La tendance des villes autosuffisantes

La tendance des villes autosuffisantes
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

Dernièrement, on note une envie croissante de la population à consommer local, à privilégier les circuits courts et à s’approvisionner en réduisant les distances. Dans son sillage, émerge une volonté – utopique ? – de développer des villes autosuffisantes. Alors, est-il vraiment possible pour une ville d’être auto-suffisante, voire en autarcie ? N’est-il pas vain de croire que l’on peut y arriver ? Enquête sur ces villes qui tendent vers l’autosuffisance.

L’autosuffisance, c’est quoi ?

Autosuffisance alimentaireLa ville de Todmorgen a pour objectif depuis 2008 de parvenir à l’autonomie alimentaire d’ici à 2018.

Pour aider ses habitants durement touchés par la crise économique, elle fait cultiver toutes les parcelles de terre disponible. C’est de là qu’est née le mouvement des Incroyables comestibles qui visent à l’autosuffisance.

Le terme revêt plusieurs aspects qu’il paraît important de détailler. Car être autosuffisant ne concerne pas seulement l’alimentaire, comme on a parfois coutume de le penser.

La notion d’autosuffisance fait partie des concepts géopolitiques et géostratégiques qui s’opposent à la globalisation ou à la mondialisation des marchés commerciaux de l’approche dite «libérale» de spécialisation de chacun sur le métier qu’il maîtrise le mieux.

etoileElle distingue les grandes approches économiques du point de vue de la dépendance – indépendance vis à vis des ressources vitales ou jugées stratégiques pour les individus ou la collectivité. L’autosuffisance doit intervenir sur plusieurs niveaux.

Autosuffisance énergétique

Autosuffisance énergétiqueL’ »indépendance énergétique », elle, est obtenue en associant les économies d’énergie et l’efficience énergétique aux énergies renouvelables, propres et sûres (éolien, solaire, géothermie etc.).

Selon l’Insee, le taux d’indépendance énergétique est le résultat du rapport entre la production nationale d’énergies primaires (charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire, hydraulique, énergies renouvelables) et la consommation en énergie primaire, sur une année donnée. Il était en 2010 de 51.2 % pour la France en 2010 selon les calculs de l’Insee.

Autosuffisance alimentaire

C’est la possibilité pour un pays de subvenir aux besoins alimentaires de son peuple par sa seule et propre production. Celle-ci s’obtient notamment en privilégiant les filières courtes de production ainsi que les filières locales.

Autosuffisance financière

Être auto-suffisant au niveau financier implique d’éviter la dépendance aux emprunts extérieurs. Il est possible dans ce cas, de s’appuyer sur la micro-finance.

villes autosuffisantes Autosuffisance médicale

Par exemple, en ce qui concerne les vaccins, les médicaments disponibles contre une pandémie ou les moyens chirurgicaux.

Autosuffisance en matière de défense

etoileCela implique de ne plus importer en matière d’armement et de pouvoir assurer la défense de son pays, avec les moyens de production assis sur le territoire. L’autosuffisance est également exprimée en philosophie comme un idéal d’indépendance « spirituelle » ou « morale ». C’est d’ailleurs un enseignement que dispensait Diogène de Sinope dans le cadre du mouvement cynique.

Indépendance et développement soutenable

Certains, comme Hermann Scheer, député allemand, prix Nobel alternatif de 1999, considèrent l’autosuffisance (au moins concernant les ressources vitales) comme un des éléments nécessaires au développement soutenable et à la paix.

Selon lui, cela évite les conflits pour l’accès aux ressources difficilement ou coûteusement renouvelables (tel que le bois par exemple) ou le règlement de la dette des pays pauvres. A noter que l’autosuffisance n’exclut pas les échanges dans les domaines de la culture, de la communication, de la coopération ou encore de la gestion collaborative de ressources partagées.

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


1 commentaire Donnez votre avis
  1. Pourquoi faudrait il doubler la production alimentaire alors qu’on peut d’ores et déjà nourrir la planète avec tout ce que l’on produit aujourd’hui , il faut seulement une meilleure répartition des ressources…

Moi aussi je donne mon avis