La 3ème révolution industrielle de Jeremy Rifkin, graal ou chimère ?

Rédigé par Jean-Baptiste B., le 29 Dec 2013, à 12 h 18 min

Le monde rêvé de Jeremy Rifkin

Cependant, les cinq piliers de la révolution industrielle voulue par Rifkin font l’objet de critiques sur la forme et sur le fond.

Rifkin critiqué sur la forme

Les principales critiques portées contre Rifkin décrient la façon dont son livre est rédigé.

révolution industrielle nordIl suffit en effet d’en lire quelques pages pour découvrir les premiers noms d’hommes politiques célèbres, qui seront par la suite rabâchés tout au long de l’ouvrage : Rifkin se complaît dans le « name droping » et se pose régulièrement en homme influent et respecté qui chuchoterait à l’oreille de grands de ce monde. Le livre souffre également d’un manque évident de rigueur, tant au niveau des chiffres avancés, dont les unités ne sont d’ailleurs pas toujours précisées, qu’au niveau des sources, qui ne sont presque jamais citées.

Ceci n’empêche cependant pas Rifkin d’être aujourd’hui grassement rémunéré pour donner des conférences sur le thème de la troisième révolution industrielle.

Les imprécisions de Rifkin et sa tendance récurrente à se décrire lui-même comme inspirateur des politiques nationales ou mondiales le poussent par exemple à déclarer que l’Union Européenne aurait officiellement adopté ses idées dans son « paquet énergie climat ». Mais après vérification, il s’avère que les cinq piliers de Rifkin ne sont que partiellement repris, voire pas du tout évoqués, par les textes de l’Union.

Une exagération certes bénigne, mais qui ne fait qu’augurer des critiques que les experts portent sur le fond du propos.

Rifkin critiqué sur le fond

Nous reprendrons ici l’excellent texte de Laurent Minguet, un homme d’affaire belge ayant notamment été professeur de physique et employé d’une compagnie pétrolière. Ce texte, intitulé « pourquoi je n’aime pas la troisième révolution industrielle », est disponible en intégralité ici.

révolution industrielle nordMinguet y souligne que le principal problème de l’argumentaire de Rifkin est son ignorance totale des aspects techniques de la production d’énergie.

Multiplier les sources de production locales semble certes alléchant, mais cela revient aussi :

1. À risquer la sous-production

a. Car même en recouvrant tous les toits des villes de moyens de production éoliens et solaires, nous ne produirions pas assez d’énergie pour couvrir notre consommation actuelle.

b. D’un point de vue purement pratique, car les risques de panne sont multipliés : il faudrait désormais entretenir des centaines milliers d’appareils et de connexions supplémentaires !

c. Et à cause de l’intermittence. Les énergies renouvelables ne produisent pas toujours au bon moment. Au cas où les batteries de chaque bâtiment seraient vides… alors la région serait tout simplement privée d’électricité.

d. Minguet signale aussi que l’idée de Rifkin d’utiliser les véhicules électriques comme capacités de stockage supplémentaires n’est pas crédible : les conducteurs préféreront garder les batteries de leur voiture pleine pour pouvoir rouler quand ils ont envie !

2. À faire payer très cher à toute la communauté…

a. … à cause de l’utilisation de solutions technologiquement très coûteuses, notamment en matière de stockage de l’énergie.

b. … et à cause des subventions qu’il faudra mettre en place pour soutenir les filières renouvelables (et c’est d’ailleurs pour cette deuxième raison que les allemands payent aujourd’hui très cher leur électricité.

c. … et enfin car le projet de Rifkin ne permet aucune économie d’échelle.

picto-hydratation avisMinguet arrive alors à la conclusion que le modèle de Rifkin ne serait viable qu’en situation de décroissance. Rifkin n’a jamais évoqué la possibilité de la décroissance, et ne l’a sûrement jamais envisagée associée à son modèle – mais ne serait-ce pas là la solution ?

*

Je réagis

(1)  source http://thethirdindustrialrevolution.com/

 La fin du pétrocène - les 6 piliers de la transition énergétique

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Etudiant à HEC Paris, je suis depuis longtemps sensible aux sujets d'économie et de consommation durable... exactement comme consoGlobe ! J'ai travaillé sur...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Les idées de jeremy sont plausibles sur le long termes . Et ceux qui critiquent ces idées sont liés financièrement au énergie fossiles. Certes le changement est inéluctable et coutera environ 35 ans .

  2. je pense qu il faut trouver plus des d hommes comme rifkin avec de bonne idées et moins comme minguet.
    les toits ne sont pas suffisants? le desert avec le soleil? la mère avec l éolienne? la geotermique? il a bossé la physique on doit lui faire un dessin sur combien des autres méthôdes existent?
    le problême de coût sur la communeuté puis… c est une choix de société qu on doit faire,une choix politique.. l économie devrait arriver après les decisions démocratiques sur comment améliorer nos vies.
    la decroissance… l europe est en crise et on ne voit pas une vrais croissance depuis combien? il y a des théories qui afferment qu un decroissance serais envisageable.

  3. je pense du bas de mon échelle que s’il doit arrivé une révolution énergétique elle devra s’effectuer après un changement obligatoire de nos habitudes de vie . Il n’est pas concevable de continuer cette ascension de notre consommation , la terre ne supportera pas d’être vidée de son sous-sol éternellement et ça , les « grands » dirigeants industriels et politiques du monde ainsi que tous les corps scientifiques qui se battent pour qu’on entende leurs cris d’alerte ou d’alarme , le savent ; Mais jusqu’à maintenant , c’est la politique de l’autruche qui prévaut dans les « milieux autorisés » . Les peuples habitant les zones du monde où l’eau est rare savent gérer leur façon de partager ce qui devient vital , à un stade élevé de pénurie ! Nous allons bien évidemment devoir apprendre à faire des transformations dans notre mode de vie pour que la rareté ne devienne pas pénurie .

  4. Bonjour
    La production d’électricité par panneaux solaires ou par éolienne ne pourra remplacer la production actuelle et seulement en partie, tant qu’il n’y aura pas de moyens de stockage important d’électricité!

  5. Il sera toujours plus rentable de produire en grandes masses qu’avec des installations individuelles. Le solaire sur le toit se vend parce qu’il n’est pas rentable mais que les pigeons ne le savent pas. S’il était rentable on aurait suffisamment de gros investisseurs sur ce marché.

  6. surtout pour l eolienne mon voisin en a fait installe une il s en mort les doigts..IL est REVENU AUX PANNEAUX solaire merci voisin j ai bien fait d attendre..

    • allez sur « vent de colère » et vous comprendrez tout –

      (panneaux solaires et éoliennes – du pipo)

    • Il a essayé une machine à vapeur solaire ?

Moi aussi je donne mon avis