Pétrole et ours polaires : un cohabitation risquée

Une zone d’espace protégé de 484.000 kilomètres carrés a été mis en place en Alaska par l’agence américaine de la Pêche et de la vie sauvage, en faveur de l’ours polaire, menacé par la fonte des glaciers engendrée par le réchauffement climatique.

Seulement voilà, l’Arctique étant très propice aux activités pétrolières, ce nouvel habitat ne va peut-être pas faciliter la tâche de l’ours blanc…

Ours polaires. Un espace protégé…risqué ?

En dépit des lois internationales qui en interdisent la chasse, l’ours polaire n’en est pas moins en danger et doit dorénavant faire face aux caprices du climat qui n’a de cesse que de réduire son territoire.

ours polaire

L’établissement de cette zone protégée vise ainsi à favoriser la sauvegarde de l’ours polaire, aujourd’hui reconnu comme une espèce menacée aux États-Unis, mais sans pour autant y exclure toute activité pétrolière ou gazière…

Ainsi, des travaux d’explorations rigoureusement analysés seront tout de même organisés au sein de ce nouveau refuge pour ours blancs.

Ours blancs et or noir : dangereuse alliance…

Créer un habitat protégé au coeur de l’Alaska aussi étendu que la France, c’est bien beau, mais qu’en est-il des risques des exploitations pétrolières en Arctique pour les ours polaires ?

Le Grand Nord, considéré depuis plusieurs siècles comme un Eldorado pétrolier, continue plus que jamais de susciter les convoitises. Or, en cas de marée noire, intervenir dans les conditions et l’isolement extrêmes que nous impose l’Alaska, s’annonce presque impossible.

Glaciers

Par ailleurs, la Russie et la Norvège ont conclu un accord en avril 2010 permettant la prospection pétrolière et gazière en Arctique de nouvelles zones maritimes. Période à laquelle la garde côtière canadienne a mis en place une opération afin de réagir très vite en cas de déversement de pétrole

L’ours polaire, dont la population est estimée aujourd’hui à environ 25 000, pourra-t-il encore continuer longtemps à profiter des étendues nordiques, son espace vital depuis 100 000 ans ?

Déjà menacé de disparaître d’ici 50 ans en raison du réchauffement climatique, l’affût de l’or noir pourrait davantage écourter l’espérance de vie actuelle du maître du Grand Nord…

Le pétrole en Arctique en chiffres

  • Selon l’Agence gouvernementale américaine de recherche géologique, l’Arctique cacherait des réserves inexplorées de 90 milliards de barils de pétrole et 44 millions de barils de gaz naturel liquéfié, sous son manteau blanc.

Parmi les 90 milliards de barils de pétrole, 30 milliards seraient situés dans la province de l’Alaska.

  • D’après le secrétaire d’Etat norvégien aux affaires étrangères, 40 % des découvertes de pétrole sur le plan mondial et 30 % des découvertes de gaz sont concentrés en Arctique.

***

Voir aussi

biodiversité

Lire également sur l’environnement