Fairphone : un smartphone équitable, est-ce possible ?

Rédigé par Alan, le 11 Jun 2013, à 17 h 18 min

La compagnie Fairphone sort un smartphone au nom éponyme, présenté comme équitable. Qu’en est-il dans les faits ?

Le Fairphone, un modèle de smartphone équitable

smartphoneD’abord gadget, le smartphone est devenu un objet du quotidien au point qu’il s’en est vendu 13,5 millions en France. Ce n’est pas sans poser des problèmes, à commencer par celui des ressources naturelles. Un téléphone sur deux est fabriqué avec ce qu’on appelle communément le “minerai de sang“. Ce surnom vaut à la fois pour le coltan, le cobalt, l’étain, le cuivre et tous les minerais rares entrant dans la fabrication.

> Le coltan, métal sanglant dans nos téléphones

Le minerai de sang est issu de la République Démocratique du Congo (RDC). S’il fait la fortune des chefs locaux, il est la plupart du temps extrait par des enfants dans des conditions inhumaines. Sur ce plan, il y a donc beaucoup de travail à faire.

Faire travailler des enfants est d’ailleurs loin d’être un cas isolé, comme on a vu côté fabrication avec les sous-traitants d’Apple jusque 2010. Chez Foxconn, on a installé des filets anti-suicide devant les fenêtres… Et ce n’est pas valable que pour Apple, mais pour la plupart des grands fabricants dont les sous-traitants ne sont pas vérifiés.

Fairfone, le smartphone qui évite le minerai de sang

fairphone-smartphone-equitableC’est ce que propose l’entreprise néerlandais Fairphone, qui souhaite appliquer le principe du commerce équitable aux smartphones.

Fairfone : fair comme équitable

Selon l’entreprise, cela passe par une répartition équitable des revenus, la transparence de la structure, mais aussi la vérification des conditions de travail des sous-traitants. L’entreprise travaille sur ce point avec une ONG, Conflict-Free-Tin qui travaille sur cette question au Congo.

Côté caractéristiques, on est dans un smartphone plutôt haut de gamme et on se rapproche par exemple du Nexus de Google / LG : système d’exploitation Android 4.2, processeur 4 coeurs, 1 Go de mémoire vive, 16 Go de stockage, écran tactile 960 x 450 px (4,3 pouces), 2 cartes SIM. L’appareil présente aussi deux capteurs appareils photos numériques (8 millions de pixels, 1,3 millions de pixels). L’appareil est vendu 325€ en pré-commande. Plus important, les composants se rapprochent au maximum des standards et on pourra l’ouvrir via des vis standard, de manière à changer la batterie ou ajouter de la mémoire.

Une opération de greenwashing ?

Tout cela semble joli sur le papier, mais il reste à vérifier ce qu’il en est réellement sur un plan social au moment de la fabrication. Pour l’instant les syndicats de travailleurs asiatiques n’ont pas été associé au projet.

On attend donc plus d’informations et de transparence de Fairphone afin de vérifier l’intégrité de la marque. Espérons aussi que cela inspire les autres fabricants, pour des téléphones plus équitables.

*
Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

14 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    On peut toujours taxer les initiatives de Greenwashing et effectivement dans le domaine de l’environnement l’analyse doit être globale.
    On peut alors dire qu’il faut conserver les téléphones plus longtemps, utiliser le marché de l’occasion, développer les filières de recyclage…
    Cependant, je pense que cette initiative (non issue d’un major de l’électronique) permet de mettre en place une différentiation dans ce domaine ou c’est toujours plus grand et plus neuf.
    Ils réfléchissent à la réparabilité, à l’évolutivité, aux chartes sociales, à des partenariats, aux matériaux…
    C’est déjà aller dans le bon sens et ça peut avoir des effets d’entraînement.
    Du coup je fais tout de même un coup de chapeau et attends de voir leur Fairfone 2 qui poussera plus loin la réflexion.

  2. L article me laisse sur ma faim

  3. wsh

  4. tout ce qui est fabriqué dans le cadre du développement durable m’intéresse mais attention toutes les étapes doivent faire l’objet de contrôles très suivis, je ne supporte pas ces gros groupes qui ne voient que la rentabilité….nous devrions tous être heureux sur cette terre, il y a tant de richesses à se partager.

  5. Maxime je te cite: “C’est vrai que ces mineurs sont exploités par leurs congénères puis par les grand groupes, mais si ces mineurs n’avaient pas ce travail, ils créveraient de faim. C’est malheureux à dire mais c’est la réalité.”
    Tu as raison.. quitte à crever autant qu’ils nous servent à quelque chose!
    “TOI” (comme moi) ne risquons rien à nous lever le matin, dans nos lits douillets et repus du repas de veille.
    Réveillés par le fruit de leur travail, tout au long de la journée grâce à eux nous recevons des mails, des nouvelles de nos proches, nous faisons des “affaires”, nous nous distrayons, etc….
    Mais bon, on s’en fout, quand un jeune mineur “crève” à la mine…… trois attendent derrière pour s’y engouffrer.
    Tu me fais penser à quelqu’un, (mince je trouve plus son nom!) qui pensait que sa race était supérieure à toute autre!
    tu vois qui? rappelle moi son nom!

  6. Moi, ce que j’aimerais connaître, c’est l’opinion des éventuelles utilisateurs et de réelles critiques sur les capacités du Fairphone.

  7. Je suis content que les produits de grande conso. trouvent des développeurs écolos. Il y a peut-être un monde pour nous, les RESPECTUEUX de la vie.

  8. les chefs locaux africains , autant dire des fils de femmes publiques….mais si les enfants n’avaient pas été des enfants, ils seraient des chefs locaux, c’est le karma de l’Afrique.

  9. Le coltran, minerai du tantale, est présent dans les condensateurs miniaturisés, on accuse les smartphones, mais des condensateurs, il y en a dans tout ce qui est électronique, au début de la production des condensateurs au tantale, ils étaient utilisés dans l’électronique militaire, car très chers à l’époque (dans les années 70-80), c’est seulement après des années qu’ils sont devenus moins chers et grand public, l’avantage c’est qu’à valeur égale, ils sont beaucoup plus petits que les condensateurs classiques, donc se ils se logent facilement sur les circuits de l’électronique moderne. Voila pourquoi ils sont si abondant.
    Mais je pense que si on trouvait un autre matériaux mieux que le tantale, ce dernier serait abandonné, ce qui ferait des chômeurs en Afrique. C’est vrai que ces mineurs sont exploités par leurs congénères puis par les grand groupes, mais si ces mineurs n’avaient pas ce travail, ils créveraient de faim. C’est malheureux à dire mais c’est la réalité.
    Je ne vois pas ce smartphone ne pas utiliser des condensateurs au tantale…..C’est un leurre ! Ou bien, il serait trois fois plus gros.

    • un “green washing”? je pense immédiatement à Molière…les pédants.

    • Parler de ‘travail’ c’est peut etre un peu costaud comme terme !? Il s’agit d’un contexte où on a que faire de la vie humaine ! Esclavage ou une traite’ moderne semblerait plus approprié à cette situation.

  10. La conclusion est la bienvenue : il faut en effet se demander s’il ne s’agit pas de greenwashing. Bon réflexe de la part de l’auteur 🙂

    • d’autant que la conclusion est plutôt en demi-teinte(je ne sais pas comment on dit “faux-cul poliment)…l’auteur jette un doute sur la sincérité de la marque comme s’il voulait protéger un bailleur de fonds, comme ses gens qui ont vilipendé FREE pour se dédouaner aussitôt en un “wait and see” innocent. (wait and see, pour me moquer d’Hervé…attendons & voyons selon messieurs les anglais)

    • Alan

      Bonjour,
      « Faux-cul » ? Je n’ai pas d’action chez Fairphone… J’ai accès à des infos officielles donc difficile avec si peu d’éléments de trancher. L’idée est louable (quid des autres ?), mais il subsiste forcément des doutes, spécifiquement durant la phase de fabrication. Rien à voir avec Free, qui est une entreprise connue, Fairphone est un nouvel acteur.

Moi aussi je donne mon avis