La Cour des comptes dénonce un double gâchis

La Cour des comptes appuie là où ça fait mal et dénonce deux investissements devenus des gouffres pour les finances : l’éco-taxe et le zoo de Vincennes.

Rédigé par Maylis Choné, le 9 Feb 2017, à 11 h 00 min

On se doutait que ces projets n’étaient pas gratuits. Mais les millions d’euros dépensés, pour rien, dans le financement de l’écotaxe, qui ne verra jamais le jour, et dans les déficits du zoo de Vincennes, donnent le vertige.

Des centaines de millions d’euros pour l’écotaxe poids lourds

Publié le 8 février 2017, le rapport de la Cour des comptes fait le point sur les investissements et les sommes colossales perdues ou à rembourser pour compenser les investissements effectués autour de l’ecotaxe poids lourd. Au total près de 1.119 millions d’euros ont été dépensés pour cette mesure suspendue le 29 octobre 2013 et abandonnée définitivement fin 2016 dans la loi de finances 2017.

ecotaxe-gachis-cour-compteLa note à régler pour l’État est très lourde : 958 millions d’euros d’indemnisations directes devront être versées au consortium Ecomouv’ pour la sortie de ce contrat. Ecomouv’ était en effet « chargé de l’exploitation et de la maintenance du dispositif et de la collecte de cette taxe », précise le site actu-environnement.com. Il faudra également payer les intérêts de ces emprunts (35 millions d’euros). La perte que cette mesure aurait dû rapporter aux administrations publiques s’élève à 9,83 milliards d’euros pour la période 2014-2024.

Zoo de Vincennes : tout neuf et déjà en déficit

Autre gâchis, le Parc zoologique de Vincennes. Réouvert au public en avril 2014 après plusieurs années de rénovation, le Muséum d’histoire naturelle est en déficit. Les sages de la rue Cambon s’alarment devant le plan de financement ambitieux et « hasardeux » mis en place à la suite des travaux. Le taux de fréquentation du zoo n’est pas à la hauteur des espérances. Sur les 1,7 million de visiteurs prévus, le site n’a enregistré que 920.000 entrées en 2016.

Une baisse de fréquentation sans doute liée aux attentats de 2015. Quoi qu’il en soit, l’État a dû injecter 9 millions d’euros fin 2015 sur les 12,6 millions d’euros que le Muséum doit payer chaque année pour rembourser les investisseurs, les frais financiers et payer la maintenance des installations. La Cour des comptes demande au Muséum de revoir à la baisse le prix des billets, et de développer sa communication pour rendre le zoo plus attractif.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Merci Ségolène!

Moi aussi je donne mon avis