Eau virtuelle, la viande plaide non coupable

Rédigé par Jean-Marie, le 23 Apr 2012, à 18 h 27 min

Waterfootprint, une méthodologie contestable ?

La méthodologie employée comptabilise l’eau de pluie qui tombe sur les prairies naturelles : c’est la méthode Waterfootprint* appliquée aux bovins.

Les chiffres fréquemment cités d’une consommation de 1 500 L d’eau pour produire un steak (ou 15 000 L d’eau par kg de bœuf) comptabilisent 3 types d’eau :

– « L’eau bleue », qui représente 3 à 4 % des 1 500 L évoqués. Il s’agit du volume d’eau douce capté dans les eaux de surfaces et nappes phréatiques. Pour la filière bovine, cela correspondprincipalement à l’eau d’abreuvement des animaux, l’eau d’irrigation des cultures fourragères qui nourrissent les animaux et l’eau nécessaire à la transformation de la viande. L’Institut de l’Elevage évaluecette consommation d’eau en France à 20 L par steak de viande bovine.

– « L’eau grise », qui représente 3 % des 1 500 L évoqués. Il s’agit du volume d’eau théorique requis pour maintenir la qualité de l’eau aux normes en cours, dans les systèmes de production de viande.

– « L’eau verte », qui représente 94 % des 1 500 L évoqués. Il s’agit du volume d’eau de pluie stocké dans le sol sous forme d’humidité et qui s’évapore via les surfaces cultivées ou surfaces de prairies qui alimentent les troupeaux.

Interbev n’avale pas l’eau verte

INTERBEV conteste fermement la comptabilisation de cette  « eau verte » et son assimilation à de l’eau potable qui serait utilisée par l’élevage bovin. Si cet élevage disparaissait, les 2 millions d’hectares de maïs fourrage et les 13 millions d’hectares de prairies utilisés en France pour l’alimentation des bovins seraient remplacés par des céréales, des friches ou des forêts. Le volume d’eau de pluie réceptionné et évapotranspiré par ces surfaces serait alors au moins aussi important.

Il est donc inacceptable d’attribuer à la production de viande cette eau de pluie qui tombe naturellement sur les prairies et les surfaces fourragères.

Rappelons qu’en France, les fermes d’élevage bovin sont à taille humaine et autonomes : elles possèdent en moyenne une centaine d’animaux et produisent sur l’exploitation 90 % de l’alimentation de leurs troupeaux. Cette alimentation est constituée principalement d’herbe et de fourrages dont seulement 8 % des surfaces totales sont irrigués.

Rappelons encore qu’en France, les 13 millions d’hectares de prairies utilisés pour l’élevage jouent un rôle écologique clé, notamment dans la régulation des crues et le maintien de la qualité de l’eau.

Si la filière viande française devait prendre en compte l’eau de pluie dans le calcul de l’impact environnemental de l’élevage, cela aboutirait paradoxalement à n’élever les bovins qu’en bâtiments et à cesser de les alimenter à l’herbe. Est-ce la volonté des citoyens-consommateurs ?

 

En conclusion, la filière viande française, par la voix d’INTERBEV et de ses 13 organisations professionnelles, s’indigne de la diffusion récurrente de chiffres abusifs, qui discréditent tout un secteur d’activité au détriment des progrès engagés tant par les éleveurs que par les entreprises pour préserver quantité et qualité de l’eau.

*

Sur le thème de l’eau virtuelle :

l’eau virtuelle, on en mange plus qu’on en boit !…
calculez votre empreinte en eau….

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

16 commentaires Donnez votre avis
  1. si je ne mange pas de viande cela n’en donnera pas plus aux populations qui en manque

    • ouais
      ouais
      ouais….
      t’as raison !
      Et pour pas jeter ce qui reste dans les assiètes faut forcer qui à tout finir ?

    • mais ce n’est pas l’idée ):/ !

  2. Pays riches,produire,produire,encaisser,encaisser,encaisser,les Français sont des dépenseurs à n’importe quoi sans réfléchir vraiment,ni même étudier vraiment leur cas et leur situation actuelle!

  3. La viande si l’on veut il n’y en pas besoin de plus de 100gr par jour pour ètre en forme,car on trouve des protides ou protéines dans bien d’autres choses!Moi c’est mon cas depuis quelques temps avec mon mari nous avons largement diminué notre consommation de viande,il y a d’ailleurs les oeufs qui ont les mêmes valeurs,les volailles fermières,et tout ceci n’aggrave pas vos dépenses budgétaires si vous ne vous lancez pas sur de la viande matin et soir,on a pas besoin de tout cela pour vivre et correctement,ils auraient plutôt tendance à vous poussez à la consommation donc aux dépenses dans tous ces p

  4. Et combien faut-il de litres d’eau pour 1 Kg d’humain?????

  5. attention aux théories toutes faites.
    alors que tout le monde fait des régimes amaigrissants!! ce qui fait bien sur vendre des biscuits vitaminés à quand la pilule du matin?
    en tant que femme j’avoue que ça m’éviterait de faire la cuisine et surtout de me demander ce qu’on mange chaque jour

  6. C’est dommage que avec autant de légumes et de substituées à la viande les gens préfèrent se nourrir de la chair saignant d’un animal ..les gens meurent de faim à l’Afrique et partout ça serais pareil si l’humanité continue à gaspiller nous deniers recours d vie, l’écosystème est en train de agoniser et c’est pour ça les changement climatiques ayez un peu de conscience le futur est la…Réveillez vous et arrêtez de vous nourrir de la torture et cadavres d’innocents.

  7. Tout est question de bon sens et de mesure. Nous n’avons pas besoin de manger de la viande tous les jours. Néanmoins, le bétail est nécessaire à l’agriculture. Il l’est d’autant plus à l’agriculture biologique par sa contribution en fertilisants.

    Il convient par contre de distinguer clairement la viande locale, surtout en Europe, de la viande produite outre-atlantique, dans des élevages intensifs désertiques dont les aliments sont souvent issus de cultures OGM et additionnés d’hormones. Il est juste dommage que la production local ait souvent ou généralement recours au soja d’outre-atlantique… A quand un label certifiant une production 100% locale/nationale, y compris au niveau du fourrage (à moins que cela n’existe déjà mais soit trop discret)?

    Mangeons raisonnablement et local!

  8. En France la forêt gagne du terrain !
    il n’y a pas de déforestation pour réaliser des prairies mais plutôt pour construire des logements des zone commerciales et des routes.

    Mangeons de la viande locale provenant d’éleveurs identifiés, il y a plus en plus de groupement qui vendent des produits agricoles régionaux.
    Les bovins et les ovins sont nourris principalement avec le fourrage produit sur l’exploitation.

    Dans les régions de moyenne montagne l’élevage permet aux gens de rester sur place au lieu de s’exiler aux abord des villes pour trouver du travail.

    que serait la campagne sans paysans ?
    et m’aimons nous* pas voir des troupeaux au bord des routes ?
    (*citadins végétariens à bord de voitures « vertes »)

    Mais bon, le végétarisme est à LA MODE…
    faut faire gaffe, parce-que les trucs à la mode finissent par devenir des trucs démodés.

    • tous les animaux se nourrissent d’autres animaux sauf peut être les bovins , les moutons , tous ceux qui se nourrissent de végétaux ?
      les oiseaux mangent les insectes.
      les tatoo des fourmis
      les chats sauvages des souris et des rats
      etc.. etc…

  9. C’est curieux, l’argumentation de l’Interbev ne me convainc pas non plus…

  10. La pollution des eaux par les excréments n’est pas négligeable non plus (ben oui si l’eau est polluée, ça en fait moins qu’on peut utiliser) En France la quasi intégralité des cours d’eau est polluée et en majorité à cause de l’élevage.

    • vous êtes tous au régime ? ;-))))
      parler c’est beau mais il faut réfléchir de temps en temps
      j’aimerais bien voir vos assiettes
      et aussi vos analyses médicales si vraiment vous êtes végéttariens à ce point
      c’est vrai qu’avant la guerre et surtout pendant la guerre
      de 39 on ne mangeait pas de la viande tous les jours
      et pour le poisson il y en a de moins en moins et on veut en manger de plus en plus!! je crois qu’on devrait tous devenir indiens et méditer en haut d’une montagne…

  11. Un peu légers comme arguments ! Et la déforestation que cela entraîne pour implanter ces élevages industriels à une échelle à peine croyable ainsi que tous les céréales qu’il faut produire pour nourrir ces pauvres bêtes, et le rejet de dioxyde de carbone que ça génère (encore plus que celui des voitures)…
    Et la viande plaide non coupable ??? Laissez-moi rire !

    • Mais qui en est la cause? Ce n’est pas les bêtes, c’est l’HOMME qui détruit tout pour avoir toujours plus…..

Moi aussi je donne mon avis