Koen Olthuis, l’architecte qui construit sur l’eau

Koen Olthuis, l'architecte qui construit sur l'eau
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

Les Pays-Bas ont une situation géographique particulière. En effet, un quart de la surface du pays se situe sous le niveau de la mer. 30% sont recouverts d’eau sous toutes ses formes : canaux, lacs, rivières. En outre, avec 400 habitants par km², leur densité est la deuxième d’Europe, après la République de Malte. Le pays doit donc sans cesse s’adapter. Le manque de place et la nécessité de trouver des solutions contre la montée des eaux amènent les architectes à des réflexions sur le moyen de construire sur l’eau. Koen Olthuis est l’un d’eux. Fondateur de Waterstudio, il est spécialiste de la question, et à l’origine de véritables quartiers flottants dans les villes néerlandaises et ailleurs dans le monde.

Les maisons flottantes pour s’adapter à l’environnement

Des appartements flottants aux Pays-Bas. Photo : inhabitat.com

Des appartements flottants aux Pays-Bas. Photo : inhabitat.com

Les Pays-Bas connaissent très bien le phénomène des montées des eaux et sont très au fait des conséquences du réchauffement climatique. La tristement célèbre inondation de 1953 fût terrible : elle a causé des centaines de morts et de nombreux dégâts matériels. Depuis, le pays à mis en place son plan Delta dans le but de se protéger de ce genre de catastrophe naturelle. Celui-ci est d’ailleurs toujours d’actualité : les digues sont renforcées, on crée des bancs de sable artificiels, etc.

Aujourd’hui, les réflexions vont au-delà de la protection des terres : si on vivait sur l’eau plutôt que d’essayer de la combattre ?

The New Water, ville flottante

KoenOlthuisThe New Water est le projet un peu symbolique de l’architecte Koen Olthuis. Les Pays-Bas ont une relation plutôt spécifique avec l’eau, très « je t’aime, moi non plus ».
L’eau est omniprésente aux Pays-Bas ; elle est indispensable au commerce et à l’économie du pays et en même temps, c’est une lutte constante contre elle.

L’architecte propose au travers de ce projet une relation d’une tout autre nature : vivre sur l’eau, avec l’eau, au lieu d’essayer de lui faire face.

The New Water est un ensemble de 1 200 logements, maison et appartements, répartis sur 800 km², entre la Haye et Rotterdam. Mi-terrestre, mi-maritime, le projet qui a démarré début 2010 devrait être terminé pour 2017. Ce concept de villes dynamiques, inventé par Olthuis tend à prouver qu’il est possible de créer des villes flottantes, en bordure d’océan.

citadel-new-waterCitadel est le tout premier quartier du New Water. Ce complexe flottant réunit 60 appartements de standing présentant une énorme surface de flottaison (l’équivalent d’un terrain de football !) pour ne pas être sensibles aux mouvements de l’eau. Les logements sont évidemment construits dans une démarche environnementale : énergies renouvelables et toitures-terrasses végétalisées sont de mise.

*

La suite p.2> au-delà de la montée des eaux

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


6 commentaires Donnez votre avis
  1. C’est avec ce type de projet que nous pouvons avancer et à la lecture des commentaires ci-dessus j’ai l’impression que l’on ne veut voir que ce qui nous intéresse et que si l’humain a commis de nombreuses erreurs en ne respectant pas la nature , il n’est jamais trop tard pour se remettre en question .Oui Koen Olthuis vous avez raison de ne pas combattre mais de vivre avec la nature .De jeunes architectes français oeuvrent dans ce sens comme 4eme degré , alors pourquoi ne pas faire un pôle européen pour vivre avec l’eau (les côtes françaises le crient en ce moment).Bon vent à tous

  2. Arrêtez de défier la nature elle finira par tous vous écraser, et arrêtez également de raconter des âneries sur réchauffement climatique avec la montée des eaux, car je n’ai jamais vu un verre déborder quand le glaçon qui est dedans fond même le verre rempli à raz bord

    • Bonjour Noël, quand je vous relie, je ne peux m’empêcher de penser aux personnes du temps de Noé qui devaient se raconter le même genre de plaisanteries, mais les faits bibliques et historiques sont là lorsque le déluge d’eau vint et il vint il périrent tous sauf ceux du genre humain qui étaient dans l’arche.

    • Bonjour Noel, c’est bien plus compliqué que votre glaçon dans votre ricard… C’est une histoire de cumulation entre le réchauffement climatique qui certes, fait fondre votre sorbet, mais qui agit aussi sur la pression multipliant les risques de monté des eaux dans différent contexte (à l’exemple des effets type goulet d’étranglement). Je ne peux vous en dire plus, je ne suis qu’architecte et ne me suis pas spécialisé sur ce sujet. Néanmoins, avant d’écrire un commentaire, je m’ouvre à tous les opinions et renseignements.

  3. Pour la hollande pourquoi pas!!!
    Pour les Maldives, cela se discute plus, si elles disparaissent, elles disparaissent…Puis on accueille les habitants en hollande, il fairont des teufs, des raves et amélioreront leurs cofee shop…

    • C’est vraiment un raisonnement insensé votre raccourci et en plus en dehors de la réalité des faits. Tourner tous à la rigolade même les catastrophes humaines cela démontre l’état d’inconscience de l’individu, au contraire de vous ROY je trouve que la réaction des pays bas vis a vis de leur histoire et de ce qu’il ont subit comme pertes humaines en 1953 est une attitude au contraire rempli de sagesse et d’intelligence, et en même temps d’anticipation sur les catastrophes à venir, mais c’est vrai que dans le beau pays de France que nous aimons tous évidemment, on aime être en retard d’une guerre, à bon entendeur salut.

Moi aussi je donne mon avis