Le 5 juin, participez à la Journée Mondiale de l’Environnement

Comme chaque année, la Journée Mondiale de l’Environnement organisée par les Nations Unies se déroulera le 5 juin. Une journée importante pour encourager la prise de conscience et la mobilisation en faveur de la planète, car ‘pour prendre soin de nous-mêmes, nous devons prendre soin d’elle’ !

Rédigé par Marie Mourot, le 3 Jun 2020, à 8 h 00 min

Chaque année, la Journée mondiale de l’Environnement est célébrée par des millions de personnes dans plus d’une centaine de pays. Lors de cette journée, chacun peut agir à son échelle pour l’environnement et participer ainsi à un mouvement ayant un impact durable sur la planète.

Journée mondiale de l’Environnement 2020 : le temps de la nature

Tous les ans, la thématique de la journée mondiale de l’Environnement, ainsi que le pays organisateur, changent. Si l’année dernière, il s’agissait de la Chine et de la pollution de l’air, cette année, le pays hôte est la Colombie et la thématique-phare est la biodiversité.

La Colombie abrite de très rares espèces d’orchidées ©Andres Dica

La Colombie est l’un des pays qui héberge la faune et la flore la plus rare et la plus diversifiée. Elle compte par exemple 3.500 types d’orchidées, et 19 % des espèces d’oiseaux recensées dans le monde !

Des événements organisés pour la journée de l’Environnement 2020

Si le calendrier a été quelque peu bouleversé par les mesures de confinement, il y aura des événements organisés en ligne, accessibles partout dans le monde. Les organisateurs de la Journée mondiale de l’Environnement mettent à disposition un guide pour que chacun agisse à son échelle : jeunes, entreprises, municipalités…
On peut ainsi trouver des ressources en ligne pour apprendre à protéger la biodiversité : le Campus du WWF, la Earth School (en anglais), la Zone de Découvertes de l’IUCN… Autant de sites utiles, d’autant plus en cette période d’apprentissages à la maison.

On trouve également quelques conseils pour agir en faveur de la biodiversité : planter des fleurs pour les abeilles, manger moins de viande, utiliser moins de plastique à usage unique (qui finit dans l’océan) ou de produits chimiques toxiques (qui polluent les sols et les eaux, et menacent la biodiversité).

On peut aussi partager ses bonnes idées et ses actions, sur les réseaux sociaux ou auprès de ses amis ou voisins. On utilise les mots-clés #Pourlanature et #JourneeMondialedelEnvironnement. Il est proposé également de rejoindre le Forest Challenge de Cities For Forest : chaque personne qui relève le défi doit planter un arbre et partager cette action sur les réseaux sociaux. Pour chaque post, un arbre sera planté à Sumatra (Indonésie) grâce à un partenariat avec Reforest’Action.

Les enjeux de la protection de la biodiversité à l’ère du COVID-19

On connaît les dangers de la perte de la biodiversité. On rappelle qu’un million d’espèces végétales et animales est aujourd’hui menacé ! Or chaque espèce fait partie d’un maillon essentiel pour l’équilibre du vivant, et sa perte est irrémédiable. Une espèce qui disparaît aujourd’hui s’éteint pour toujours. Or cela entraîne des conséquences gravissimes pour nous humains ; et on sait comment enrayer la perte de biodiversité.

Partagez votre engagement avec le mot-clé #Pourlanature

Organiser la Journée Mondiale de l’Environnement à l’ère de la pandémie de coronavirus permet de nous rappeler le lien entre zoonoses (maladies qui se transmettent entre les animaux et les hommes) et perte de biodiversité. C’est la destruction des habitats des pangolins et chauve-souris qui ont entraîné une migration de ces espèces (et des virus qu’ils transmettent) chez les hommes.

« Si nous ne modifions pas nos attitudes envers les habitats sauvages, nous risquons de voir apparaître davantage de virus. Pour prévenir les zoonoses futures, nous devons nous attaquer aux multiples menaces qui pèsent sur les écosystèmes et les espèces sauvages ».

Agissons ainsi dès maintenant pour éviter d’avoir à lutter contre d’autres pandémies plus graves que le coronavirus !

Retrouvez l’ensemble des événements sur le site de la Journée Mondiale de l’Environnement.

Article mis à jour et republié

Illustration bannière : Journée mondiale environnement 2020 © World Environment Day 
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de trois enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. L’ampleur des dégradations causées à notre environnement mériterait des mesures beaucoup plus draconiennes que l’appel constant à la mobilisation des citoyens-consommateurs (tri des déchets, choix scrupuleux des produits, loisirs…) Cette culpabilisation permanente finit par être assez révoltante dans la mesure où nous avons depuis trop longtemps déjà le sentiment que les acteurs industriels s’en battent les flancs, en toute impunité, en considérant que pendant que nous nous défoulons ainsi, ils peuvent continuer tranquillement à rentabiliser leur activité, à n’importe quel prix pour la planète !
    Mais nous vivons les mêmes frustrations en matière de finance, de juste répartition des fruits du travail, de transports en commun, de pollution automobile, de qualité de l’habitat (combien de constructions neuves sont-elles réalisées avec des matériaux spécifiques environnement-isolation, en lieu et place des parpaings traditionnels, du béton et du placo !?).
    Alors, quelle solution ? Réveillons-nous braves gens !

  2. Je cite « 17% pensent qu’une rétribution financière et 7% qu’un mécénat pourrait encourager le recyclage… ». C’est triste de constater que les gens s’impliqueraient plus dans le recyclage avec un argument financier… Tout le mode doit se sentir concerné et cela sans condition !! Arrêtons d’essayer de tout vendre !

    • D’accord, à priori, avec votre approche. A une seule remarque près, c’est que nous payons directement ou indirectement les conséquences des mauvaises pratiques industrielles. Alors, pourquoi refuser systématiquement toute indemnisation de nos comportements responsables ?

  3. A mon avis, les Nations Unies sont dépassées pour la question du réchauffement climatique. Les multinationales et les autres nations mêmes ses propres membres, sont plus fortes qu’elles. La journée mondiale de… ne signifie absolument rien du tout car elle n’a aucun effet palpable concernant le fait- même. Les G7 se réunissent déjà, en quand la signature du protocole de Kyoto par les USA, en quand l’application du pollueur- payeur? Où est le crédit carbone, qui le gagne pour avoir fait quoi? La forêt Équatoriale est entrain d’être atteint par le désert du Soudan, quelle est la réaction des NU? Quant à moi, je suis fiert de mon ONGD « PDR » qui se qui se débrouille avec ses propres moyens pour reboiser en septembre, au moins 10 ha, et ce sera ainsi toutes les années. Une ONGD que je considère comme l’instrument vivant, pour ma petite entreprise verte: Agro-Bio Kenaki qui met à l’avant plan, l’environnement.

Moi aussi je donne mon avis