Sondage : les Français, les énergies renouvelables et le développement durable

Rédigé par Jean-Marie, le 21 Jan 2013, à 17 h 28 min

Les sondages marketing sur l’attitude des Français face aux questions du développement durable sont comme les saisons : ils sont publiés tous les ans. Cette année, après deux ans de crise du pouvoir d’achat, ils sont d’un intérêt particulier : l’attitude écologique de nos concitoyens résiste-t-elle à la crise ?

 Les Français et le développement durable en 2013

Le réflexe de faire des économies

ecogestesAlors que le comportement des Français s’est nettement amélioré au fil des années en matière de développement durable. En période de crise, nous cherchons tous des moyens de faire des économies et, par chance, les éco-gestes en font faire Ainsi, plus encore pendant la crise, les Français réduisent leur consommation d’eau et d’énergie quand ils font la lessive, le ménage ou leur toilette. Pourtant, malgré des habitudes de consommation plus vertueuses (parfois meilleures que pour les autres consommateurs Européens), nos concitoyens s’attribuent pensent qu’ils peuvent « mieux faire ».

  •  En matière d’achat comme de consommation, les Français attribuent à leur contribution personnelle à la préservation de la planète une note moyenne de 5,7/10. Pas plus.

Des Français de plus en plus vertueux au quotidien

interrogation developpement durableAu fil des années, Les Français ont adopté de bons réflexes. Sous la douche, pour se savonner, se laver les cheveux ou appliquer un soin capillaire :

  • 71 % des Français coupent l’eau, contre 52 % des Européens.
  • Et si (contrairement à d’anciennes idées reçues) les Français prennent des douches plus souvent (6,26 en moyenne par semaine, contre 5,3 pour les Européens), ils le font également le plus vite : 8 mn53 sous la douche, contre 9 mn 33 pour les Européens.
  • Lors du brossage des dents, 87 % des Français coupent l’eau, soit 16 % de mieux que la moyenne des Européens.

A noter que les hommes en France ne sont pas en reste en termes de bonnes pratiques : Moins experts, ils suivent plus scrupuleusement que les femmes les indications de lavage. 48 % font la vaisselle à la main robinet fermé, alors que 60 % des femmes la font sous l’eau courante. 80 % ferment l’eau pendant le rasage.(1)

C’est l’opportunité de remettre en cause la consommation à outrance :

A cause de la “maison qui brûle” et de la crise, on est tous dans la même barque. Mais  la crise ouvre des opportunités vers un modèle de vie et de consommation nouveau. Autrement dit :  Crise = Opportunité = Optimisme

Avec l’émergence de nouveaux comportements économes et écologiques, certains Français découvrent qu’une consommation plus simple, plus pragmatique, plus locale peut tout à fait leur offrir le même niveau de satisfaction que la consommation à tout-va. La crise, paradoxalement, ouvre la voie à une envie de croire en l’avenir en dépit des inquiétudes forte pour soi et les siens (2) :

  • 54 % des Français déclarent s’inquiéter pour leurs enfants demain et s’interroge sur notre modèle économique et de société,
  • 88 % des français déclarent que la crise économique devrait être une occasion de revoir nos modes de vie et de consommation (40 % sont tout à fait d’accord)
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour la brosse à dent, les dentistes disent que l’on ne doit pas mouiller sa brosse à dent, donc il n’est pas nécessaire d’arrêter l’eau. http:// http://www.adf.asso.fr/fr/presse/fiches-pratiques/hygiene-bucco-dentaire : “Point de détail : la brosse à dents ne se mouille pas avant utilisation.”

    Il semble qu’aussi bien en Belgique qu’en France, on ne sache pas qu’on peut stocker l’énergie sous diverses formes : l’eau (les barrages), l’air comprimé (en sous-sol), Chimie, etc… Comme c’est déjà le cas en Allemagne, en Australie, et ce sera le cas aux USA.

  2. @ Danyveline : que vous le vouliez ou pas, la transition énergétique est déjà en cours et est irréversible !
    Ce n’est pas un dogme mais une réalité très concrète (voir mon post plus bas) ; que faites- vous personnellement pour diminuer voter empreinte énergétique ? D’autre part, point besoin d’être Ecolo mais simplement réaliste et respectueux de l’environnement pour agir sur ce plan.
    En Belgique, le soutien de l’Etat diminue d’année en année, car les photovoltaïque devient meilleur marché.
    A terme, tout le monde aura intérêt à s’équiper ainsi si son habitat le permet ; en effet, le coût de l’électricité et du chauffage sera tel dans l’avenir, qu’un investissement énergétique sera vite amorti
    Il est normal que ceux qui auront fait les premiers cet effort bénéficient d’aides publiques : ces pionniers auront ainsi amorcé un mouvement que rien ne pourra ralentir…
    Ma production PV de ce jour (mardi 22 janvier) a dépassé les 45 kWh.
    Enfin, par rapport au fait du caractère “interruptible” de ces énergies (PV et vent), il faut considérer une année entière et là on est toujours grand gagnant ! Celui qui est fâché avec les chiffres n’est donc pas du côté que vous désignez !

    • Tous les producteurs privé d’électricité, que ce soit photovoltaïque ou éolien, avant de payer à prix d’or leur production, qu’il consomme déjà ce qu’ils produisent et à ce moment le surplus je suis d’accord qu’il soit payer à prix d’or, c’est comme si moi en temps que privé je fais du pain écolo ou bio, et que j’impose au boulanger de mon quartier à l’acheter 5x plus cher que lui ne vend sa production, et que je rachète ce pain au prix du marché, comme ça c’est pas compliqué de rentabiliser son matériel.

    • La situation en Belgique est différente : les petits producteurs (moins de 10kWc de puissance) reçoivent des certificats verts (65€ l’unité) en fonction de leur production. Ce système diminue d’année en année pour les nouveaux producteurs. Tous les consommateurs payent une très petite quote-part pour soutenir un peu le système (la comparaison que vous faites avec le boulanger ne tient donc pas du moins en Belgique).

  3. Je suis effaré quand je lis les contre-vérités, voire les sottises qui sont écrites au sujet de la “transition énergétique”. Les “écolos” (??) qui propagent ces “dogmes” n’ont manifestement aucune notion des ordres de grandeur, en matière de quantités d’énergie consommées actuellement dans notre pays, et surestiment beaucoup les capacités énergétiques réelles de la plupart des énergies dites renouvelables (photovoltaîque et éolien, en particulier), et oublient, surtout de rappeler que, pour l’instant ces énergies ne peuvent être “rentables” pour le producteur que si elles sont largement subventionnées (notamment par la “CSPE”, taxe payée par tous les consommateurs d’électricité, le plus souvent, à leur insu!). Ils “oublient” également de rappeler que le soleil et le vent étant, par nature des énergies interruptibles, leur installation suppose l’existence d’un “secours”; généralement producteur de GES!…
    Enfin, ils ont une fâcheuse tendance à être fâchés avec la réalité des chiffres!…

    • Entièrement d’accord avec ce propos, je complète il faudra de plus construire des centrales charbon ou fuel, qui sont polluantes pour palier aux aléas de la production des énergie renouvelables de ce style, ne prenons pas l’exemple des Allemand, car c’est pas avec les panneaux photovoltaïques et les éoliennes que vous allez faire rouler les TGV à 300km/h, lorsque le vent va s’arrêter de souffler ou le soleil se cacher, il faudra descendre pour pousser.

    • Oui mais nous sommes en France.

  4. non on est pas tous dans la même barque ,
    en temps de crise!…

  5. Face à ce genre d’étude, je suis toujours étonné qu’on ne souligne pas l’intérêt qu’il y a de marier par exemple, la production photovoltaïque et l’utilisation d’une pompe à chaleur. Voici bientôt un an que nous avons opté pour ce mariage énergétique et nous pouvons déjà dire que nous sommes devenus autonomes énergétiquement. Nous le sommes aussi devenu pour l’eau courante (eau de pluie filtrée à 5 microns ; elle est aussi osmosée ce qui remplace totalement l’achat d’eau minérale et en plus en atteignant une pureté quasi parfaite : 0 microgramme d’impuretés par litre alors que l’eau de ville dépasse largement les 350 microgrammes par litre !
    Détails sur autarcie.be

    • Bjr à tous,

      Baudouin, A combien revient l’installation pour utiliser l’eau de pluie pour la consommation ? Filtre 5µ + Osmose. Faut-il faire faire des analyses? Je suis inquiet quand je vois l’eau de mon robinet qui est loin d’être claire. ???
      Je suis producteur d’électricité PV environ 25% de ma consommation
      Grâce aux pompes à chaleur ma conso à diminuée. L’achat de panneaux est amorti en 5 ans et ont un durée de vie de 20 ans.
      Il faut penser à nos enfants et petits enfants pour leurs laisser un planète vivable.

Moi aussi je donne mon avis