Idée reçue. L’encens assainit l’air ambiant

Idée reçue. L'encens assainit l'air ambiant
Vous aimez ? Partagez :

IcôneLes désodorisants et parfums d’intérieur sont censés faire disparaître les mauvaises odeurs et purifier l’air de la maison. En réalité, il semblerait bien les encens ne soient pas aussi inoffensifs que l’on s’imagine…Bien au contraire, ils chargeraient l’air en substances chimiques nocives… Et pourtant on en consommerait 2 000 tonnes par an dans le monde !

Encens et parfums d’intérieur : attention !

encens désodorisant nocifL’absence de certaines réglementations nous fait acheter des produits dont nous savons que très peu de choses et dont nous ne nous méfions peut-être pas assez…

En effet, qui montrerait du doigt des bâtonnets d’encens destinés à favoriser notre bien-être ? Et pourtant, les suspicions concernant la dangerosité de l’encens ne sont pas nouvelles… La raison ?

De moins en moins d’encens 100% naturel

Tout d’abord, les arbres dont sont issus les encens naturels étant de plus en plus rares, on ne trouve pas souvent des encens non chimiques. D’autant plus qu’en France, il n’est pas obligé d’afficher la composition des batonnets d’encens du commerce.

Des études réalisées dans les années 2000 avaient déjà démontré la présence de concentrations très fortes d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), un groupe de composants chimiques très cancérigènes, dans les vapeurs de certains encens.

EncensPar ailleurs, dans la revue de l’American Cancer Society, une étude indique que l’utilisation de l’encens est associée à une hausse significative du risque de cancer des voies respiratoires mais pas du poumon.

Ils déclarent aussi que l’encens a augmenté le risque de carcinomes spinocellulaires (tumeurs cutanées malignes) des voies ariennes supérieures.

Des substances qu’il vaut mieux ne pas respirer

On trouve de nombreuses substances dans ces produits : colorants artificiles, parfums de synthèse, charbon ou salpêtre, sciure de bois (souvent appelée écorce, résine ou bois), etc. La liste est longue. Selon l’UFC Que choisir dès décembre 2004, les encens émettent plusieurs substances puissantes en quantités impressionnantes :

  • le benzène : un hydrocarbure cancérigène impliqué dans les leucémies et les lymphomes. Le benzène est l’un des COV, composés organiques volatils, les plus dangereux.Le Conseil supérieur d’hygiène publique de France a recommandé de limiter la concentration en benzène à 2 microgrammes par mètre cube d’air maximum. Or les bâtonnets d’encens brûlés lors du test avaient libéré 221 mg/m3 soit 110 fois plus que le seuil maximum !.
  • les phtalates : molécules chimiques soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens,
  • le styrène et le naphtalène : des éléments chimiques toxiques. Tandis que le styrène peut entraîner des céphalées, des nausées, des irritations ou encore des vertiges, le naphtalène est classé en tant que substance cancérogène de catégorie 3 par l’Union Européenne.

Papier d’Arménie : l’alternative moins dangereuseDeveloppement durable article


En attendant l’arrivée d’une (possible) nouvelle réglementation concernant les encens, le
Papier d’Arménie.

Pourtant le papier d’Arménien’est lui non plus pas à l’abri des soupçons, et il a fait appel à deux laboratoires d’analyses accrédités et reconnus ainsi qu’à des experts scientifiques de renommée en toxicologie et en qualité de l’air intérieur.

*

Je réagis

Sur les désodorisants :

Vous aimerez aussi : Ces substances que nous cache Febreze

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


17 commentaires Donnez votre avis
  1. Oui, la très grande majorité des encens sont chimiques mais il y a aussi des encens bios et naturels. Ce serait bien d’en donner une liste.
    Peut-être ceux d’Auroville le sont-ils…
    J’ai acheté en Inde auprès de »The vedic company » de l’encens « wild vetiver » avec les mentions sur le paquet « No chemicals 100% natural raw materials ».
    Les perles rares existent donc et ce serait bien dommage de se priver du plaisir des encens.

    • il existe un encens 100% naturel, fabriqué en Inde à Mysore dans le respect des règles du commerce équitable, importé et commercialisé par Artisanat SEL

  2. Je vends de l’encens en tarif grossiste,ce qu’il faut faire c’est de bien
    aérer la pièce ne pas rester confiné dans une pièce fermée,quand aux encens naturels tous les fabricants revendiquent ce fameux naturel!!

  3. Moi, j’utilise des plantes à brûler (100% plantes et résines)fabriqué en France. Composants : bois de genévrier, thurifère, résine de benjoin et également des résines comme la Myrrhe de Somalie de Florisens. Ce qu’ils en disent :

    Son usage le plus courant est celui de purifier l’air ou les lieux.
    Ses propriétés anti-infectieuses et la qualité aromatique exceptionnelle de ses effluves émanent dans la pièce et nettoient l’atmosphère.

    De toute façon lorsque je mets des encens et résines à brûler dans une pièce je ne reste pas dans la pièce. Même si les produits sont bio et 100 % naturel je ressens une gêne.

  4. le vrai naturel c’est une maison SANS produits odorants ou pas !!
    de l’encens puis un peu de javel par ci silitb..g par là puis des meubles neufs relargants des COV puis un bon assouplissant pour le linge, + un collier anti puce pour le chat puis l’anti puceron sur les plantes, la prise anti moustiques et le gel douche bien parfumé… tout ça fait un coktail bien explosif et ça se passe dans nos maisons alors ce n’estpas vraiment l’encens en lui même qui est une menace mais ce qu’il est censé masquer !!!

    • Mes meubles neufs sont en bois huilé, pas de javel chez moi, pas d’assouplissant pour le linge, des gouttes d’huile de neem sur le cou du chat en guise d’anti-puces (ça fonctionne très bien), les gels douches sont bio, et contre les moustiques : diffusion d’huile essentielle de citronnelle et en cas d’épidémie de grippe, diffusion d’HE de thym, niouli, eucalyptus, pin, lavande, citron, etc… et les encens, assez rarement, pour la concentration ou la relaxation (oui les encens de qualité ont aussi des effets bénéfiques). Donc, il ne s’agit pas de masquer quoi que ce soit ou de condamner en bloc et diaboliser , mais d’utiliser avec modération en sachant ce que l’on fait. Sinon, n’oubliez pas de porter un masque à gaz en permanence, surtout lorsque vous sortez dans la rue….

  5. Bonsoir, il pleut dehors… alors je râle sur le pc. l’encens en batonnet, je m’en sers trés peu, celui employé a l’ église, est pour moi le meilleur et peut-être moins chimique ?
    Je me sers le plus c’est le  » papier d’Arménie », j’en ai sous la main deux carnets. Je croyais cette méthode, moins dangeureuse ?

    Le mieux c’est alors les huiles naturelles, vu que les magazins sont emplis d’huiles essentièlles, chimiques..qu’en penssez vous? merci

  6. Cet article va effectivement dans un sens « catastrophiste » comme l’avait fait l’article cité de Que Choisir qui avait mis dans le même sac tous les produits « parfumants »… pour publier dans le numéro suivant, un entrefilet d’excuse et de mise au point par rapport aux huiles essentielles. Bien sûr, il ne faut pas enfumer son habitation à longueur de journée mais il ne faut pas non plus confondre toxique et allergisant.

  7. TOUT produit qui subit une combustion ou une vaporisation peut dégager des composés toxiques, ce y compris les huiles essentielles. Que ce soit naturel n’y change rien. Et même les produits qui dégagent des odeurs sans combustions peuvent relâcher des composés organiques volatils. La question à se poser est: pourquoi vouloir parfumer sa maison??? S’il y a une malodorance chronique, autant en trouver la source et résoudre le problème; sinon, c’est sans autre intérêt que celui de se faire plaisir.

    • parfois certaines maisons très anciennes, bâties à même le sol comme notre longère, peut dégager une odeur pas forcément très agréable, si on y ajoute en plus trois vieux chiens adoptés …. même en changeant paniers et nettoyant au quotidien, on a parfois besoin d’une petite « aide » quand on va recevoir des amis par exemple; changer de maison et supprimer les chiens serait un peu excessif lol ….. alors quoi de mieux qu’un diffuseur d’huile essentielle ou un bâton d’encens ? je n’ai pas trouvé …

    • j’ai une malodorance chronique : la cuisine !
      pas de hotte, pas d’endroit prévu pour…
      alors l’hiver, quand on ne peut pas aérer des heures avec courant d’air, oui, encens ! Bien choisis.
      « Que choisir » ferait d’ailleurs mieux de lister les marques d’encens nocives plutôt que d’émettre un bulletin d’alerte généraliste.
      Sinon, en ce qui concerne les huiles essentielles, ça peut être très malvenu : diffuser de l’HE de sauge par ex. alors que certaines personnes y sont allergiques ; ou utiliser une HE de bois de rose, alors que cet arbre est en voie de disparition……..

      et diffuser comment ? dans des appareils électriques ? pollution… avec un appareil à bougies à thé ? re-pollution…
      alors quoi ? ;)

  8. certes tout ce qui brule d’une manière générale dégage des émanations toxiques , mais il ne faut pas non plus aller dans le catastrophisme ….

    la plupart des encens indiens ou thailandais sont chimiquement très parfumés (nag champa inclus) , donc dégagent effectivement des émanations nocives, mais si on les utilise avec parcimonie c’est tout de même mieux qu’on bon coup de bombe désodorisante non ?

    de plus il est des encens faits uniquement de plantes, et à la main, comme beaucoup d’encens tibétains notamment ; sans bois ; ils sont plus fagiles et leur odeur n’a pas la même puissance c’est sur ; en toute logique, utilisés sans abus, ils doivent être moins nocifs non ?

    mettre tous les encens dans le même panier, sans distinction, me semble abusif

    bien sur ça n’est qu’un avis très personnel et je ne suis pas chimiste.

  9. Vous parlez certainement des encens de synthèse, mais il existe des encens entièrement naturels, comme l’encens Nag Champa fabriqué à la main en Inde.

    • bonjour, le fait que l’encens soit naturel, fait à la main ou pas ne change rien au fait qu’il n’y a rien de sain dans le fait de brûler quelque chose dans un intérieur confiné, cela pollue, et point, même s’il n’y a pas d’agents toxiques, ce n’est pas sain.

  10. Le fait que l’encens soit potentiellement carcinogène n’est pas nouveau. En effet, comme toute (ou la majorité des) choses qui brule(nt), il y a forcement une émanation de différents gaz toxiques. C’est pareil avec le charbon de bois ou le sarment de vigne sur lequel vous faites griller la viande: elle devient doublement toxique car dans un premier temps elle reçoit les émanations de ce qui brule (charbon, bois…) et ensuite elle brule elle même.
    Pensez aussi aux bougies qui dégages elles aussi des substances cancérigènes.

  11. Eh bien je suis vraiment déçue pour l’encens.
    Du coup, je n’en n’achèterai plus sauf 1 fois/an pour purifier ma maison.
    Je continuerai à diffuser mes huiles essentielles et des bâtonnets « pseudo encens » très naturel et non toxiques.

    • Attention tout de même à diffuser les huiles essentielles dans un diffuseur à froid car elles aussi sont dangereuses si on les brûle (dans un brûle-parfum).
      May
      Aromathérapeute

Moi aussi je donne mon avis