High tech verte. Des “éco-télévisions” basse consommation ?

On le sait les écrans plasma et LCD sont très gourmands en énergie, d’autant plus qu’ils restent souvent en veille !
Décriés pour leur politique environnementale par certaines ONG, comme Greenpeace (voir son dernier baromètre High Tech), les plus grands fabricants semblent rentrés dans une course à la télé écolo !

Alors, greenwashing ou réelle révolution ?
Developpement durable article

Des écrans plats basse consommation ?

A l’heure où les économies d’énergie sont devenus un critère d’achat, les fabricants mettent leurs efforts sur la consommation énergétique de leurs produits depuis maintenant 2 ans. Mais ces efforts se concentrent principalement sur les écrans à
cristaux liquides (LCD) qui dominent le marché au détriment des écrans plasma, dont la fin est parfois même annoncée sans doute de manière un peu hâtive.

Panasonic, du plasma sans plomb au LCD basse conso

Justement leader du marché des téléviseurs Plasma, le groupe Matsushita (alias Panasonic) a développé toute une gamme de TV plasma (VIERA) sans plomb y compris
les HDTV Plasma 103 pouces les plus grands au monde.

Mais, au niveau énergétique,  ses progrès se sont portés sur des téléviseurs LCD de 32 pouces qui, au moment de leur sortie en 2007,
affichaient une consommation de 128 kilowatts-heure par an, contre 131
kWh/an pour le produit concurrent le mieux placé.

Mais aujourd’hui, ses principaux concurrents se targuent d’avoir des écrans dont la consommation serait inférieure à 100 kWh/an et avec un impact environnemental moindre

Philips, l’éco-TV

Le groupe Philips a ainsi lancé l’écran LCD de 42 pouces, "Eco TV" (modèle 42PFL5603D), mis en vente depuis mars 2008 et qui consommerait moins de 75 watts en
marche et 0,15 en mode veille. 
Developpement durable article
Comment ? En adaptant la luminosité à l’utilisation. Le
rétroéclairage va ainsi  automatiquement baisser d’intensité si la TV est
regardée dans une pièce sombre : des capteurs mesurent la luminosité de la pièce et adaptent
le rendu de l’image en fonction., ce qui diminue la consommation d’énergie.
De plus, l’utilisateur peut
préprogrammer le téléviseur en mode économie d’énergie.

Par
ailleurs, Philips affirme haut et fort respecter scrupuleusement les directives européennes
interdisant l’utilisation de plomb et réduisant celle de mercure dans
les procédés de fabrication. Sans oublier la livraison de ces écrans "verts" dans des cartons recyclés


"Lancer de fleurs" pour Samsung…

Le groupe Samsung Electronics, leader mondial de l’électronique grand public, ne veut pas rester en reste, se prévalant d’avoir toute une 
gamme de téléviseurs LCD (séries 4 à 9), de 32 pouces et plus, porteurs de l’Eco-label européen « Flower », après avoir été testés par un organisme indépendant, SIS Eco-labelling.
Pour rappel, cet éco-label prend en compte l’impact des téléviseurs sur
l’environnement tout au long de leur cycle de vie, de leur production à
leur recyclage.
Developpement durable article
Par exemple, la technologie « Crystal Gloss » de la série 6 développée par Samsung permet d’éliminer l’utilisation des sprays de peinture habituels
et donc d’éviter le dépôt de composants organiques volatils (COV).

Sony, la télé qui s’éteint toute seule

Autre innovation "verte" : la télé qui se met automatiquement en veille !
Lancée par Sony, la "Bravia V5" (46 et 40 pouces), présentée comme la télé "sho-ene number one" ("super-économie d’énergie"), s’éteindrait d’elle-même grâce à un capteur de mouvement, qui
détecte à 5 mètres l’activité du téléspectateur et une minuterie programmable.

Au bout d’une durée programmée, celle-ci laisse place à un écran noir  si elle ne perçoit aucun
mouvement (la personne quitte la pièce ou s’endort par exemple), alors que le son continue, lui, de fonctionner. Et, après un certain temps, se met en
veille, mais peut se rallumer instantanément dès que la personne revient dans la
pièce ou se réveille.

De plus, ces écrans possèdent également un capteur de lumière qui ajuste
automatiquement la luminosité de l’écran en fonction de celle de la
pièce. Ils sont également équipés d’ un bouton on/off qui coupe le courant comme si elles
étaient débranchées,
alors que les interrupteurs des autres téléviseurs n’empêchent pas la
consommation permanente d’un faible courant.
Developpement durable article
Selon la compagnie, ces TV intelligentes consommerait 40 % de moins
d’électricité
que les précédents modèles de la marque et seraient même les plus économes du marché, à tailles égales :

  • le modèle de 40 pouces ne
    consommerait que 129 watts contre 217 watts pour un modèle
    comparable plus ancien,
  • le modèle de 46 pouces ne consommerait que 153 watts contre 263 watts 
    pour un modèle
    comparable plus ancien,
  • par an et pour un temps d’utilisation moyen de 4,5 heures Sharp a présenté de son côté le premier prototype d’écran LCD (28 pouces, 20 mm d’épaisseur) fonctionnant… à l’énergie solaire  ! Le but est de proposer un téléviseur
    consommant 30 % d’énergie en moins qu’un modèle LCD classique mais aussi totalement autonome, utilisable n’importe où, avec ou sans
    source électrique à proximité.

    En effet, son alimentation peut être assurée par un panneau
    solaire photovoltaïque d’une superficie équivalente à celle de l’écran, pouvant assurer quelques heures d’autonomie.
    Developpement durable article
    D’après Sharp, si tous les téléviseurs à tube
    cathodique encore utilisés sur la planète étaient remplacés par des
    modèles Éco-TV, l’empreinte écologique serait réduite de 100 milliards
    de kWh par an, soit environ l’économie de 34 millions de tonnes de
    rejet CO2…

    Par ailleurs, Sharp est le seul, avec Samsung, à proposer des  téléviseurs LCD porteurs de l’Eco-label Européen (voir les téléviseurs concernés).

    En matière d’écrans télé, nous pouvons donc voir des progrès notables avec quelques bémols tout de même.. Ainsi la mode au "gigantisme" des écrans semble difficilement
    conciliable, voire contradictoire, avec les nouveaux objectifs
    énergétiques et environnementaux des fabricants. Sans oublier non plus, le prix de ces petits bijoux technolgiques (par exemple, comptez entre 1800 et 2400 euros pour le modèle Bravia V5 de Sony)… 

    A Lire également :