Des nuages pour sauver le climat…possible ?

Tandis que la prise de conscience des conséquences du réchauffement climatique ne cesse de prendre de l’ampleur, une grande partie de l’attention se porte aujourd’hui sur le rôle du dioxyde de carbone (CO2) et sur le contrôle de ses émissions. Pour cela des projets aussi surprenants que sérieux voient le jour…

Des nuages pour sauver le climat

Le Copenhagen Consensus Centre, un groupe de réflexion basé au Danemark, recommande de dépenser plus de 6 milliards d’Euros dans la construction de 1900 navires de génération de nuages. Pourquoi ? Hé bien pour refroidir la Terre…

Leur projet vise à vaporiser de l’eau salée dans l’air, pour former des gros nuages blancs qui renverront les rayons solaires dans l’espace. Les bâtiments automatisés écumeraient les océans pour absorber l’eau puis la vaporiser dans le ciel et donc faire baisser les températures.

Bateau générateur de nuagesSelon des chercheurs américains et britanniques, il pourrait être possible de palier le réchauffement climatique de cette façon, en faisant naviguer dans les océans des bateaux autonomes pulvérisant dans l’atmosphère de l’eau salée.

Les nuages : la solution miracle ?

Pour Ranil Senanayake, président du RRI (Rainforest Rescue International), les nuages se forment de différentes façons, et chaque type de nuage pourvoit un certain de degré de protection des radiations solaires, un phénomène que l’on nomme "albedo" et qui correspond à la quantité de radiations solaires qui sont reflétées vers l’espace.

>>>L’albedo de la planète indique la quantité de lumière solaire qui atteint la surface terrestre et qui va ensuite déterminer la chaleur de l’atmosphère.

Ainsi, non seulement les nuages agissent comme un "parasol" dans un monde où la température ne cesse d’augmenter mais ils influencent la vapeur d’eau dans l’atmosphère à laquelle on attribue de 60 à 80 % de l’effet naturel de serre sur la planète.

  • L’albedo obtenu par les nuages varie selon l’origine des particules de nucléation. Les poussières, la fumée et la pollution produisent des nuages fins avec peu d’albedo, tandis que les nuages dont la nucléation est biochimique se caractérisent par un albedo élevé.

Nuages et réchauffement

Ces différents albedos se caractérisent, donc, par une capacité différente (de 0 à 90 %) à réfléchir les radiations solaires vers l’espace, sachant que la valeur moyenne attribuée à l’albedo des nuages pour renvoyer les radiations solaires vers l’espace est de 30 %.

L’effet de rafraîchissement de ce processus est tel qu’une hausse d’1 à 2 % de l’albedo serait suffisant pour réduire les effets liés à la quantité actuelle de CO2 et à les faire redescendre à leur niveau pré-industriel. On pourrait ainsi  stabiliser le climat en le rafraîchissant par un accroissement d’1 % de l’albedo.

>>>Toutefois, notons que dans les écosystèmes terrestres, les forêts représentent 48 % de toute l’évapotranspiration terrestre et que la capacité des forêts à générer et à libérer des volumes considérables de noyaux formateurs de nuages est directement liée à leur maturité. Il est donc crucial selon le Dr Senanayake de prendre en compte le potentiel énorme des écosystèmes forestiers quant à la production de nuages, notamment en encourageant les processus de reforestation… 

Même si l’idée semble habile, il faut impérativement connaître suffisamment le climat planétaire pour se lancer dans ce genre de projet. Est-ce le cas ? Bien qu’il soit essentiel de développer des alternatives plausibles, pas sûr que les mesures proposées puissent réellement mettre un frein au réchauffement climatique.

Lire également

Article rédigé par Elwina, août 2009