Les jeunes et l’environnement : rien à faire de tout ça ?

Rédigé par Annabelle, le 2 May 2014, à 15 h 36 min

La vision du jeune avachi dans son canapé qui se moque de tout est très clichée. Malheureusement, elle est partagée par de nombreux aînés ! Une enquête de 2012(1) nous apprenait que les Français considéraient les plus jeunes d’entre nous comme égoïstes (63 %), paresseux (53 %), intolérants (53 %) et pas assez engagés politiquement (64 %).

Est-ce la même chose concernant l’environnement ? Les jeunes se sentent-ils investis dans la question environnementale ?

Jeunes de moins de 30 ans : entre lucidité et pessimisme

La génération Y se transforme-t-elle en génération « No Future » ? Selon une enquête menée par l’Ademe et l’institut Ipsos sur les jeunes (Français, Allemands, Nord-américains et Chinois) et l’environnement(2) les moins de 30 ans se révèlent très pessimistes.

femme-portrait-tristesse-humeur-banAinsi, moins d’un jeune sur deux (42 %) dit être confiant sur l’état de la planète dans les dix ans à venir. Chez les plus pessimistes, on retrouve… les jeunes Français !

Ils sont seulement 17 % à se déclarer confiants quant à l’avenir de la planète. Les jeunes Chinois sont les plus optimistes avec une relative confiance sur l’état futur de la planète chez 62 % d’entre eux.

Les jeunes se montrent donc particulièrement pessimistes sur l’avenir de la planète, alors qu’ils sont eux-mêmes l’avenir de la planète…

lever-soleil-planeteContrairement aux idées reçues, seuls 31 % des jeunes en France ont une idée précise de ce que signifie le développement durable. Cela signifie que les grandes transformations en cours et à venir sont de grandes inconnues pour ces jeunes : crise des ressources énergétiques, avancée à grands pas de la société numérique, nouveaux modèles économiques… sont autant de défis auxquels une génération semblant peu préparée va pourtant devoir faire face.

 

(1) Sondage Ipsos/Logica Business Consulting pour Le Monde réalisé par téléphone les 18 et 19 novembre 2012 sur un échantillon de 1 014 personnes, représentatif de la population de 15 ans et plus (méthode des quotas).

(2)Zoom sur les moins de 30 ans, La génération « réseaux » face aux nouveaux enjeux collectifs – mars 2014.

*

> suite : associations, politique… une génération qui ne s’engage plus

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, j’ai 17 ans et je m’intéresse beaucoup à l’écologie et surtout au développement durable, j’ai créer une juniorsassocition avec quelques amies. Je suis en train de faire un petit documentaire car je croyais moi aussi que les jeunes ne sont pas intéressés par ces questions essentiels de l’avenir de notre planète, et je voulais surtout poser la question “pourquoi ces mots qui peuvent nous sauver sont si mal aimé ? “. J’en ai profité pour poser plein de questions et il s’est révélé (après 26 personnes interrogées) que les jeunes, à l’unanimité, aimaient bien, voir beaucoup, le mot écologie et tout se qu’il représente. Cela veut donc dire que la société qui ancre dans les esprits des jeunes peu intéressé, peu au courant, feignant, et qui déconsidère l’écologie à réussit à me faire rentrer cette image des jeunes dans ma tête ! Si les jeunes eux-même ont des clichés mauvais d’eux ils vont s’empresser de se vautrer dedans car de toute façon on leur fait bien comprendre que leur destin est de ne rien faire, il y a donc un vrai problème qui commence par se que les adultes leur renvoient comme image d’eux-même ! Ce qui ressort de mes interviews c’est que les jeunes sont assez pessimistes mais qu’ils sont prêt à faire changer les choses à plusieurs s’ils trouvaient un moyen de le faire et d’autre gens motivés.

    Le vrai problème dans tout ça c’est que les adultes ayant cette image des jeunes dans la tête n’essayent même pas d’instaurer des organisations où les jeunes pourraient mettre à contribution leur énergie ! C’est d’ailleurs plutôt dans l’intérêt de la société d’endormir les jeunes à coup de consommation plutôt que de les réveiller avec de l’engagement… Il faut le dire et le crier : Les jeunes c’est l’avenir, bien sûr, mais LES JEUNES C’EST AVANT TOUT LE PRESENT !!!

  2. “Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge.À notre époque, les enfants sont des tyrans”. Socrate

  3. C’est bien pour celà, que j’interviens aussi souvent ! Toute ma vie professionnelle, j’étais en contact, avec des jeunes (j’ai été prof de physique-chimie, du collège, jusqu’au supérieur (Math Sup, et colles en Math Spé)), et je me suis aperçu, que des idées “moyennageuses”, étaient ancrées ds les esprits, de tous, et étaient difficiles à chasser : “chasser le naturel, il revient, …? au Galiot !”.
    Or, qu’est-ce que la physique ? C’est l’étude des lois de la Nature, car si on l’observe de près, on s’aperçoit qu’elle ne fonctionne pas n’importe comment ! Elle fonctionne,selon certaines lois, dont le langage, le plus simple, pour en parler, est un langage international, extrêmement dénudé, qui est le langage symbolique des mathématiques, avec la même logique, et c’est ça qui est merveilleux, qui est magique, (ne dit-on pas, en breton, que j’ai le bonheur de connaître, “magie”, “physic” ?). Personne ne sait, ni ne comprend pourquoi, mais l’essentiel, c’est que ça MARCHE !
    Et ne me dites pas que la Physique, c’est des Math., et que donc, la Physique, est un sous-produit des math. ! C’est autre chose, c’est tout !
    Donc, faire de la Physique, c’est chercher les lois selon, lesquelles fonctionne la Nature, et le langage le plus simple, pour les exprimer, est le langage symbolique mathématique !
    On en a trouvé, déjà beaucoup, qui sont solidement établies,et indiscutables ! Mais, il en reste beaucoup, encore à trouver ! Il y a encore du travail !
    Mais, je rencontre, encore, en 2014, des gens, qui croient au moteur, à eau, alors, là, je sors de mes gonds !
    En 10 seconde, je vous démontre l’impossibilité du moteur à eau, ou autres fantaisies du même genre.
    A bientôt, donc, sur Consoglobe, dont les articles sont dans l’ensemble, sérieux et solides.

    • Je me méfie des chimistes et des matheux comme de la peste! Je n’ai pas dans mes connaissances de prof de math écolo…

Moi aussi je donne mon avis