Lancement du chèque énergie, contre la précarité énergétique

L’expérimentation du chèque énergie, qui aide les ménages modestes à payer leur énergie, est lancée. Faites-le connaître à ceux qui en ont besoin.

Rédigé par Stephen Boucher, le 22 Jan 2016, à 16 h 03 min

Prévu par la loi pour la transition énergétique et la croissance verte, le « chèque énergie » vise à lutter contre la précarité énergétique. En effet, 4 millions de ménages en France sont dans cette situation, définie comme « comme la difficulté, voire l’incapacité à pouvoir chauffer correctement son logement, et ceci à un coût acceptable ».(1)

Et justement, le chèque énergie va désormais bénéficier à environ 4 millions de ménages, quelle que soit leur énergie de chauffage, contre 3 millions pour les dispositifs sociaux actuels.

Le chèque énergie : 150 euros en moyenne par an pour faire face aux factures d’énergie

D’une valeur moyenne de 150 euros par an, le chèque sera fonction des revenus de la personne, le revenu fiscal par unité de consommation devra être inférieur à 7.700 euros par an.

Par exemple un couple sans enfant disposant d’un revenu fiscal de 8.000 euros recevra chaque année un chèque de 190 euros. Mais un couple avec 2 enfants et 10.000 euros de revenus recevra 227 euros.

A quoi peut être utilisé le chèque énergie ?

  • Le paiement d’une dépense de fourniture d’énergie liée au logement : électricité, gaz naturel, GPL, fioul, bois…
  • Des charges locatives auprès d’un bailleur social
  • Une redevance en logement-foyer
  • Une dépense liée à des travaux de rénovation énergétique, s’ils répondent aux critères du crédit d’impôt transition énergétique

Pourquoi une « expérimentation » et qui peut en bénéficier pour l’instant ?

Le chèque sera proposé sur une partie du territoire français, avant d’être étendu à toute la France en 2018 : Ardèche, Aveyron, Côtes d’Armor et un quatrième département « urbain » à définir. Pour celui-ci, « des discussions sont en cours avec le Pas-de-Calais et la Haute-Garonne », précise-t-on au ministère de l’énergie. Soit un total de 150.000 à 200.000 chèques dans une première phase.

Le but est de mieux comprendre comment le chèque est utilisé en fonction des modes de chauffage. Un rapport sera remis au gouvernement d’ici octobre 2017, avant la généralisation à tout le territoire français.

Faites-le donc connaître autour de vous pour qu’il bénéficie aux personnes en ayant besoin, mais n’ayant pas forcément aisément accès à cette information.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. la seule solution des « gochos » distribuer du pognon(que l on a plus)san mesurer l utilité réelle
    éteindre l incendie
    cherchez l erreur
    et tout le monde est content apparemment
    drôle de vision à long terme
    ah j oubliais le long terme !
    connaissent pas
    après nous le déluge pensent ils surement

  2. Bonjour, ce dispositif peut servir à payer des factures de chauffage au fuel ??? mais pourquoi ont-ils diminué voir supprimé les aides pour l’installation de chauffages aux énergies renouvelables ? ou est la vision d’avenir des politiques ?

  3. cet argent serait mieux utilisé à améliorer l’efficacité des bâtiments existant! C’est encore une usine à gaz, qui va faire travailler des fonctionnaires pour alourdir la note, et n’avoir rien amélioré, de plus cet investissement aurait généré du travail (baisse du chômage) et des marchés pour les entreprises, au lieu de faire d’autres usine à gaz pour donner des aides aux entreprises. C’est la continuité de l’absence de réflexion et d’imagination des politiques, comme toujours!

  4. bonjour, Chèque énergie, si c’est pour faire fonctionner des poêles à pétrôle qui pourrissent l’air qu’on respire qui rendent les logements humides, insalubres même, ce n’est pas la peine. Il faut réserver ça à un chauffage classique : soit électricité, soit gaz de ville, chaudière mazout, bois, mais pas pour ces cochonneries de chauffage sans évacuation, dangereux, qui rendent la maison plus difficile à chauffer à cause de l’humidité qui rendent les logements insalubres, sans parler des jeunes enfants qui ont plus souvent des problèmes ORL, vont plus souvent chez le médecin, avec médicaments et coût pour la sécu…,

    On laisse toujours vendre ces cochonneries dans les magasins.

Moi aussi je donne mon avis