Les 10 pubs reines du Greenwashing…

Crée il y a un peu plus d’un an, l’Observatoire Indépendant de la Publicité a rendu publique son "Top 10" des publicités qui ont utilisé de façon abusive l’argument écologique en 2009. Un greenwashing qui, selon ce classement, concerne particulièrement les marques de voiture et de lessive pas aussi "vertes" qu’on pourrait le croire.

Developpement durable article

consoGlobe a passé en revue ce nouveau palmarès.

PublicitésCommentaires consoGlobe

Total

Selon notre Baromètre Ethique, Total ne bénéficie pas d’une bonne image et visiblement ce n’est pas ce spot publicitaire "Total au Pays des Merveilles" qui l’améliorera.

Malgré des efforts non négligeables, Total représenterait plus de 10 % des émissions de GES de la France selon l’OIP. De même, on se souvient que Total aurait pour objectif  que 10 % de sa production de pétrole provienne de l’exploitation des sables bitumineux, surnommés le "pétrole sale"…

Le Chat

Certes les nouvelles lessives Le Chat Eco Efficacité ont des avantages écologiques au niveau de leur production et leur utilisation (emballage avec plastique recyclé, efficacité à basses températures, réduction des transports entre les différentes phases de production) mais leur composition n’est pas aussi verte que cette pub le laisse penser avec :

  • la présence de plusieurs substances allergènes parfumantes (butylphenyl methylpropional, hexyl cinnamal, linalool),
  • la présence très revendiquée d’huile de palme.

Surtout ces lessives ne portent pas l’écolabel européen qui certifie les lessives les moins polluantes du marché.

Tous nos articles sur les lessives vertes

Renault

Eco2 est un visuel inventé par et pour Renault pour ses véhicules les moins polluants et non un label écolo indépendant. Sans compter que les voitures mises en avant – à essence ou biocarburant – sont encore loin d’être des voitures propres.

  • Exemple avec la Kangoo dCi 85 qui répond à la "norme" Eco2 mais émet 140g de CO2/km et ne bénéficie donc même pas du bonus écolo

Notre rubrique Biocarburant et Transport

Herta

Un jambon bénéficiant d’un logo (et non d’un label officiel) "100 % naturel" qui porte à confusion et qui, images à l’appui, laisse à penser qu’il est issu de l’agriculture biologique, ce qui n’est pas le cas. De quoi induire (volontairement ?) le consommateur en erreur…

  • Les manques d’information sur les emballages ou sur le site de la marque sont flagrants : Herta parle de "traçabilité contrôlée des élevages au point de vente", mais on ne peut guère en savoir plus…

Volkswagen

Comme Renault et son "label" Eco2, Volkswagen s’appuie son label Bluemotion pour ses voitures les plus économiques et moins émettrices en CO2. Or il s’agit  de voitures fonctionnant au Diesel, carburant fossile.

  • Si ce slogan Bluemotion s’appliquait  à des voitures bénéficiant du bonus, ce n’est désormais plus le cas avec les modèles Tiguan (4×4) ou Sharan (monospace).

Et montrer des voitures roulant sur la banquise est en totale contradiction avec une volonté revendiquée de lutter contre le  réchauffement climatique…

Audi

Audi fait ici la promotion de son 4×4 Q7 TDI © Clean Diesel en insistant sur la baisse des émissions d’oxyde d’azote (Nox).

  • Pour mieux faire oublier que cette grosse voiture émet  234 à 304 g de CO2 par km, soit 90 grammes de plus que la moyenne du parc automobile en 2009 et un petit malus de 1600€ ?

L’accroche porte plus qu’à polémique, laissant penser que cette voiture est la solution pour protéger les enfants de maladies respiratoires….

Les 4×4 écolo, entre effort et grenwashing

Skip

Comme Le Chat, la marque de lessive communique sur le fait que la production de ses produits serait écologiquement vertueuse mais "oublie" de parler de la composition des détergents en eux-mêmes, chimiques et non certifiés par l’écolabel européen.

BN

Dire aux enfants que manger des biscuits BN aide à préserver la planète est plus qu’"osé". A prendre au second degré ? Peut-être…

En attendant, ces biscuits ne sont ni certifiés bio, ni gages d’un goûter réellement sain et équilibré.

Syngenta

Cette publicité du groupe suisse spécialisé dans l’agroalimentaire est destinée aux professionnels et  fait la promotion de DEFI.  Cet herbicide utilisé pour notamment éliminer les adventices ou mauvaises herbes est ainsi présenté comme la solution de demain pour "désherber durable".

  • Or il s’agit d’un herbicide chimique classifié comme dangereux pour l’environnement et irritant... Vraiment durable ?

Fabriquer son désherbant écolo

France Betteraves

Une publicité autorisée puis interdite par l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP).

Le bioéthanol fabriqué à partir de betterave, et plus généralement les biocarburants, font l’objet de vifs débats quant à leur réel impact écologique, notamment en raison de l’utilisation abusive d’engrais chimiques.

 

Selon le bilan 2009 de l’ARPP*, le nombre de messages publicitaires à caractère environnemental a plus que quintuplé en 3 ans, concernant près de 6 % des visuels pubs diffusés. L’ARPP souligne néanmoins que le Greenwashing est en réelle baisse, 9 messages sur 10 étant conformes aux règles édictées.

  • Les points sensibles restent le secteur de l’automobile mais surtout celui de l’habitat, où des termes approximatifs laissent le consommateur dans le flou ("habitat écologique" par exemple).
  • 13 cas de "publicités représentant un comportement contraire à la protection de l’environnement" ont été relevés, principalement des constructeurs automobiles**.
  • 15 cas d’arguments écologiques de nature à induire les consommateurs en erreur ont été relevés.

Télécharger le rapport.

*Bilan 2009 – Publicité et Environnement – réalisé par l’ADEME et par l’ARPP (septembre 2009).
**Aston Martin, Autohome, Bavaria, BMW, Dunlop, Fendt, Knaus Center, Mercedes, Opel, Renault (2 visuels), Skoda, Volvo.