Le trou de la couche d’ozone, phénomène du passé ?

Rédigé par Guillaume, le 29 Oct 2012, à 17 h 59 min

La couche d’ozone sauvée par le Protocole de Montréal

En 1987 a été conclu le Protocole de Montréal * censé protéger la couche d’ozone en interdisant une centaine de produits chimiques. Il est à noter que le traité a été ratifié par tous les pays représentés aux Nations unies.

Ce protocole a été un réel succès puisque dans les faits, 97 % des produits incriminés ont effectivement disparu de la composition des produits commercialisés. L’éradication totale de tous ces produits est même prévue pour 2050 ou 60. Ce n’est pas avant que l’ozone stratosphérique ne retrouverason niveau «normal» d’avant les années 1980.

La couche d’ozone, pas encore tirée d’affaire

Les problèmes de couche d’ozone demeurent. Malgré les progrès considérables effectués depuis plus d’une vingtaine d’années, les gaz émis avant la signature du Protocole de Montréal continuent à stationner dans la stratosphère.

  • Il faut ainsi attendre encore quelques décennies pour que ces gaz disparaissent et que le trou dans la couche d’ozone ne se résorbe.
    .
  • Par ailleurs, l’application du Protocole de Montréal n’est pas sans créer quelques problèmes et crée même certains effets pervers.

Les produits chimiques qui ont remplacé les composés chlorés ou bromés responsables de la destruction de la couche d’ozone ne sont pas forcément meilleurs pour la stratosphère. Certains comme les hydrofluorocarbures seraient des gaz à effet de serre très nocifs.

Ainsi le mieux est parfois l’ennemi du bien.

La couche d’ozone a régressé en 2012

Le trou de la couche d’ozone a été en 2012 le second plus petit depuis vingt ans en raison de températures moins froides, a indiqué le laboratoire de recherche du système terrestrede l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).  Selon Jim Butler de la NOAA, «Les températures ont été un peu plus chaudes cette année dans la haute atmosphère au-dessus de l’Antarctique, ce qui a permis une moindre destruction d’ozone comparativement à l’an dernier»,

Sa superficie moyenne a été de 17,9 millions de km²,  a atteint cette année un maximum pour la saison le 22 septembre avec 21,2 millions de km², l’équivalent de la superficie combinée des États-Unis, du Canada et du Mexique. Pour mémoire, le plus grand trou enregistré dans la couche d’ozone mesurait 29,9 millions km2 en 2000.

 

*

Cela me donne une idée
* http://ozone.unep.org/french/Publications/MP-Handbook-06-fr.pdf

Sur les problèmes de pollution atmosphérique :


Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Guillaume dès la fin de ses études a eu envie d'écrire pour partager ses connaissances et ses convictions. Guillaume est notre spécialiste Habitat durable...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. erreur, il s’appelait CHAMBRAIN – rue du renard à Rouen je crois

  2. Je suis inventeur et j’ ai 60 ans lorsque j’ avais 28 ans j’ ai unventé un système pour que la terre produise deux fois plus d’ oxygène et absorbe deux fois plus de gaz carbonique.
    en 1886 j’ ai écris au ministre de l’ environement, Mr Brice Lalonde pour l’ avertior de cette découverte et régler le problème de la pollution de l’ air dans le monde. La réponse de ce monsieur était très claire. il ne voyais pas le bénéfice de produire plus d’ oxygène et d’ éliminer le gaz carbonique. Une seule personne à donc pris la décision de ne rien faire contre la pollution. Les politique préfèrent donc trouver des solution qui taxes la population même si ces mesures sont inutiles. rapelons que l’ ozone est constitué de trois molécules d’ oxygène. outre la dépolution de la planète mon invention permétait d’ économiser la moitié de l’ énergie utilisé pour l’ éclairage et lutait aussi contre la faim dans le monde. Mais je reconnais qu’ il est difficile de faire payer des taxes lorsque le monde est parfait.

    • Cher Guillory, je comprends votre attitude, Mon père aujourd’hui décédé, avait breveté un type de moteur pour véhicule fonctionnant avec 20% de carburant et de l’eau. C’était en 1954 et j’étais jeune, mais mes souvenirs me remettent en mémoire sa déception à son retour d’un entretien à Paris ou on lui a fait comprendre gentiment, qu’il range son idée et son brevet afin de s’assurer une fin de vie paisible!
      Je vois bien là, la main mise des pétroliers sur tout ce qui pourrait diminuer leurs (faibles) revenus.
      Pauvre France, qui avance en reculant !!!!

    • cher Mikélange, à Rouen il y avait Monsieur Champlain je crois – et il a du s’exiler (moteur à eau) au Brésil et je me demande s’il n’a pas été assassiné – il y en a eu d’autres qui avaient mis au point des systèmes très satisfaisants tant au point de vue consommation, qu’au point de vue pollution – j’en ai connu deux et en dépit de son haut niveau pour le second (mais le premier était également très valable) rien n’a abouti – les lobbies de l’automobile, du pétrole, veillent.

      Donc, je crois également Guillory – de toutes façons il va bien falloir que le société change, de gré ou de force – nous ne manquons pas d’énergie, mais le cuivre, les terres rares viendront à manquer, il faut évoluer en sagesse.

      « let our fingers crossed » comme disent nos amis – espérons que la sagesse gagnera

    • Les lobbys qui étouffent les inventeurs et politiques ignards et influencés sont certes légion.
      J’ai connu moi-même un Allemand qui avait mis au point, semble-t-il, un système de rendement pour l’énergie solaire hors du commun. Mais, malheureusement, il est mort dans l’incendie « accidentel » de son bureau …
      Cependant aujourd’hui, malgré ses nombreux défauts (fesseboouc), internet a ça d’intéressant que cela permet aux anonymes de se faire connaître tout en se protégeant !
      Guillory, relancez votre invention, au moins sur des blogs ou sur des sites de business angel. Cela peut faire la différence aujourd’hui !

    • *ignares !!

  3. Pour les vitres, j’ai un pulvérisateur à pompe (comme il s’en fait pour l’huile). Pas de propulseur autre que l’air compressé, juste de l’huile de coude pour « recharger » l’engin en appuyant dessus un certain nombre de fois.
    Nous vivons en vase clos, tout ce qui traine dans l’atmosphère y reste tant que pas transformé. Les gaz CO2 et méthane (CH4) estimés responsables de l’effet de serre (utiles pour maintenir une température vivable (il n’y a pas de CO2 sur Mars, dommage), mais excessif quand ils sont en trop grande quantité) y restent tant qu’ils ne se combinent pas, sont piégés ou transformés. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »
    La planète fonctionne sur des millions d’années, nous sur 100 ans environ, les choses du long, très long terme nous échappent. Ça n’est pas pour ça qu’il faille la sagouiner.

Moi aussi je donne mon avis