Ca plane (bientôt) pour l’avion solaire !

Ils l’ont rêvé, ils l’ont fait ! Vendredi 26 juin, Bertrand Piccard et André Borschberg ont présenté un avion sur l’aérodrome de Dübendorf, en Suisse. Mais pas n’importe lequel ! Un avion solaire capable de voler de jour comme de nuit…En 2012, il s’élancera pour le premier tour du monde.

Des efforts récompensés

Après six ans d’efforts intenses, de calculs, de simulations et de tests, une équipe de 70 personnes a pu achever la réalisation de cet avion en fibre de carbone issu du projet Solar Impulse.

>>>Pas moins de 800 personnes, dont plus de deux cents médias internationaux, se sont rendus dans le hangar où l’aéronef était en cours de montage depuis quelques mois. les parrains du projet, tels qu’Albert de Monaco ou l’explorateur français Jean-Louis Etienne, ont fait le déplacement.

Albert de Monaco

Un pari pas gagné d’avance

Pourtant, il y avait de quoi abandonner le projet à cause de la faiblesse de l’apport en énergie. En effet, dans une journée complète de 24h, la puissance fournie par le soleil varie d’un millier de watts par mètre carré à midi à zéro durant la nuit, soit une moyenne de 250 watts par mètre carré.

Immatriculé HB-SIA (HB est le préfixe des immatriculations d’aéronefs suisses, SI pour Solar Impulse et A parce que ce prototype est le premier), l’avion solaire porte 200 mètres carrés de cellules photovoltaïques dont le rendement est de 22 % et sur l’ensemble de la chaîne de propulsion, de la cellule à l’hélice, le rendement n’est que de 12 %.

Ainsi, la puissance moyenne disponible est de 6 kilowatts, donc 8 chevaux. C’est la puissance fournie par le moteur du Flyer des frères Wright pour leur premier vol historique en 1903 !

Toutefois, ce n’est pas la première fois qu’un avion solaire prend son envol. Le Gossamer Penguin, de Paul MacReady, l’a fait en juillet 1979. Quant au tour du monde sur petit avion, il a été réussi, sans escale, en 1986 par Jeana Yeager et Dick Rutan.

L’avion solaire, prêt à décoller !

Aujourd’hui, le premier prototype du Solar Impulse est presque prêt. Moins grand que le futur modèle du tour du monde, l’appareil n’est pas pressurisé et sera limité à 8.500 mètres d’altitude.

En dépit de son envergure de 63,40 mètres, celle d’un avion de ligne, le SIA ne pèse que 1.600 kg, le poids d’un avion de tourisme bimoteur. La vitesse de croisière sera quant à elle sera de 70 km/h.

Solar ImpulseLes grandes ailes possèdent 4 moteurs électriques, de 10 chevaux chacun. Les 11.628 cellules photovoltaïques en silicium monocristallin ne sont épaisses que de 150 microns, assurant la flexibilité des ailes.

Dans la journée, une partie de l’énergie captée est emmagasinée dans des batteries au lithium-polymère à raison de 220 Wh/kg. L’ensemble pèse 400 kg, donc le quart du poids total, et assurera 16 heures de vol.

Le premier vol sur le HB-SIA est prévu cette année, de jour uniquement. Le premier vol de nuit sera réalisé en 2010. Si le succès est au rendez-vous, pourra-t-on espérer un avenir exclusivement solaire pour les avions ?

Lire également

Article rédigé par Elwina, juillet 2009