Le business des fleurs

Rédigé par Consoglobe, le 27 Jul 2006, à 12 h 06 min

Imagine-t-on ce qui se cache derrière le simple geste d’offrir des fleurs ? C’est ce dont traite le film de Jean-Michel Rodrigo pendant 52min.

 

Les fleurs, la mondialisation en évidence

Pour fournir toute l’année un marché rythmé par quelques temps forts comme la Saint Valentin ou la Fête des Mères, la filière évolue au rythme d’une concurrence acharnée qui se joue plus dans la rapidité des échanges que dans la qualité des produits.

Le business des fleursLa mondialisation bat son plein. Avions contre camions… Une rose coupée dans les Andes arrive à Rungis avec juste quelques heures de retard sur ses consoeurs françaises. Au coeur du système, le fret. La recherche est largement sollicitée. Elle planche sur la résistance en vase du bouquet, le rendement à l’hectare. Sur l’odeur aussi. Car la fleur moderne a perdu de son parfum. Ce film met en lumière, avec brio, un sujet peu connu : la guerre des fleurs, parfait exemple de la complexité des rapports économiques mondiaux. A ne pas rater !

Lire également

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



1 commentaire Donnez votre avis
  1. Mon business inclut des roses. Je mets l’accent sur le commerce équitable – sur le fait que les roses ne doivent pas provenir de la région du lac Naivasha. Des conditions de production pour le bien être des ouvriers – de l’émission de CO2 – Que puis-je faire de mieux pour parfaire les choses. Je pense à la main d’oeuvre qui nourrit des familles entières – Inutile de dire d’arrêter l’achat des roses cela ne se fera. pas. Quelles seraient donc les autres mesures sur lesquelles je dois inclure pour l’attribution des licences d’exploitation. Je suis pour des échanges internationaux tout en respectant l’écologie, le bien-être et la main d’oeuvre reconnue pour le travail qu’elle fournit. Je vous remercie de l’intérêt que vous porterez à ma demande afin de trouver les meilleures solutions.
    Cordialement

Moi aussi je donne mon avis