Aviation. Le ciel nous tombe sur la tête ?

Rédigé par Jean-Marie, le 7 Apr 2008, à 16 h 28 min

Aviation – un impact global finalement assez limité mais en rapide progression

aeroport-avion

La pollution qui est attribuée officiellement au transport aérien ne dépasse pas 4 % de la pollution mondiale due aux transports. L’inquiétude vient bien de la croissance du trafic aérien.

Ce qui ne peut être contesté est que l’aviation est l’un des secteurs qui croissent le plus depuis des années en termes de dioxyde de carbone. On prévoit un doublement du nombre de passagers en 2008 et 2018 et doubler voire tripler d’ici 2025.

Avion pollution

L’année 2004 avait été une année record avec 14 % de croissance du trafic aérien. Airbus prévoit que le nombre d’avions commerciaux en activité va doubler d’ici 2025 et passer de 12676 fin 2005 à 27 307. La FAA, l’autorité de régulation aérienne américaine, prédit que du fait de la croissance du trafic les émissions de gaz à effet de serre vont augmenter aux Etats-Unis de 60 % sur la même période.

 

aviation La plupart des constructeurs et compagnies aériennes s’efforcent de se préparer à une obligation de faible émission de C02 et donc de basses consommations de carburant.

Aviation- A savoir

  • Le Parlement européen a voté un texte obligeant les avions qui survolent l’Europe à diminuer leurs émissions de C02 de 10 % d’ici 2011 faute de quoi ils devront acheter des crédits carbone sur le marché européen des échanges de quotas de carbone EUETS.
  • Richard Branson, le PDG britannique a promis de réinvestir les bénéfices de ses trains et de ses avions sur 10 ans – 3 milliards de dollars – dans la lutte contre le réchauffement du climat.
  • L’aéroport de Zurich a adopté le principe de « bulle environnementale », qui revient à considérer un aéroport comme une source de pollution industrielle, comme une centrale d’incinération par exemple. On calcule alors les émissions du site (l’aéroport) et on lui impose des seuils à respecter choisis par l’OMS et les Directives Européennes.

Aviation – Repères

  • Le monoxyde de carbone (CO) est un poison pour l’ hémoglobine.
  • Les oxydes d’azote NOx et de soufre SO2 sont des gaz fort irritants pour les voies respiratoires.
  • Les oxydes d’azote NOx se transforment sous l’influence des rayons ultra-violets en Ozone O3.
  • L’Ozone est un Gaz qui se trouve à la fois dans la haute atmosphère – où il protège la Terre des UV du soleil – un gaz dont chaque molécule est composée de 3 atomes d’oxygène (O3). C’est un gaz à effet de serre, présent naturellement dans l’ atmosphère, où sa concentration est augmentée par les activités humaines. L’Ozone irrite les poumons.

*

Lire également sur l’aviation :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

27 commentaires Donnez votre avis
  1. et l’aviation ne paye accunes taxes ni accises sur le kérosène

    si l’europe taxait l’aviation européenne elle toucherais:

    plus de 50.MILLIARS d’euros par an qui serviraient a isoler les

    anciennes habitations,remplacer les vieilles chaudières par de novelles

    plus écologiques,par de grosses primes données aux particuliers

  2. Bonjour
    Je vous signale une erreur dans les chiffres que vous annoncez sous la 2eme image de l’article
    https://www.consoglobe.com/aviation-tombe-tete-2348-cg
    140 tonnes de CO2 / an dans l’air Francilien est largement sous-estimé.
    3kg/km/passager x
    100 passagers/avions x
    1000 km / passager =
    300 ton de CO2 par vol

    Et pour 10000 mouvements supplémentaires
    => 3 000 000 tonnes = 3 millions de tonnes soit 21000 fois plus

Moi aussi je donne mon avis