La disparition annoncée de l’indium

La disparition annoncée de l'indium

Suite de notre revue de l’épuisement des ressources naturelles avec l’indium. L’indium est la 8ème ressource mondiale non renouvelable appelée à disparaître. Il est considéré comme un des matériaux et métaux stratégiques pour notre économie et donc notre bien-être futur.

A quoi sert l’indium ?

L’indium est une terre rare, sous-produit de l’industrie minière du plomb et du zinc, et ne fut découvert qu’en 1863 par Reich et Richter à la suite de l’analyse spectroscopique d’un échantillon de blende qui leur révéla deux raies indigo jusqu’alors inconnues. Il n’existe pas de gisement d’indium en tant que tel. Les gisements volcano-plutoniques polymétalliques, à zinc dominant et étain accessoire sont la principale source actuelle d’indium. (source Brgm)

  • Le saviez-vous ? Indium vient de l’espagnol indigo, du latin Indium : Inde.

De nos jours, l’indium connaît une demande croissante poussée par le marché des écrans plats et devrait voir son prix régulièrement augmenter. L’indium est très largement utilisé par l’industrie de haute technologie pour fabriquer des écrans plats LCD, des détecteurs infrarouges, pour la médecine nucléaire, etc. Il est également beaucoup utilisé dans le cadre de la fabrication de semi-conducteurs, de LED, de la soudure sans plomb, de la métallurgie.

L’indium et les écrans tactiles

Le principe des écrans tactiles est de permettre de conduire l’électricité tout en restant transparent. Or on ne sait réaliser ce petit miracle technologique qu’à l’aide d’une molécule appelée ITO et qui est un mélange de 2 oxydes métalliques appelé oxyde d’indium-étain. Ce mélange est à base d’indium.

IndiumConsidéré comme l‘une des matières premières les plus rares de la planète, l’indium se trouve en petites quantités dans des mines de zinc ou de plomb dans quelques pays comme la Chine, le Japon et le Canada.

La disparition de l’indium

2030 : fin de l’indium (In)

L’indium est un métal gris brillant, malléable et rare qui n’existe qu’en minuscules quantités dans les mines mais on arrive tout de même à en produire environ 11.000 tonnes par an à ce jour.

  • Les gisements exploitables à un coût acceptable seront épuisés en 2025 (voire 2018 selon certaines projections).
  • En 2012, on estimait qu’il restait 16.000 tonnes d’indium et on en produisait environ 570 tonnes par an dans le monde.
  • La consommation et la demande vont croître de 20 % l’an, notamment du fait des progressions énormes de la production chinoise d’écrans plats et en tout genre (+ 32 % en 2010 par rapport à 2009). Il faut par exemple 2 grammes d’indium pour la fabrication d’un écran LCD
  • Il pourrait bien être remplacé par des matériaux de nanotechnologie comme le graphène (cristal de carbone) ou l’oxyde de zinc (moins conducteur, moins résistant, moins transparent que l’indium).
  • L’indium est l’une des 14 matières premières critiques identifiées par l’Union européenne.


Suite >
la question du recyclage et du remplacement