puis un aquarium chinois, ont terminé leur adaptation et viennent d’être transférés dans un bassin délimité situé au large de l’Islande.

Rédigé par consoGlobe, le 11 Aug 2020, à 12 h 00 min

C’est l’avant-dernière étape avant la remise en liberté pour ces deux bélugas, qui n’avaient pas vu la mer depuis près de dix ans.

Le premier sanctuaire marin « en pleine mer » au monde pour les cétacés

Capturés dans l’extrême-orient russe en 2011 à l’âge de deux ans, les deux bélugas surnommés Petite Blanche et Petite Grise viennent de franchir l’avant-dernière étape avant leur remise en liberté dans un sanctuaire pour cétacés en Islande(1). Ils ont été placés dans un bassin situé en mer, où ils seront surveillés le temps de leur adaptation au milieu naturel. Car la démarche n’est pas anodine : c’est la première fois que ces deux femelles de 900 kg chacune voient la mer depuis neuf ans.

bélugas

Little White et Little Grey : une nouvelle vie pour ces deux bélugas © SEA LIFE TRUST Beluga Whale Sanctuary

Sea Life s’oppose à la détention en captivité de cétacés

En 2012, trois bélugas avaient été vendus par les Russes à un aquarium chinois, le Changfeng Ocean World à Shanghai (le troisième est mort dans cet aquarium à l’âge de 17 ans). En 2012, cet aquarium a changé de propriétaire et est depuis géré par Merlin Entertainments, l’exploitant britannique de différents parcs d’attractions à travers le monde, y compris des célèbres aquariums Sea Life. La direction de Sea Life étant opposée à la détention de cétacés, une solution a dû être trouvée.

Lire aussi : Baleines échouées : pourquoi tant de cétacés finissent en masse sur les plages ?

C’est le Sea Life Trust, en partenariat avec l’ONG Whale and Dolphin Conservation, qui a payé pour l’aménagement du sanctuaire entouré de filets – il est peu probable que ces animaux puissent survivre dans leur habitat naturel en pleine liberté – dans la baie de Klettsvik, en Islande, et a organisé leur transport vers ce pays, où ils sont arrivés en juin 2019 pour passer 14 mois sous l’oeil vigilant de spécialistes.

Désormais ils sont en semi-liberté, et leur état est évalué 24h/24 selon le Sea Life Trust, qui assure que ce sanctuaire est « l’un des plus grands aménagements jamais réalisés dans le monde pour les cétacés ».

bélugas

Il a fallu 4 années de recherches pour trouver l’endroit idéal pour les bélugas : la baie de Klettsvik en Islande © SEA LIFE TRUST Beluga Whale Sanctuary

Lire aussi : La Russie va relâcher des orques et des bélugas… mais loin de leur habitat d’origine

La vente aux aquariums de bélugas, une activité qui reste permise en Russie

La capture et la vente à l’étranger de bélugas fait partie du programme « Béluga – baleine blanche » financée par la présidence russe. À sa tête, Lev Muhametov, membre de l’Académie russe des sciences et également propriétaire de plusieurs delphinariums en Russie. « Notre établissement a réalisé avec succès le transport sur de grandes distances de bélugas, à destination de l’Argentine, du Japon, du Taïwan et de la Thaïlande, ainsi que des territoires moins éloignés », racontait-il dans une interview de 2013, dont le texte est toujours consultable sur le site du programme « Béluga – baleine blanche »(2).

Andy Bool, directeur du SEA LIFE Trust, espère qu’ « ouvrir la voie à la création de ce premier sanctuaire de cétacés au monde, va montrer qu’il existe une option différente pour ces animaux dans un environnement d’aquarium ».
« À terme, nous espérons que cela conduira à un changement de perception. De quoi fournir une lueur d’espoir pour tous les bélugas en captivité dans les aquariums du monde entier » !

Illustration bannière : Deux bélugas © Miles Away Photography
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis