Environnement : quels sont les métiers qui vont recruter en 2021 ?

Cette année, les métiers verts devraient connaître une embellie. Voici ceux qui seront les plus recherchés d’après le cabinet de recrutement spécialisé Birdeo.

Rédigé par Stéphanie Haerts, le 30 Jan 2021, à 11 h 15 min
Environnement : quels sont les métiers qui vont recruter en 2021 ?
Précédent
Suivant

À l’avenir, l’environnement va devenir un enjeu majeur pour le gouvernement mais aussi les entreprises. Cette tendance devrait également accroître la recherche de certains métiers du développement durable. Voici lesquels.

Atteindre la neutralité carbone

Aux côtés des métiers très recherchés autour du bien-être animal comme celui de soigneur animalier, ou autour du bien-être tout court d’ailleurs, vont se développer les métiers en lien avec  la protection de l’environnement.

Comme l’explique le cabinet de recrutement Birdeo dans des propos rapportés par Capital : « La crise sanitaire et économique traversée a finalement davantage mis en lumière une crise écologique sans précédent, et avec elle, de nouveaux talents à recruter rapidement ».

Après avoir interrogé 200 entreprises sur les métiers qu’elles souhaitaient recruter à l’avenir, cinq métiers ont émergé, qui seront probablement très recherchés en 2021.

Trop peu de déchets recyclés – © Rawpixel.com

Conseiller en transition neutralité, le métier le plus recherché

Le métier le plus plébiscité par les entreprises est celui de conseiller en transition neutralité carbone. Ce métier est très recherché depuis que la stratégie environnementale de la France s’oriente vers un objectif de neutralité carbone d’ici à 2050. Cette personne sera chargée de conseiller les entreprises à atteindre la neutralité carbone. Il lui faudra détenir un diplôme Bac+5 ainsi qu’une spécialisation dans l’environnement. La rémunération est comprise entre 45.000 et 60.000 euros.

La taxonomie verte Toujours dans le but d’atteindre la neutralité carbone, l’Union européenne souhaite répertorier les activités économiques durables, qu’on englobe sous la désignation de « taxonomie verte ». Pour répondre à cet objectif, on aura donc besoin de spécialistes en la matière. Il s’agit de chefs de projet « taxonomie verte » qui devront donc étudier et répertorier les activités durables d’une entreprise. Pour exercer ce métier, un Bac+5 avec une spécialisation en environnement ou finance verte sera exigé. La rémunération sera comprise entre 45.000 et 65.000 euros brut par an.

Exploiter les matières recyclées

Les matières plastique et carton sont encore peu recyclées. Seuls 32,5 % des 29 millions de tonnes de déchets plastiques ont été recyclés en Europe en 2018.

Réduire les déchets

Pour doper le recyclage, de nouveaux métiers devraient donc émerger. C’est notamment le cas avec le métier de chef de projet éco-conception et recyclabilité. Ils seront chargés de créer des produits et des services qui ont un faible impact sur l’environnement car contenant un  maximum des matières recyclées. Ce chef de projet détenant un Bac+5 de formation ingénieur ou design pourrait prétendre à un salaire compris entre 45.000 et 55.000 euros par an.

Travailler l’image de marque

L’image d’une marque est véhiculée par le contenu qu’elle produit. C’est pourquoi, les entreprises responsables rechercheront des chargés de contenu. Ces derniers auront pour objectif de sensibiliser les consommateurs à un produit plus écolo. Une spécialisation en RSE ou développement durable pourra leur être demandée. Le salaire annuel devrait être compris entre 35.000 et 45.000 euros par an. 

Les projets sur l’hydrogène vont se multiplier

C’est un autre objectif phare du gouvernement. L’hydrogène vert, qui ne rejette que de l’eau, est au coeur du plan lancé par l’exécutif en 2020. En France, 7 milliards seront investis sur dix ans pour développer cette filière.

Les métiers de l’énergie verte © petrmalinak

Cette nouvelle énergie est considérée comme l’un des moyens pour lutter contre le changement climatique. L’hydrogène pourrait ainsi probablement devenir le carburant de demain et remplacer le pétrole à moyen terme. Une stratégie qui pourrait réduire l’émission de 250.000 tonnes de CO2 par an.

Pour accompagner ce développement, les entreprises vont recruter des chefs de projet hydrogène. Ces derniers devront piloter et coordonner les projets de développement de l’hydrogène. Ce chef de projet devra également obtenir les autorisations nécessaires à l’installation de solution hydrogène. Il aura à sa charge la gestion du budget et du planning. Cet ingénieur issu d’une formation de niveau Bac+5 pourrait toucher entre 50.000 et 70.000 euros brut par an.

Illustration bannière : Les métiers verts ont le vent en poupe en 2021 – © Oleksii Sidorov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis