Zooms produits verts

Rev7 : le chewing-gum biodégradable qui ne colle pas… ou peu

Fini le spectacle des trottoirs maculés de chewing-gum séchés ! Voici le Rev7, un chewing-gum qui ne colle pas et qui est surtout biodégradable, disparaissant dans la nature au bout de six mois, contre 5 ans pour un chewing-gum traditionnel.

Rev7 : le chewing-gum biodégradable qui ne colle pas... ou peu

Désagréable sensation que de marcher sur un chewing-gum encore humide ou de voir les trottoirs des villes maculés de petites tâches multicolores, difficiles à enlever.

Bientôt, cette image pourrait être un mauvais souvenir grâce au Rev7 et à un brin de civilité supplémentaire.

La lutte contre les chewing-gum collants et disgracieux

Tout d’abord, qu’on se le dise, le spectacle des chewing-gum collés un peu partout (trottoirs, murs, sols, tables…) est en premier lieu un problème d’incivilité.

Qu’est-ce que cela coûte, si on est un amateur de chewing-gum, de le jeter dans une poubelle ? Cela étant dit, le chewing-gum pose également d’autres problèmes, environnementaux cette fois-ci.

 

Le chewing-gum, trop consommé, trop peu recyclé

Le monde adore les chewing-gums ! Certains expliquent que le chewing-gum est bon pour la santé car il éviterait les caries, aurait des vertus destressantes, faciliterait la digestion, voire améliorerait la mémoire.

Mais mâcher du chewing-gum est également une question de plaisir pour certains, et un moyen d’avoir toujours l’haleine fraiche pour d’autres. Tout cela pour dire que la consommation de chewing-gum dans le monde, calculée en kilos, est impressionnante :

Une consommation de chewing-gum massive qui pourrait être contre-balancée si ces petits bonbons collants pouvaient être recyclés ! Et si on connait aujourd’hui quelques opérations de recyclage de chewing-gums transformés en poubelles ou en coussins, ces opérations sont encore anecdotiques et la très grande majorité des chewing-gums mâchés sont ensuite jetés.

Le chewing-gum : une plaie à nettoyer

Le chewing-gum, ça colle, ça sèche, et cela devient ensuite impossible ou presque à enlever.

Tout d’abord, il faut savoir que le chewing-gum contient des colorants, de la gélatine, de l’émulsifiant, un stabilisant etc… Autant de composants qui restent collés à nos trottoirs.

Pour nettoyer les trottoirs souillés, divers procédés sont employés, tous plus énergivores et coûteux les uns que les autres comme l’utilisation de vapeur haute pression, ou encore la cryogénisation.

Un éventail de dispositifs qui se révèle nécessaire lorsque l’on sait qu’un chewing-gum met en moyenne 5 ans à se dégrader dans la nature.

Heureusement, un nouveau chewing-gum pourrait bientôt tout changer : le Rev7.

*

La suite p.2> Le Rev7, le chewing-gum biodégradable !