Ce petit poisson capture plus de carbone que toutes les forêts du monde

Ce petit poisson capture plus de carbone que toutes les forêts du monde

Cela fait partie des faits naturels qui nous émerveille. A lui tout seul, ce tout petit poisson, bien plus gros qu’une sardine, est bien plus puissant que le maquereau ou que n’importe quel thon. Enfin, en ce qui concerne l’impact sur le taux de CO2 dans notre atmosphère et partant, sur notre climat. Car il capture le carbone…

Le poisson lanterne qu’on prenait pour une sardine

Ce petit poisson qu’on prenait pour une sardine rouge au Costa-Rica, “una sardina roja”, s’est avéré n’en n’être pas une et être d’une espèce bien à lui : le Symbolophorus, plus connu comme le poisson lanterne. Et le Symbolophorus prospère dans le puits de carbone qu’est le large du Costa-Rica. Or ce petit poisson a l’immense avantage de faire plonger le carbone au fond de l’océan grâce à ses nageoires.

Plus petit qu’un doigt, le poisson lanterne vit très profond et c’est pourquoi très peu de gens ont eu la chance de l’apercevoir vivant. Pour en voir, il vaut mieux se rendre au sud-ouest de la réserve naturelle qu’est l’île del Caño au large des cotes de la péninsule Osa du Costa- Rica. Assez loin au large de l’île, là où le plateau continental plonge dans les grands fonds, la sardine rouge, la sardina roja teinte l’eau bleue de la mer d’un rouge profond.

Et c’est là le seul endroit au monde où on peut assez facilement voir ces poissons. Si on utilise un sonar, on peut les voir toutes les nuits car, ces tout petits poissons représentent la population de vertébrés qui compte le plus d’individus au monde. Ils nagent regroupés en épais bancs. Ils remontent des profondeur de l’océan chaque nuit, un peu partout dans le monde. Ils remontent vers la surface et dévorent de gigantesques quantités de plancton riche en carbone avant de replonger et redisparaître dans les fonds marins. Là ils vont littérallement déféquer du carbone qui sa rester piégé au fond.

Plus efficace que toutes les forêts du monde

Alors que partout dans le monde, les économistes, les scientifiques, les écologistes se creusent la tête pour trouver comment se débarrasser du carbone excédentaire et comment stocker ce carbone, on devrait élever un monument à ce petit poisson. Car à lui seul il capture plus de carbone que toutes les forêts du monde réunies !

Le Costa Rica : un exemple à suivre en matière d'écotourisme ?

Certaines nuits, on peut voir la surface de l’eau littéralement scintiller : ce phénomène extraordinaire est provoqué par les poissons lanternes. Ils nous éclairent sans doute sur la voie d’une économie décarbonée … :)

capture-naturelle-carbone

fleche-Le Costa Rica : un exemple à suivre en matière d'écotourisme ?On n’est pas certain des chiffres réels de la capture de carbone de cette espèce précise mais il est indéniable que la capture de carbone près des côtes, un phénomène appelé Coastal blue carbon est certes bien plus efficace que les autres formes de capture de CO2.

*

jeveuxtemoigner Le camping collaboratif pour camper chez les autres