Sondage rentrée – le poids de la crise

Sondage rentrée - le poids de la crise
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

crise rentrée scolaireComme tous les ans, consoGlobe.com vous a interrogé pour connaitre vos intentions quant à la rentrée scolaire. Voici le résultat sur du sondage : où l’on voit que les fournitures scolaires ne vont pas être une formalité indolore…

L’écologie pour les fournitures ; oui mais …

Les résultats du questionnaire Rentrée sur les intentions des consommateurs en matière d’achats de rentrée montrent que, comme d’habitude, vous êtes très désireux de ne pas acheter n’importe quoi n’importe comment : vous êtes convaincus des bienfaits de la consommation durable mais la crise pèse plus que les années précédentes. Comparons 2012 par rapport à  2009 :

La baisse du pouvoir d’achat se fait sentir avec plus de 36% des répondants qui comptent diminuer le budget consacré à la rentrée (27,7% en 2009). En effet, si plus de 30% des répondants n’envisagent pas de budget particulier pour la rentrée, ils sont plus nombreux à prévoir de diminuer les dépenses (36,4%) que ceux qui pensent arriver à les diminuer (24,5%). Presqu’une personne sur dix, une proportion notable pensent qu’elles dépenseront plus (9,1% vs 4,3 %). « Avec les prix qui augmentent, je n’aurais pas le choix »

Confirmation que le critère prix est repassé devant le critère Environnement, y compris parmi les membres de consoGlobe, plus de la moitié (54% vs 57,9% en 2009) des répondants place le critère économique comme le critère d’achat prioritaire lors de la rentrée prochaine.

Le critère écologique arrive ainsi en seconde position des critères d’achats prioritaires, loin devant les critères d’esthétisme et de marque. Parmi ceux qui vont faire des achats de fournitures de rentrée, le volontarisme reste fort puisque plus de 75% (es répondants acceptent l’idée de « payer plus cher » un produit plus écologique ou plus sain (vs 70% en 2009).

« Cette année, on sent très bien que les gens font encore plus attention que d’habitude, d’où l’importance accrue de toutes les astuces et conseils pratiques qui permettent de ne pas sacrifier les choix écologiques à la recherche du meilleur prix. » précise Annabelle Kiéma, responsable du Projet Rentrée chez consoGlobe

Ne pas payer plus de 5% pour le plus environnemental

Mais la limite se situe à un surcoût de 5% pour plus de la moitié de ceux qui en accepte l’idée. Au-delà, les intentions d’achat décrochent nettement.

Les fournitures ou livres d’occasion ne font plus peur

Nouveauté par rapport aux années précédentes, la question « seriez vous prêt  à acheter des produits d’occasion plutôt que neufs ? » : 78,8% de réponse positive, ce qui confirme la progression continue des formes d’achat « nouvelles » ou alternatives à l’achat du neuf.


Les fournitures scolaires

Les fournitures scolaires et de bureau comme les cahiers, crayons ou encore papiers recyclés, sont les produits stars : 83% des internautes ont l’intention de s’en acheter.

Les sacs, cartables et produits de mode (vêtements, chaussures) éco-conçus suscitent également un intérêt d’achat plus d’un tiers des répondants. Comme chaque année, les kits de rentrée de consoGlobe seront disponibles sur la boutique écologique depuis le 17 août:

*

Le dossier pratique Rentrée scolaire

astuces rentrée scolaire

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


8 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour éviter les débats au sujet du cout de la rentrée solaire, ne pourrait on pas envisager qu’a la place des allocations scolaires, que toutes les fournitures nécessaires aux élèves soient fournies par l’état ?? elles seraient bien sûr de bonne qualité sans forcément de marque coûteuse et en quantité suffisante.
    Cela soulagerait les parents pour certains stressés dans les magasins et éviterait les plaintes annuelles quasi systématiques au sujet du coût !!! Les élèves sans exception auraient tous leurs fournitures en début d’année et les pauvres parents libérés du poids de cette obligation d’achat (qualifiée par beaucoup comme une corvée)
    Bien sûr, si les parents souhaitent de la marque, rien ne les empêche de les payer eux memes.
    On pourrait par conséquent enlever les allocations scolaires qui sont par certains ménages et on le sait tous, employées pour autre chose que la rentrée scolaire : vêtement, resto, ciné, hifi, gadgets…
    cela ferait des économies pour tout le monde : pour les parents, pour l’état et nos impots seraient employés à d’autres utilités. Cela parait être du bon sens. mais je suis peut être un peu simpliste….

  2. Ma fille n’a que 3 ans et demi et je sais que si d’ici même pas 10 ans, si les choses n’ont pas changé dans l’enseignement je vais rentrer dans une guerre impitoyable avec les professeurs. Car je me rappel et je le vois malheureusement encore des cartables à +10 kg pour un élève en 6ème (mon record 12 kg pour une journée (livres, cahiers, sur le dos)) : Résultat me transformer en bonnet d’âne en pleine croissance m’a valu une belle scoliose dans le dos à l’âge adulte. Alors moi la liste collège et lycée va être simple pour mes enfants (car entre les profs qui changent, de passer au cahier et finalement racheter un classeur, etc…) Je dis STOP ! Les crayons, règles etc… Ok après c’est trieur, feuilles pour aller en cours (petits carreaux pour les maths et grands carreaux pour les autres matières) et un grands et robustes classeurs avec des intercalaires pour chaque matière si les professeurs veulent contrôler de temps en temps (et devront prévenir). Mes enfants viendront en cours organisés, (ils apprennent déjà le rangement dès 20 -24 mois) et avec le chapitre en cours et précédent.
    Quand aux livres, j’investirais pour plusieurs années dans une liseuse. Les livres seront téléchargés (en plus c’est écologique on utilise plus de papiers). Et si le collège ou le prof fait de la résistance, simple il va apprendre à me connaitre et si ils veulent renvoyer mes enfants, ils existent le CNED et je connais le procédé pour avoir suivi mon BTS ainsi et c’est d’ailleurs grâce aux CNED que j’ai eu l’idée de la liste commune et universelle au fils des ans pour mes enfants.

  3. Ecolo d’ hier
    La liste de rentrée scolaire est longue, a-t-on coutume de dire. La faute aux enseignants si exigeants, évidemment.
    En tant qu’ enseignante (à la retraite maintenant) j’ai toujours été scandalisée par l’inflation du matériel scolaire détenu par nos petits, et ça ne s’arrange pas.
    Pourquoi racheter systématiquement le matériel non utilisé l’année précédente, ou encore en bon état?
    Où vont cartable, classeur, trousse, crayon, règle, équerre, . . . . ,vêtements de sport,. . . . , et autres gadgets ou bricoles sans intérêt pour les études . . . . , -la liste est longue- , qui pourraient continuer à servir? .
    Et pourquoi toutes ces «illustrations» sur les articles scolaires, autant de royalties qui grèvent le budget, et constituent des sources de distraction ou conflit pas toujours les bienvenues pendant les heures de classe?
    Combien de gaspillage pourrait-on éviter? Et je passe sous silence les méthodes d’utilisation de ces objets.
    Quelle éducation veut-on donner à nos enfants piégés?
    Quels regard et responsabilité portent les parents sur cette consommation aveugle?
    Mais voilà, la rentrée scolaire s’assimile à présent à une grande fête commerciale, bien regrettable.
    Alors réfléchissons, ou consommons et ne nous plaignons pas

  4. Bonjour, j’ai acheté l’an passé des classeurs grands formats en carton recyclés, mon fils de 10 ans était d’accord pour faire « un geste pour la planète » plutôt que d’acheter le classeur à marques qui lui aurait fait plaisir, au même prix…quelle ne fut pas ma déception de constater qu’au bout de 3 mois les 3 classeurs étaient fichus, impossible à réparer. Je suis pourtant sensibilisée depuis mon plus jeune âge et je transmets à mes enfants ces valeurs de vigilances « éco » mais je vous avoue que je reste quelquefois dubitative sur le tout écologique qui semble nous envahir à coup de labels sans grande qualité pour beaucoup de produits courant de notre vie quotidienne…Une interanaute sceptique qui commence à regretter le temps ou les produits écologiques étaient des niches…mais étaient de qualités.

    • Bonjour Canovas
      Votre commentaire est très intéressant et met en lumière un des aspects de la démocratisation du marché des produits écologiques : le greenwashing ou la descente en gamme de produits moins chers, mais moins qualitatifs. Pour les fournitures écologiques comme non écologiques, comme pour le reste, si on achète du bas de gamme on n’a pas de qualité. Les produits recyclés peuvent être de très bonne qualité et il ne faut donc pas faire de généralisation. Juste bien vérifier son achat.

  5. Il faudrait que chaque collège et lycée fassent un achat groupé de fournitures scolaires(cela ferait descendre les prix) et forcer les profs à simplifier et non à multiplier. Il faut uniformiser les achats. C’est facile de fournir une liste et que font les familles, elles se surendettent un peu plus.

  6. Par contre les gens ne regarde pas au prix pour acheter a leur enfant des portables , des vêtements de grandes marques sportwear, des cartables « adidas » »nick » ect.. des tennis ect .. tous cela est VRAIMENT INDISPENSABLE?

    • J’ai fractionné les achats, j’ai profité des soldes TRES AVANTAGEUSES sur les fournitures scolaires, dans votre boutique en juin,fin juin je crois. Donc, il me reste quelques bricoles à acheter ces jours ci, et pour rebondir sur le commentaire précédent, je ne peux pas faire l’impasse sur le jogging Adidas, par exemple, même si éthiquement ça ne me plait pas plus que ça, écologiquement aussi, mais, parce qu’il y a un mais, c’est la SEULE marque qui résiste aux « traitements » de mon ado, et dure 1 an, voire +, mais elle grandit si vite que ça ne fait qu’un an, alors que si je prends autre chose, c’est abîmé ,fichu, déchiré en si peu de temps que je suis bonne pour en racheter.
      Pareil pour les baskets, à part Puma, rien ne résiste…

      Je suis profondément anti marques, mais là, dans le cas présent, je me suis rendue à l’évidence, je passe au delà pour la rentrée…

Moi aussi je donne mon avis