Un projet social et écologique qui a la Baraka

Le projet Baraka en quelques mots c’est un bâtiment bioclimatique, un puits de carbone, un restaurant, des emplois, un lieu de rencontres et d’échanges, un peu de nature en ville, une autre façon d’entreprendre… Rendez-vous à Roubaix le 4 février pour l’inauguration !

Un projet social et écologique qui a la Baraka

Baraka, c’est une aventure humaine qui rassemble une association (l’Univers, restaurant associatif qui lutte contre l’exclusion sociale) et 20 citoyens qui se sont lancés dans un projet ambitieux en 2009 : celui de construire un bâtiment bioclimatique qui abritera un restaurant bio !

L’espace sera aussi ouvert à tous autour d’activités citoyennes (jardins au carré, auto-construction etc.). Le leitmotiv du projet est l’entraide : Baraka a organisé depuis les débuts des chantiers coopératifs. Tout participant met la main à la pâte et reçoit en échange une formation aux techniques de l’éco-construction. L’inauguration est prévue le 4 février prochain. L’ouverture du restaurant : le 20 !

Baraka : fabrique du lien, des emplois et bien plus encore !

Le point de départ : un terrain en friche de 130 m² situé dans un quartier populaire de Roubaix, en métropole lilloise. L’objectif énoncé par Pierre Wolf, gérant de la coopérative, a été de créer de l’emploi et du lien social. Le bâtiment qui arrive au terme de sa construction est innovant et réalisé avec de petits moyens. Il s’agit tout de même du 2ème restaurant passif et du 1er bâtiment du genre en Europe ! Pour le gérant, cela ne fait aucun doute : “On a soulevé des montagnes !

Le projet Baraka rassemble 90 sociétaires pour un budget total de 800 000 €. 200 000 ont été apportés par les sociétaires, détenteurs de parts dont la valeur commence à 20 €, afin que les revenus modestes puissent eux aussi investir à hauteur de leurs moyens. Le projet a également bénéficié de 200 000 € de subventions publiques (conseil Régional, LMCU, Ville de Roubaix et Ademe). Les 400 000 € restant ont été empruntés aux banques.

L’objectif est d’installer dans ce bâtiment passif un restaurant bio ainsi que des salles de réunion et de séminaires pour les entreprises alentour. La coopérative compte aussi ouvrir les portes de cet espace à d’autres activités citoyennes pour tous, autour de l’alimentation, des jardins au carré, de lʼauto-construction, de la réhabilitation, de la culture et du lien.

Des chantiers participatifs autour de l’éco-construction

Organisés par le centre de formation « Chênelet développement », les chantiers participatifs se sont déroulés à l’automne, de début septembre à fin décembre 2011. Ouverts à ceux qui le souhaitent (voisins, Roubaisiens…) les chantiers encadrés par des professionnels offrent une opportunité de découvrir les principes et techniques de l’éco-construction, et pourquoi pas, de nouvelles perspectives professionnelles. 79 personnes ont répondu présent.

Les modules de 5 jours portaient sur des thématiques différentes :

  • apprendre à travailler la paille pour isoler les murs,
  • isoler avec de la ouate de cellulose,
  • poser du bardage,
  • réaliser des enduits naturels,
  • construire des nichoirs, des jardinières et des hôtels à insectes,
  • réaliser une terrasse en dalles de bois

Le « deal » a été d’appliquer tout le savoir-faire fraîchement acquis sur le chantier de Baraka. Plus de la moitié des « apprentis » ont été des Roubaisiens, pas forcément du métier à la base. Tous étaient motivés par l’idée d’apprendre de nouvelles choses et de s’investir personnellement dans un projet qui fait sens.

Baraka est un projet innovant à vocation sociale qui a aussi permis à des personnes atteintes de handicap de valoriser leur CV : 5 jeunes hommes de l’association des Papillons Blancs de Roubaix-Tourcoing ont activement participé au chantier.

*

La suite p.2> un bâtiment bioclimatique, passif et auto-construit