Conférence sur le climat – les deux études qui vont faire la différence

Conférence sur le climat - les deux études qui vont faire la différence

Cette preuve n’avait encore jamais été établie explicitement jusqu’ici. Des experts en climatologie viennent d’établir le lien entre le réchauffement climatique causé par l’homme et les 5 grandes vagues de chaleur apparues en 2013. Dans un contexte où les gouvernements du monde entier tentent de diminuer le réchauffement climatique, cette étude montre l’urgence de la situation.

Réchauffement climatique : deux scénarii critiques

Une question se pose désormais : sera-t-il possible de demeurer sous la barre des 2°C de réchauffement climatique définie comme seuil de danger par la communauté internationale ?

C’est la question à laquelle s’efforce de répondre 2 études publiées dans les revuesNature Geoscience et Nature Climate Change qui délivrent également leurs recommandations concernant les efforts à mettre en oeuvre pour atteindre cet objectif.

Les experts de Nature Geoscience ont déterminé la quantité de dioxyde de carbone restant à émettre pour atteindre ce seuil.

« L’humanité avait un capital de 3 200 milliards de tonnes de CO2 à émettre pour avoir une bonne chance (deux chances sur trois) de rester sous le seuil des 2°C de réchauffement. Jusqu’à présent nous en avons émis environ 2 000 milliards de tonnes. Il nous en reste donc 1 200 à émettre en tout et pour tout », ce qui représente 30 années d‘émissions mondiales équivalentes à celles de 2013. De son côté, Nature Climate Change s’est penché sur les moyens de répartir entre les pays le CO2 restant à émettre.

À la suite des analyses de ces deux revues spécialisées, deux scénarii se dessinent :

  • le premier scénario allouerait les milliards de tonnes de CO2 en fonction des répartitions de 2013 (la Chine responsable de 28 % des émissions mondiales en 2013 recevrait donc 28 % de 1 200 milliards de tonnes restants).
  • Le second scénario est plus équitable, car il divise simplement les 1 200 milliards de tonnes par le nombre d’habitants sur Terre et attribue les droits à chaque pays en fonction de sa population.

Des perspectives d’avenir peu réjouissantes

Résultat ? Le second scénario est pour le moment tout bonnement irréaliste.En effet dans ce cas-là, les États-Unis devraient baisser leurs émissions annuelles de 15 %, la Chine de 10 % et l’Europe de 6 %.

arctique-navigable-navires

Ces conclusions montrent au passage, information connue depuis longtemps, mais affirmée une nouvelle fois, que les pays les plus puissants émettent beaucoup trop de CO2 par rapport à leur population et qu’ils sont les principaux responsables du dérèglement climatique. Néanmoins le premier scénario n‘est pas plus réaliste, car inéquitable pour les pays d’Afrique et d’Asie qui sont en pleine phase de développement.

Quelles conséquences si l’humanité échoue à maîtriser le réchauffement climatique ?

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) les conséquences d’un réchauffement climatique de plus de 2°C sont les suivantes :

  • baisse des rendements agricoles dans les zones tropicales,
  • diminution des ressources en eau, diminution du débit des sources d’eau,
  • augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes,
  • augmentation des feux de forêt,
  • augmentation des zones infestées par des maladies comme le choléra ou le paludisme,
  • risques d’inondations accrus et une plus forte consommation d’énergie.

feux forets france

L’urgence climatique à nouveau confirmée

Voilà une étude de plus (était-elle nécessaire ? N’avons-nous pas suffisamment de preuves ?) concluant à l’urgence d’un accord climatique.
En s’appuyant sur les projections de croissance du Fonds monétaire international, des chercheurs ont estimé la vitesse à laquelle nous atteindrons ces fameux 2°C de réchauffement climatique. Si nous ne changeons pas radicalement nos habitudes, nous serons déjà dans le rouge en 2041.

faux camembertsLes attentes sont grandes vis-à-vis de la Conférence sur le climat de Paris prévue pour fin 2015. Elle doit se terminer sur la signature d’un accord contraignant sur le climat. Tous les voyants sont au rouge, il n’y a plus aucune raison de reporter sans arrêt les réformes à engager. 

*

Je veux témoigner

 

Climat - 2014, année décisive !

Climat – 2014, année décisive