Béa Johnson, la dame au zéro déchet : l’exemple à suivre ?

Rédigé par Eva Souto, le 17 Jun 2014, à 10 h 28 min

Le continent américain est connu pour sa démesure et sa surconsommation. Et pourtant, Béa Johnson, une Française originaire d’Avignon a choisi de faire fi de ce fait et d’y vivre en produisant… zéro déchet ! Une aventure extraordinaire qu’elle mène depuis déjà 5 ans. Zoom sur une femme à part qui a beaucoup à nous apprendre.

Béa Johnson : une aventure américaine pas comme les autres !

Béa JohnsonC’est en tant que fille au pair que la française Béa Johnson arrive aux Etats-Unis. Puis, elle rencontre son mari et ne décollera plus de sa nouvelle terre d’accueil.

A partir de ce jour, elle adopte le mode de vie américain : grande maison, 4×4, chien etc. En somme, tous les stéréotypes qu’on prête aux américains.

Pendant 7 ans, Béa profite de ce « soi-disant » bonheur qu’offre l’hyperconsommation. Jusqu’au jour où elle se rend compte que cette vie lui procure une profonde insatisfaction et un immense malaise.

Déménager pour repartir du bon pied

Elle convainc alors son mari de déménager et d’aller vivre hors de l’immense agglomération de San Francisco. Le lieu est choisi : Mill Valley, dans la banlieue Nord, à côté de Sausalito.

Avant de trouver la maison de leur rêve, il leur faut 1 an. 1 an durant lequel ils vivent en appartement et laissent la majorité de leur mobilier en garde-meubles.

C’est là que le déclic survient : les époux Johnson se rendent compte que le strict nécessaire suffit à leur quotidien. Ils s’installent donc dans une maison 2 fois plus petite qu’auparavant et donnent ce dont ils n’ont plus usage. Et cette prise de conscience les conduit à s’intéresser à l’écologie et au désencombrement.

Béa Johnson, ou comment vivre sans déchet au quotidien !

Bocaux Béa JohnsonBéa Johnson et son mari évaluent à la loupe chacun de leur besoin, scrutent chaque détail et passent au crible chacune de leur envie.

Dès lors, Béa écume les magasins où elle peut acheter des produits en vrac (céréales, graines, farines etc.).

Elle confectionne des sacs en tissu sur lesquels elle annote le poids du sac. Lors du passage en caisse, rien de plus facile : elle pèse et déduit le poids du contenant !

Mais ce n’est pas tout : Béa utilise également des bocaux en verre d’1 litre dans lesquels elle met viande, poisson, fromage, charcuterie etc. Elle évite soigneusement les éléments suremballés et oriente sa consommation sur le « strict nécessaire ».

Béa Johnson : une maison épurée…

poubelleBéa Johnson a pensé à tout. Dans la salle de bain par exemple où elle a supprimé la poubelle. Le coton a été remplacé par des lingettes lavables, les cosmétiques et produits d’hygiène sont faits maison… seul un produit de beauté est issu du commerce : la crème de protection solaire

Pour les lèvres, Béa fabrique son baume à base de cire d’abeille et d’huile de sésame et pour les joues, un peu de chocolat en poudre !  Enfin, les savons et autres démêlants sont achetés en vrac !

…et des placards vidés !

Garde-robe  Béa JohnsonPour les vêtements, Béa, qui a côtoyé une école de mode, choisit des habits utilisables d’une saison sur l’autre.

Ainsi, elle ne possède que 2 robes, 2 jupes2 pantalons, 1 short, 3 pulls, 7 hauts, 6 paires de chaussures (dont 1 paire de pantoufles), 7 culottes, quelques paires de chaussettes qu’elle emprunte rarement à ses enfants et collants et… 1 soutien-gorge !

Les séances de shopping ont lieu 2 fois par an, et se font généralement dans des magasins de fripes.

fleche-nota-bene Béa Johnson, la dame au zéro déchet : l'exemple à suivre ?Pour les costumes, jeans et chaussures en revanche, elle achète neuf pour maximiser leur usage. Mais depuis 2 ans, exit le neuf, elle n’achète plus que du 2ème main. Enfin, la moitié de l’ameublement de la maison est issue de récupération. Et cela, toujours dans l’optique de mettre en oeuvre la devise de Béa : « refuse, reduce, reuse, recycle, rot » (refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter).

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

46 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai un peu de mal à croire à toutes ces affirmations…
    Que fait-elle des pelures d’agrumes qui ne sont pas compostables ? et des vieilles brosses à dents?de la vaisselle cassée ? etc, etc, etc…

  2. Jamais je ne voudrais vivre chez elle, c’est tellement stérile, on se demande si cette famille y vit vraiment ! Les chambres de ses enfants sont d’un triste ! Bcp de ses conseils sont un peu débiles, comme ne pas garder des tenues qui n’ont pas servi depuis un moment… et pourquoi donc ? Moi, je me fous de la mode, je porte des vêtements que j’aime et dans lesquels je me sens bien, je garde une tenue vestimentaire ou deux pour les grandes occasions, cela m’évite de perdre du temps à en chercher quand j’en ai besoin. Éviter de consommer, c’est une évidence, éviter les emballages, bien sûr, mais pas évident ! recycler, réutiliser, aussi des évidences, mais bon, c’est évident, il y a des gens qui ont encore besoin qu’on leur ouvre les yeux ou qu’on enfonce des portes ouvertes, si elle peut servir à cela, tant mieux ;-)D’un autre côté, c’est devenu une vaste entreprise commerciale : un bouquin, des articles en vente dans sa boutique en ligne… on fait feu de tout bois ;-))

  3. j’ai assiste à sa conference à tavel ce mercredi 15 juin; en fait c’est avant tout une façon de vivre minimaliste; adaptée à la region où elle vit
    (pas de vetement d’hiver- pas de bricolage; des magasins qui vendent en vrac (peu courant chez nous), ellez nous decrit sa maison pas de bibliotheque, aucune decoration à tout instant ils peuvent embarquer leurs affaires personnelles pour louer leur maison; ses astuces pour faire des économies n’ont rien de nouveau (conserves de tomates) mais elle ne parle pas de faire ses propres confitures – chez nous dans la region paca on peut aussi glaner dans les champs; chiner ses meubles dans des vides greniers c’est courant on peut même faire les poubelles-il y a de quoi recuperer; quand au produit basique tel que le vinaigre ou le bicarbonate de soude rien de nouveau; par contre elle ne parle pas d’économie d’énergie, d’économie d’eau qui sont pour moi des problème important; donc j’ai été très décue et j’ai eu l’impression d’avoir perdu mon temps

    • Merci pour ce commentaire. Je me posais moi aussi des question sur la réplicabilité des conseils de Béa. Merci de m’avoir éclairée sur le sujet.

  4. Quelques trucs intéressants à collecter dans le bouquin de Béa Johnson, mais pour les trouver, il faut s’avaler des pages et des pages de “conseils” absurdes ou irréalisables. Avoir un seul élastique pour attacher ses cheveux ? Ah oui, chacun sait que les élastiques sont éternels et qu’on n’a jamais besoin de les renouveler. Pas de poubelle dans la chambre, puisqu’il y en a une dans la cuisine. Et ça dérange qui ou quoi d’avoir une poubelle dans sa chambre ? c’est ça qui réduit les déchets ? Non, puisqu’on va les mettre ailleurs ! Pas d’essoreuse à salade ? et quel mal fait-elle l’essoreuse ? revenir au torchon ? et pourquoi pas laver son linge à la main, ça économiserait de l’électricité ! Je suis très gênée par cet idéal minimaliste et puritain. Ne pas garder les bijoux de famille, avoir un minimum de vêtements et d’accessoires. Quelle place fait-on au plaisir, au superflu, à la coquetterie ? Non, je n’aime pas cette mentalité presque sectaire, cet extrémisme dans une idée qui, au départ, était bonne. Il faut de la modération en tout…

    • entièrement f’accord avec vous. Certains passages étaient inressants, mais non applicables en France.Chacun doit essayer de faire ce qu’il peut selon ses propres moyens.
      Par ailleurs, je suis assez sceptique sur cette conception minimaliste qui frise le sectarisme..La voie du juste milieu existe..

    • Je ne suis pas d’accord avec vous. Dans son livre, Béa partage avec nous ses astuces qui lui ont permis de réduire ses déchets. Elle n’oblige personne à faire exactement comme elle mais nous invite à repenser notre mode de vie, à réfléchir davantage sur ce qu’on achète, ce qu’on jette,… Si vous tenez à votre essoreuse à salade, vous pouvez la garder !!! Si vous voulez avoir plusieurs poubelles, vous pouvez aussi !!! A la maison, nous faisons des gros efforts pour réduire nos déchets depuis un an déjà, nous sommes très très loin de ce que fait Béa, peut être n’y arriverons nous jamais, mais je pense que chaque petit geste pour la planète compte… Nous faisons ce que nous pouvons, et avons réduit nos poubelles à 2 ou 3 par mois, contre 6 auparavant, c’est déjà une victoire pour nous. Je suis esthéticienne de formation et je peux vous dire que ce mode de vie plus “simple” n’a rien enlevé à ma coquetterie et à ma féminité. Nous nous faisons plaisir autrement qu’en allant faire du shopping, c’est tout. Et je peux vous assurer que l’on retrouve au fur et à mesure les vraies valeurs et les vrais plaisir de la vie …

  5. bonjour.tres decue d’un masque pour visage avec du vinaigre de cidre qui m’a bruler le visage.elle devrait etre sure avant de mettre des recettes dans son livre

  6. Je pratique le “Zéro Déchet” (ou plutôt : je vais VERS le “Zéro Déchet”) depuis que j’ai lu son livre. Une très bonne réflexion sur notre façon de consommer ! Vivre mieux avec moins : ce n’est pas si compliqué. J’ai hâte d’aller voir sa conférence à Briec (29) le 31 mars 2015. Que son expérience serve d’exemple.

    • ce n’est pas a Roubaix meme? Je compte m’y rendre en stop dc si vous pouviez me donner l’adresse et l’heure de début de la conférence, merci encore
      bien a vous, QUETZAL

  7. Bonjour,
    Impressionnant ce qu’elle a pu réaliser..
    Sur youtube je regarde des vidéos de Celine Taboue qui parle beaucoup du corps et des aliments qu’on mange et qui conseille que fruit et légumes. les fait des demonstration de produit faits maison (comme des dentifrice naturelle et qui peu durée jusqu’à une année).

  8. J’adhère la démarche, je n’en fait que 2% et encore.
    La lessive de la famille, comment est-elle faite ?

    • Pour tous ceux qui vivent dans le Nord, je vous propose carrément d’aller poser vos questions à Béa Johnson en personne puisqu’elle sera à Roubaix le 30 mars 2015 :

      irelook.com/actus/bea-johnson-a-roubaix/

  9. a coincoin

    c’est vraiment pas sympas de critiquer , béa a eu raison de réagir pour montrer aux gens qu elle a essayer et qu elle a reussi et que tout le monde peut faire des efforts , vous ne voyez pas qu en ce moment il y a des problemes de pollution ??
    on est la pour partager les reussites ou les echec de zero dechets ..
    et les economies a réaliser …..

Moi aussi je donne mon avis