Le GNV, un choix d’avenir ?

Rédigé par Consoglobe, le 17 Oct 2008, à 16 h 28 min

Le 16 octobre dernier a eu lieu l’ inauguration de la 1ère station de carburant GNV (Gaz Naturel Véhicule) destinée au transport urbain de marchandises à Paris, dans le 12ème arrondissement. Cette station alimente déjà la flotte de 26 camions assurant la livraison des magasins Monoprix, première flotte privée de véhicules roulant au GNV dans le secteur de la distribution.

La station GNVert a pour vocation à accueillir d’autres entreprises souhaitant s’engager dans une chaîne logistique respectueuse de l’environnement et ainsi réduire l’impact des transports en zone urbaine.

Qu’est-ce que le carburant GNV ?

Le GNV, cousin du GPL est composé de 90 % de méthane (CH4). Le combustion de cet hydrocarbure naturel ne produit ni oxyde de soufre, ni plomb, ni poussières, ni fumées noires et peu d’oxyde d’azote et dégage le moins de monoxyde de carbone. Par ailleurs, ses réserves naturelles sont plus importantes que celles du pétrole.

Plusieurs réseaux de transports en commun (Nice, Poitiers, Montpellier, Strasbourg…) ont choisi le GNV pour plusieurs raisons :

  • Le GNV est un gaz non explosif, de par sa composition chimique et son taux de compression,
  • C’est un carburant propre composé de gaz naturel comprimé à 200 bars. Il est d’ores et déjà conforme aux normes européennes de l’an 2000 sur les émissions de polluants.
  • C’est une énergie primaire, ne nécessitant aucune transformation susceptible de polluer.
  • Non polluants, les bus équipés au GNV sont reconnus plus silencieux que les autres bus (- 5 à 8 décibels).
  • Le GNV est excellent pour la longévité des moteurs.

Le GNV en chiffres

  • Le GNV produit 25 % de CO2 en moins qu’un véhicule équivalent fonctionnant à l’essence,
  • Il produit 10 % de pollution en moins qu’un véhicule équivalent fonctionnant au gazole.

En optant pour le GNV, Monoprix poursuit sa politique de développement durable pour réduire l’impact environnemental de sa chaîne logistique, qui s’appuie sur le transport ferroviaire, maritime et fluvial de marchandises et sur des entrepôts de Haute Qualité Environnementale.

  • Monoprix projette d’ailleurs de se doter du double de camions alimentés au gaz naturel d’ici 2011.
  • Plus d’un tiers des marchés de renouvellement des transports publics choisissent des solutions basées sur le GNV.
  • Plus de 50 % des véhicules de propreté de la ville de Paris roulent au GNV.

Le GNV permet aussi d’anticiper les restrictions de circulation (péages urbains, gestions des pics de pollution) que plusieurs villes européennes ont déjà adoptées. Autre facteur intéressant, c’est également un moyen de réduire les coûts liés aux transports.

Les zones floues du GNV

Ceci dit, s’engager sur la voie du gaz naturel comme carburant automobile (GNV), est-ce si bon que ça ? Se poser la question est important car si nous voulons la réussite de ce carburant, il ne faut pas le limiter à des utilitaires, mais le proposer sur des modèles attrayants, de dernière génération.

Ces véhicules pollueraient moins mais nous sommes en droit d’exiger davantage de transparence, car lorsque nous demandons aux constructeurs les chiffres prouvant que les voitures au GNV sont moins polluantes, ils refusent catégoriquement de les donner…

En effet, même si il est moins riche en carbone que le pétrole ou le charbon, le gaz entraîne tout de même des quantités significatives de CO2 lors de son emploi : son utilisation permet une baisse de “seulement” 40 % par rapport au charbon.

De plus, en tant que carburant fossile, le gaz naturel ne peut pas être une solution durable, mais le rendre renouvelable est à peu près possible. Il y a déjà en Suède des stations distribuant du GNV non fossile.

Toutefois, même si le GNV a encore des lacunes, notons qu’il est relativement abondant car les estimations des réserves prouvées oscillent entre 65 et 100 ans de production au rythme actuel de consommation. De plus, il est mieux réparti à la surface de la Terre que le pétrole.

 

En France, les carburants automobiles sont au nombre de sept :

 

  1. – Supercarburant sans plomb 98 (*) ou SP98 (0 à 5 % volume d’éthanol)
  2.  – Supercarburant sans plomb 95 (*) ou SP95 (0 à 5 % volume d’éthanol)
  3.  – Supercarburant sans plomb 95-E10 (*) ou SP95-E10 (0 à 10 % volume aximum d’éthanol)
  4.  – Superéthanol (*) ou E85 (entre 65 et 85 % d’éthanol)
  5.  – Gazole – avec des qualités hiver, été – (*) (0 à 7 % volume d’esters méthyliques d’huiles végétales)
  6.  – GPLc (Gaz de Pétrole Liquéfié carburant)
  7.   GNV (Gaz Naturel Véhicules)

Le saviez-vous ?

  • En France, le champion dans l’élaboration du Biogaz (gaz essentiellement constitué de méthane), de loin, est la communauté urbaine de Lille. Actuellement, un important projet s’établit dans le cadre européen Biogasmax, où Lille est leader, constituant à produire le carburant nécessaire à une flotte d’une centaine d’autobus !
  • Même les chinois s’y mettent, ils viennent de commander à Fiat 1000 moteurs fonctionnant au gaz naturel pour équiper les transports publics de Beijing !

*

facture-petroliere-france

Article rédigé par Elwina, octobre 2008

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. oui tu as raison ……

  2. GNVert – Le Gaz Naturel : un carburant propre. Quant je vois ça je bondis !!! Y’en a vraiment qui devrait prendre des procès et les perdre !! (cf greenwashing)
    Le gaz naturel qu’il soit vert ou bleu ou de n’importe quelle couleur (haha) il émet du CO2 quand on le brule donc je suis pas sûr que l’on puisse l’appelé “propre” au regard de la quantité qu’on en fout dans l’atmosphère.
    Dernier point de la plus haute importance : l’énergie propre ça N’existe PAS !!!! C’est comme tout c’est la quantité qui fait le poison. Le bois par exemple, qui est considéré comme une énergie “verte” comme disent les journalistes, si vous cramez tout la première année et qu’il n’y en a plus pour la deuxième : c’est pas propre !!!!
    Y’a vraiment beaucoup trop de conneries sur ce site qui sert trop souvent de relais publicitaire à de grandes firmes…

Moi aussi je donne mon avis