La maison bois 3.0 se lance en crowdfunding : Leko Homes

Et si la maison bois et l’habitat durable fusionnaient avec des technologies de pointe, pour que la maison détecte ses propres pannes ? Pour posséder un système tout-en-un isolation thermique/chauffage/qualité de l’air/domotique intégré, la startup Leko Homes développe ces maisons du futur dans Les Vosges et compte sur le crowdfunding pour se lancer.

Rédigé par Stephen Boucher, le 22 Feb 2016, à 15 h 09 min
Cet article a été sponsorisé, mais nous gardons
notre liberté éditoriale et y avons écrit ce que nous pensons.

Si les maisons à ossature bois séduisent par leur design et leurs performances écologiques qui font rêver, les maisons bois développées par Leko Homes repoussent l’habitat durable dans ses retranchements. Connectées, intelligentes et performantes, elles défendent un modèle de qualité de vie qui offre un confort et une sécurité optimales.

Quand votre maison détecte ses propres pannes

La maison bois Leko intègre les dernières innovations de la domotique : en cas de défaillance, la maison effectue un auto-diagnostic et contacte un réparateur local agréé. Pour l’isolation et le chauffage, la startup basée dans les Vosges a développé une unité centrale de chauffage brevetée (Leko CPU) et maintient une isolation renforcée grâce à la construction hybride bois/béton et son installation bio-électrique. Leko garantit des maisons zéro énergie qui respectent des normes exigeantes d’éco-construction et visent des économies d’énergie.

Preuve à l’appui, elle a créé en collaboration avec le Laboratoire d’Étude et de Recherche sur le Matériau Bois (le Lermab), le nouveau système constructif Leko CWT (pour Crossing Wood Technology) qui robotise la construction des parties en bois – issu de filières locales et durables – et permet de construire en série des maisons personnalisées.

Leko Homes

Architectes : Innauer-Matt / Crédit Photos : Leko Homes

Résultat ? La maison Leko est trois fois plus résistante que la maison à ossature bois classique et offre 15 % de résistance thermique supplémentaire comparée à la même épaisseur en ossature bois.

Leko rassure en se positionnant à l’inverse des maisons bois développées par les géants américains qui génèrent des doutes sur l’utilisation des données personnelles recueillies. « On ne collecte pas les données de nos clients. Acheter une maison Leko c’est choisir une alternative éthique et durable qui est incompatible avec le big data ! » soutient François Cordier, le fondateur de Leko Homes.

Utiliser la domotique pour retrouver un lieu de vie sain

Avec le bien-être et la performance en objectif principal pour ses maisons, Leko a axé le design autour du concept de la maison comme lieu de vie créateur de liens. La pièce centrale autour de laquelle gravite l’espace de vie est une large pièce ouverte regroupant cuisine, salon et salle à manger pour favoriser les échanges.

La domotique joue un rôle fondamental dans ces maisons. Dans la cuisine, la table de cuisson est équipée d’une hotte aspirante BORA qui absorbe les émanations directement là où elles se produisent. Dans les endroits sensibles comme les chambres à coucher, les pollutions électromagnétiques sont supprimées grâce à un système bio-électrique.  

Crowdfunding : Leko Homes compte sur WiSEED pour lancer son concept

Créée en 2014, la startup dirigée par François Cordier et Gael Defer a terminé l’année 2015 en beauté en réunissant plus de 150.000 euros grâce à ses partenaires institutionnels et en participant à la COP21 aux côtés de la plateforme d’equity crowdfunding WiSEED. C’est d’ailleurs cette plateforme qu’ont choisie les deux fondateurs pour réaliser leur levée de fonds, en cours jusqu’à fin février.

Ils espèrent y lever 400.000 euros pour finaliser la R&D, recruter des équipes et avancer sur la phase d’industrialisation du projet. Pour l’heure, la startup vient de signer la construction d’une première maison de plus de 400m² au pied du Mont Blanc, de quoi planter le décor pour l’année 2016.

leko homes

Credits : Agence d’architecture Mircam SARL (78), Photo : François Cordier, Leko Homes

François Cordier défend les ambitions de Leko : « Le but de Leko est d’accélérer la transition mondiale vers un habitat durable. Nous développons des technologies de rupture pour démocratiser la maison 3.0 : il est temps de faire sortir la maison de l’âge de pierre. » Ou de l’âge des parpaings ciment, devrait-on dire…

Les premières maisons pilotes verront le jour en 2016 dans Les Vosges, en Alsace et au Luxembourg, pour une production garantie en 100 jours.

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. franchement moi je serrais prête à signer toute de suite pour un maison réelle éco plus ,m^me pour 15 % de plus sur le prix du bâtit actuel ci celle ci réduit sincèrement mes frais énergie par 4 et si ce n’est pas le cas un contrat obligeant le fabricant a l’ honorer par tous les moyens qui lui son donnés en cas d’échec la société devra être tenue au remboursement des 15% supplémentaire

    effectivement il y à aujourd’hui beaucoup de promesses mais peu son tenues . la clime arrive au mieux a réduire les coûts par 3 !!!le radiateur à inertie par 2 pourtant la note reste toujours élevé alors Messieurs les constructeurs a vos fourneaux .Ne soyez pas surpris la note actuelle sur le chauffage par exemple reste la m^me que pour une maison faite traditionnelle avec une isolation traditionnel brique agglo isolation par polystyrène sol plancher et double vitrage que a celle construite avec ces nouvelles normes Européenne obligatoires comparaison faite entre voisins.

  2. @degolarson : la maison c’est le rêve de 80% des français. Non pas car ils rêvent d’individualité mais car ils voient la maison comme l’endroit où fonder une famille, où mettre sa famille à l’abri, un refuge, et nous partageons cette vision de l’habitat chez Leko. Nous préférons apporter des solutions de rupture qui transforme la maison du stade de problème à celui de solution, en devenant productrice d’énergie, plutôt que d’essayer de faire culpabiliser les gens avec une attitude moralisatrice. On pourrait aussi leur dire qu’il faut s’éclairer à la bougie ou se déplacer à cheval. Force est d’admettre que les gens préfèrent se déplacer en voiture et s’éclairer à l’électricité.

  3. C’est quoi, une installation Bioélectrique ??? Que vient faire les terme bio avec l’électricité et la domotique ?? Sans ondes nocives avec tous ces capteurs ?

    • Bonjour Catherine. Vous avez vu juste. Lorsqu’un courant électrique traverse un cable il produit un champ électromagnétique. Chez Leko nous prenons soin de construire des maisons les plus saines possibles avec des matériaux locaux et bio-sourcés. Nous sommes modernes et connectés 🙂 mais essayons de limiter le plus possible les pollutions inutiles d’où une installation bio-électrique, ou bio-compatible, c’est à dire neutre pour les occupants de la maison. Nous espérons avoir répondu le mieux possible avec votre question. Salutations des Vosges, la team Leko.

  4. Bonjour
    Tout à fait intéressant, mais un bémol de taille :
    je cite « Résultat ? La maison Leko est trois fois plus résistante que la maison à ossature bois classique et offre 15 % de résistance thermique supplémentaire comparée à la même épaisseur en ossature bois » je suis désolé mais ce n’est pas du factuel, c’est de la pub.
    On veut des chiffres et des éléments qu’il est possible de comparer afin de se faire une idée, on vous le dit depuis des lustres !
    et aussi la différence entre Crossing Wood Technology et Cross Laminated Timber qui est une technique aujourd’hui de référence, voir l’immeuble Jules Ferry à St Dié (Vosges) contruit en KLH marque commerciale d’un système CLT

    Reproduire la pub quand elle paraît sympathique, c’est mieux que rien, mais creuser un peu et donner des infos pour se faire une idée juste, c’est bien aussi

    • SVP parlez Français on est en France, à l’avance merci.

    • Allez tiens je prends le risque : la maison individuelle, ça devient ringard et il va falloir en revenir, parceque c’est pas avec ça qu’on va cesser de grignoter des terres agricoles et d’avoir besoin de transports individuels.
      L’avenir est au petit ou moyen collectif entre 10 et 30 logements, avec des espaces partagés : salles de convivialité, buanderies, chambres d’amis, ateliers, aires de jeu, jardins, mutualisation de services.
      Si en plus c’est en bois alors tout va bien. Bourré de domotique ? Inutile si les habitants se sentent solidaires les uns des autres et prennent en main la gestion de leur habitat.

    • Bonjour Degolarson. Le système CWT développé par Leko ici dans la Silicon Valley du bois, à épaisseur équivalente, est 15% plus performant thermiquement qu’un mur en ossature bois. Plus factuel je pense qu’on ne peut pas. De la pub consisterait à dire : nos murs CWT Leko sont plus performants que des murs en ossature bois classique. Le système du CLT est intéressant comme vous le notez pour prendre de la hauteur (et encore). Avec le CWT Leko on peut déjà aller en R+4 voir R+5 au stade du proto. Chez Leko nous pensons que le CLT n’a pas sa place dans la construction de maisons individuelles si ce n’est peut être en plancher. C’est un système lourd, fortement consommateur de bois, peu isolant, et plein de colle, et que dire de la résistance au sismique… Qui plus est qui laisse très peu de marges à nos entreprises ici en France… Vous citez KLH un produit à forte valeur ajoutée, produit non pas ici en France mais en Autriche. Le CWT est un système 100% français, mis au point ici dans les Vosges, fabriqué avec des bois locaux, offrant les avantages de l’ossature bois et du CLT sans leurs inconvénients. Salutations des Vosges, la team Leko.

Moi aussi je donne mon avis