Premier bilan encourageant pour le navire à hydrogène Energy Observer

Energy Observer est un catamaran d’un nouveau genre propulsé par des énergies non polluantes. Il doit effectuer un périple de six ans pour pouvoir les tester grandeur nature, notamment l’hydrogène. Il a déjà parcouru 20 000 kilomètres !

Rédigé par MEWJ79, le 12 Dec 2018, à 11 h 40 min

Energy Observer est le premier navire hydrogène visant l’autonomie énergétique, sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines. Il a parcouru 20.000 kilomètres propulsé par des énergies non polluantes. Le premier bilan des scientifiques est positif et plein d’espoir.

En mer, le solaire fournit l’électricité et lors de phase d’arrêt, l’hydrogène prend le relais

Il est surnommé le Solar Impulse des mers. Le bateau-laboratoire Energy Observer, qui doit voguer pendant six ans pour un voyage de sensibilisation au développement durable, a déjà parcouru près de 20.000 km, a visité 14 pays et effectué 33 escales. Après seize mois en mer, l’heure est au premier bilan de ce périple expérimental dédié aux énergies du futur (1).

Si lors de la navigation en Méditerranée « le solaire s’est montré le meilleur allié de l’équipage pour recharger les batteries », lors des escales, l’hydrogène a pris le relais et fourni le plus d’énergie, selon le communiqué. L’Energy Observer a ainsi produit près d’une demi-tonne d’hydrogène, pour un rendement énergétique de 42 %.

L’Energy Observer a produit près d’une demi-tonne d’hydrogène, pour un rendement énergétique de 42 % © Energy Observer

Ce bateau aura bientôt deux ailes

Pour fonctionner pendant ces longs mois, le navire a donc utilisé à 40 % l’électrique et à 60 % l’hydrogène, produit tout simplement à bord par électrolyse de l’eau, à partir de piles à combustible. Un espoir pour l’avenir. En effet, cette énergie non polluante pourrait bientôt être utilisée dans des maisons, et même des quartiers.

En attendant, le projet va se poursuivre sur les flots, mais le système sera amélioré. La surface des panneaux solaires va être agrandie, et un moyen de stockage thermique par récupération de chaleur installé. Le bateau restera donc en chantier à Saint-Malo jusqu’en mars 2019. Les voiles seront remplacées par deux propulseurs éoliens, deux ailes à deux volets de 31,5 m2 seront disposées sur les deux flotteurs. La suite du voyage se fera en Europe du Nord.

Illustration bannière © Energy Observer
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis