Avec le printemps arrive la Semaine pour les alternatives aux pesticides !

Profitant des 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, la Semaine pour les alternatives aux pesticides (SPAP) a pour but de nous sensibiliser aux enjeux sanitaires et environnementaux des pesticides, ainsi que sur les alternatives existantes.

Rédigé par Séverine Bascot, le 20 Mar 2019, à 7 h 55 min

Grande opération nationale et internationale annuelle ouverte à tous, la 14e édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides est un temps fort de la mobilisation citoyenne sur ce dossier épineux. D’ailleurs, le succès croissant de cet événement montre que la société civile ne veut pas être tenue à l’écart. Alors, pendant 10 jours, une cinquantaine d’organisations ont prévu des centaines de manifestations, pas seulement pour dénoncer l’impact de ces pollutions chimiques sur notre santé et notre environnement, mais surtout pour promouvoir les alternatives aux pesticides.

Semaine pour les alternatives aux pesticides (SPAP) – Plus de 700 événements recensés dans toute la France

Pour sa 14e édition, la SPAP, qui se tient chaque année du 20 au 30 mars partout en France mais aussi dans d’autres pays d’Europe ou encore en Afrique, en Amérique Latine, a pour thème : la biodiversité !

Semaine alternatives pesticides

Les 50 organisations nationales partenaires, dont Générations Futures, Greenpeace, les Amis de la Terre, la LPO, la Fondation pour la Nature et l’Homme, France Nature Environnement, Nous voulons des coquelicots, Terre et Humanisme (pour n’en citer que quelques unes) ainsi que les acteurs locaux sur les territoires organisent des conférences, des ateliers, des projections-débats, etc. pour informer sur les dangers des pesticides et les alternatives existantes.

« Des agriculteurs aux cuisiniers en passant par les enfants, les citoyens, les élus, les entreprises, les jardiniers amateurs, les militants, les médecins, les étudiants, les simples curieux ou encore les consommateurs, les instituteurs, les agents techniques », tout le monde peut participer pour :

  • s’informer sur les risques réels des pesticides de synthèse
  • découvrir les alternatives
  • se mobiliser pour un avenir sans pesticides

Le saviez-vous ?

La France est toujours dépendante des pesticides : avec une consommation moyenne de 62.000 tonnes de pesticides par an, elle est le second pays utilisateur de pesticides en Europe après l’Espagne.

Quelques événements à suivre

De nombreuses activités éducatives sont prévues dans les écoles : expositions, projections, jeux, repas bio à la cantine… Dans toutes la France, des salles de cinémas proposeront des projections-débats de Zéro Phyto 100 % Bio de Guillaume Bodinet et de Le grain et l’Ivraie, de Fernando Solanas.

D’un côté plus pratique, des ateliers jardinage sans pesticides sont organisés pour découvrir les alternatives. On pourra aussi s’inscrire dans certaines communes à des activités d’entretien des espaces publics sans pesticides impliquant tous les citoyens.

D’autres communes organisent des trocs de graines, de plantes et de boutures, ou encore des balades urbaines ou champêtre à la découverte de la biodiversité. Et bien sur de très nombreuses conférences et soirées d’information pour mieux comprendre les problématiques des pesticides, de l’alimentation, des sols…

Rappel

À la veille de l’ouverture de cette nouvelle Semaine pour les alternatives aux pesticide, 9 associations de défense de l’environnement menées par l’association Noé Conservation ont publié le manifeste « 0 pesticide sur tous les espaces non agricoles ». Parallèlement, une pétition a été lancée pour que soit interdit l’usage des pesticides de synthèse sur les forêts, des espaces verts ouverts au public ou encore les réseaux ferrés.

La remise du label « Terre saine communes sans pesticides »

Le ministère de l’Environnement et l’Agence française de la biodiversité remettront le 21 mars le label Terre saine communes sans pesticides aux communes vertueuses, qui atteignent et dépassent les objectifs de la loi Labbé, par leurs actions pour ne plus utiliser de produits phytosanitaires.

Semaine alternatives pesticides

Des collectes de pesticides

Comme chaque année et deux fois de l’an, l’enseigne Botanic organise une collecte de pesticides dans ses 70 jardineries à travers la France, ce qui lui a déjà permis de récupérer près de 60 tonnes depuis le lancement de l’opération en 2014.

À l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, les jardiniers amateurs pourront y rapporter leurs déchets dangereux de phytosanitaires restants les week-ends des 22 et 23 ainsi que des 29 et 30 mars 2019. En échange, ils recevront un jus de pomme bio !

À savoir

Cette année, à l’occasion de l’entrée en vigueur de la Loi Labbé le 1er janvier 2019, l’enseigne annonce aussi la tenue d’un événement festif le samedi 30 mars prochain dans l’ensemble de ses magasins.

Un concours artistique pour les écoliers

Comme les années précédentes, Générations Futures, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), Bioconsom’acteurs, ainsi que l’Agence française pour la biodiversité (AFB) organisent un concours de dessins à destination des plus écoliers et périscolaires. Le thème de cette année : « La biodiversité près de chez nous ».

semaine alternatives pesticides

Pour en savoir plus et trouver des événements près de chez vous, rendez-vous sur www.semaine-sans-pesticides.fr

Article mis à jour et republié
Illustration bannière : Les coquelicots et pollinisateurs, une biodiversité qui se porte bien sans pesticides – © Stanislav Avdeev
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis