Changement climatique : le Vatican veut frapper fort

Rédigé par Jean-Baptiste B., le 4 May 2015, à 9 h 48 min

« Au-delà de l’entendement » : c’est en ces mots que le cardinal Tuckson, l’éminence grise du pape sur les sujets de paix et de justice, a décrit le 28 avril 2015 la façon dont le recours croissant aux énergies fossiles perturbe la planète. Selon le cardinal Tuckson, une « conversion complète » des coeurs et des esprits sera nécessaire pour vaincre le réchauffement climatique. L’appel du cardinal à un éveil moral de la part des politiciens et des croyants, lors d’un sommet au Vatican dédié au changement climatique,est probablement un avant-goût de ce que contiendra la très attendue encyclique sur l’environnement, que le Saint-Siège doit publier en juin.

Le Vatican prépare une Encyclique sur le changement climatique

L’Encyclique va officialiser la position de l’Eglise sur le changement climatique

Pour la première fois de son histoire, le Vatican va publier une encyclique papale portant sur l’écologie.

Qu’est ce qu’une encyclique ? Il s’agit d’une lettre du pape à destination de l’Eglise catholique. Cette lettre a pour objectif de rappeler ou de clarifier la doctrine de l’Eglise.

Le Vatican, en tant qu’Etat, est présent à la plupart des négociations internationales. Mais il est rare qu’un pape fasse preuve d’une volonté politique telle qu’il se fende d’une encyclique en relation avec un sujet diplomatique d’actualité. Pourtant, en juin ou en juillet prochain, le Vatican publiera une encyclique sur une « écologie intégrale », dans le but affiché de peser sur les préparatifs de la conférence COP21 sur le climat, qui aura en décembre 2015.

Le Vatican délivre déjà un message fort

Si l’Eglise catholique n’a jamais pris position par écrit au sujet du changement climatique, ses principaux représentants ont déjà laissé transparaître leur engagement en faveur de la protection de l’environnement. Le 28 avril dernier, le cardinal Tuckson a par exemple invité tous les chefs de files religieux à être exemplaires.

Pensez au message qu’enverraient toutes les églises, toutes les mosquées et toutes les synagogues du monde si chacune d’entre elle était énergétiquement neutre
Le cardinal Tuckson

Le pape lui-même a déjà qualifié à plusieurs reprises la destruction de l’environnement de « péché moderne ». Selon certains experts, il est possible que l’Encyclique de juin prochain aille jusqu’à qualifier par écrit l’exploitation à outrance de la Terre de péché.

Pour le Vatican, écologie et éthique sont liées

François a déjà expliqué qu’il considère que le réchauffement climatique est du fait de l’Homme, et qu’un chrétien qui ne protège pas ce que Dieu a créé est un « chrétien qui n’a cure du travail divin ». La communauté catholique s’attend donc avant tout à un texte qui rappelle l’importance singulière de chaque être humain, au sein de la communauté des autres êtres vivants aux singularités individuelles réaffirmées.

rome-vatican-basilique-saint-pierre

Ici aussi, on réfléchit au climat

Le pape a également, et logiquement, au vu des éléments précédents, déjà fait le lien entre l’exploitation environnementale et les inégalités économiques, car « un système économique fondé sur le dieu argent doit nécessairement piller la nature pour soutenir la consommation à un rythme effréné qui lui est inhérente ». Le Pape avait déjà évoqué sa vision d’un système économique méprisant l’humain aussi bien que l’environnement en janvier 2015, lors de son déplacement aux Philippines, qui avaient été durement touchées par un typhon deux ans plus tôt(1).

Page suivante : Le Vatican sous le feu des critiques

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Etudiant à HEC Paris, je suis depuis longtemps sensible aux sujets d'économie et de consommation durable... exactement comme consoGlobe ! J'ai travaillé sur...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Canville, on pourrait dire aussi : “Il a tout faux Marcel Leroux – Il ferait bien de relier le pape”. Il ne s’agit pas d’opposer les égos et les intérêts des uns aux égos et intérêts des autres.
    Aujourd’hui, ce sont des faits observables et mesurables qui illustrent le réchauffement. Et se sont des positions dogmatiques (ou luttant pour maintenir des rentes, comme le font des pétroliers…) qui entretiennent le déni. Le réchauffement créé par les humains est là. Nier des faits ou imaginer que l’activité humaine n’a pas de conséquence est un délire. Canville, vous croyez vraiment que si vous faites quelque chose autour de vous, ça n’a pas de conséquence ? Et que si 7 milliards de personnes font toutes sortes de choses avec leur environnement, ça ne change rien ? A moins que vous ne débarquiez d’une autre planète, vous êtes né de cet environnement. Vous pouvez le nier, mais vous êtes indéfiniment solidaire de cet environnement.
    C’est donc plutôt une très bonne nouvelle que le pape prenne position d’une façon aussi claire : l’écologie n’aura plus de frontières politiques inutiles comme aujourd’hui lorsque des gens de sensibilités très différentes seront d’accord sur les efforts à faire pour prendre soin de notre environnement.

  2. il a tout faux le pape – il ferait bien de se renseigner et de lire Marcel Leroux – climatologue français, ainsi que François Gervais, l’innocence du CO2

Moi aussi je donne mon avis