Climat : un monde de différence entre +1,5°C et +2°C

C’est aujourd’hui vendredi 22 avril que se réunissent les représentants des États signataires de l’accord dit « de Paris » entérinant les objectifs convenus fin 2015 dans la capitale française. Vont donc suivre quelques mois de ratification, pour que l’accord devienne loi dans les 195 pays signataires. L’urgence se confirme de jour en jour : il faut impérativement contenir la hausse des températures à 1,5 °C, souligne une nouvelle étude.

Climat : un monde de différence entre +1,5°C et +2°C

La première étape qui donnera vie à l’accord de Paris se tient à New York, au siège des Nations unies, aujourd’hui. Environ 155 pays sont attendus, dont 60 chefs d’État du monde entier, parmi eux François Hollande, et le premier ministre canadien François Trudeau. Mais leurs signatures seules ne seront pas suffisantes pour rendre l’accord opérationnel.

Chaque pays devra également l’inscrire dans sa législation, un défi pour certains pays comme les États-Unis, en cas de retournement de majorité politique possible dans les prochains mois.

Un objectif de 1,5 °C confirmé par les études scientifiques

L’accord de Paris a, à la surprise générale, convenu de se donner comme objectif de limiter la hausse moyenne de température au niveau global à 1,5 °C au-dessus des moyennes de l’ère pré-industrielle d’ici la fin du XXIe siècle. Un objectif ambitieux, puisque nous sommes déjà à 0,9 °C d’augmentation. Mais un objectif indispensable, rappellent les scientifiques dans une étude parue aujourd’hui.(2)

En effet, un demi degré supplémentaire de réchauffement au-dessus de 1,5 °C, selon Earth Dynamic Systems, signifie que le niveau des océans serait d’environ 10 cm supérieur en 2100, que la pénurie d’eau en Méditerranée serait double, et que les vagues de chaleur tropicale durerait jusqu’à un mois de plus, en plus d’autres impacts majeurs résumés dans l’infographie ci-dessous.

Différence entre 1,5°C et 2°C de réchauffement climatique

Différence entre 1,5°C et 2°C de réchauffement climatique – Télécharger au format pdf

Les objectifs de 2 °C et 1,5 °C sont mentionnés tous les deux dans le texte convenu à Paris, mais les études ont été peu nombreuses à ce jour sur la différence entre les deux objectifs. Quoi qu’il en soit, les chercheurs sont d’accord qu’au-delà de 2 °C, les conséquences seront dramatiques.

Un mois de mars inégalé, la glace arctique réduite à des niveaux records

Tandis que la température du globe a de nouveau dépassé tous les records historiques en mars de cette année, les données satellitaires et les bouées placées dans l’océan arctique indiquent que la fonte atteindra des niveaux inégalés cet été, ont indiqué des chercheurs à la conférence annuelle de l’Union géophysique européenne (European Geophysical Union, EGU).