Prix du gaz, licenciement, SNCF : ça change au 1er décembre

Comme tous les premiers du mois, un nombre de mesures entrent en vigueur. Plus ou moins agréables, elles toucheront notre quotidien.

Rédigé par Anton Kunin, le 1 Dec 2016, à 11 h 40 min

Une politique de dédomagement plus généreuse en cas de retard chez la SNCF, une augmentation des prix de gaz chez Engie, de nouveaux motifs de licenciement économique, des documents en plus à présenter pour récupérer son véhicule mis en fourrière et une délivrance de documents d’identité facilitée en Bretagne : tour d’horizon des mesures entrant en vigueur aujourd’hui.

Seule bonne nouvelle : la SNCF sera plus généreuse

Si vous prenez un TGV ou un Intercités, la SNCF vous dédomagera désormais à partir de 30 minutes de retard, et quelle qu’en soit la cause. Auparavant, seuls les retards imputables à la SNCF étaient remboursés. Le remboursement, de 25 % du prix du billet, se fera uniquement en bon d’achat, de quoi faire froncer les sourcils aux voyageurs occasionnels. Bonne nouvelle cependant : ce bon d’achat pourra être utilisé en plusieurs fois.

Cette évolution de la politique des dédomagements intervient en accord avec l’harmonisation au sein de l’Union européenne des indemnisations des voyageurs lésés par les transporteurs. N’ayant pas pu se plier au règles dès 2009, la SNCF a demandé à Bruxelles un délai supplémentaire jusqu’en 2014, lui aussi non tenu.

train-retard-sncf

Prix du gaz, licenciement économique et véhicules en fourrière

Les tarifs réglementés du gaz pratiqués par Engie augmentent à nouveau à partir d’aujourd’hui. Les foyers qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson verront une hausse de 0,9 %, ceux qui cuisinent et se chauffent au gaz verront leur tarif augmenter de 1,6 %, et ceux qui utilisent la précieuse ressource bleue pour se chauffer paieront 2,6 % plus cher.

Le licenciement économique s’assouplit a partir d’aujourd’hui. Dans les petites entreprises, une baisse significative des commandes ou du chiffre d’affaires par rapport à une période comparable de l’année précédente pourra le justifier. Le Ministère du travail espère que cette mesure permettra plus d’embauches en CDI.

Les automobilistes dont la voiture a été mise en fourrière devront désormais présenter plus de papiers pour le récupérer. En plus du permis de conduire, le certificat d’assurance du véhicule sera exigé. Le gouvernement souhaite ainsi lutter contre automobilistes qui roulent sans assurance.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis