La biodiversité sous haute tension

Rédigé par Alan, le 2 Nov 2012, à 17 h 04 min

Une réalisation à Chalmaison, en Seine et Marne, permet à la biodiversité de s’épanouir sous la ligne à haute tension. Le terrain vague qui s’étend en dessous est désormais un lieu de vie pour la faune et la flore.

Une action tripartite en faveur de la biodiversité

ligne haute tension biodiversitéCette réalisation n’est pas la seule en France mais l’un des tous premiers réalisés dans le cadre de la Convention Nationale entre la Fédération des chasseurs et RTE (1). L’idée est de réinventer l’espace sous les lignes à haute tension et très haute tension. Il s’agit d’une manière globale de développer la biodiversité. L’action concerne à la fois le propriétaire du terrain, l’exploitant du réseau électrique (ici, RTE) et un acteur local.

Transformer la forêt de Chalmoison

La réalisation dont il est ici question concerne la forêt entre le Hameau de Tachy (Chalmoison) et la commune des Ormes (Voulzie). La Convention Nationale s’est occupée d’un terrain vague situé sous une ligne électrique à 63.000 Volts. Elle s’est attachée à transformer cet espace en lui redonnant vie, permettant à la faune et la flore de se déplacer et s’y reproduire.

Cultures spécifiques sans produits chimiques

3 hectares pour une longueur de 1,4 km : de quoi installer des cultures spécifiques (maïs, sorgho, sarrasin, millet, trèfle ou encore luzerne). La végétation plantée sur ce terrain a été soigneusement sélectionnée de manière à ce que sa hauteur ne dépasse pas la limite imposée avec la ligne électrique.

sarrasin

Des plantes sauvages sont apparues spontanément, le terrain n’étant pas traité chimiquement. Les animaux sauvages, petits ou grands, y passent pour rejoindre la forêt ou la mare ou s’y arrêtent. La Fédération des chasseurs de Seine et Marne s’occupe de l’entretien des lieux, soutenue financièrement par RTE.

Des actions partout en France pour la biodiversité

D’autres initiatives similaires ont été lancées en France sous d’autres lignes électriques très haute tension. Toujours en Seine et Marne, un projet végétal sur 17 hectares devrait bientôt voir le jour. Et ce n’est que le début puisque 90 % du réseau HT et THT se situe en zone rurale. Les surfaces à aménager sont potentiellement encore importantes. Des partenariats se lancent régulièrement, le coût de l’entretien ne revenant pas plus cher et la biodiversité étant ainsi préservée.

Un expert environnement, la Fédération des chasseurs de Seine et Marne et RTE racontent le projet de Chalmoison en vidéo :

(1)    RTE est le gestionnaire du réseau français de transport d’électricité, qu’il exploite, entretient et développe.

La faune d’Ile de France menacée

Sur les 302 espèces de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de poissons vivant dans la région, un quart est menacé selon Natureparif.

L’urbanisation, en rognant leur habitat naturel, et les pesticides agricoles menacent particulièrement certaines espèces comme une quinzaine d’espèces de chauves-souris, l’hermine, le busard cendré,  la bécasse des bois ou le brochet.

Le chat sauvage et le cerf, très répandus en raison de l’absence de grands prédateurs, s ‘en tirent mieux.

Natureparif a identifié quatre «réservoirs de biodiversité» à préserver en priorité : les forêts de Fontainebleau (77) et de Rambouillet (78), les pelouses calcaires (comme celles situées près d’Etampes), et les zones humides bordant la Seine dans le sud de la Seine-et-Marne.

*
Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Merci pour cet article étonnant et pour le site que j’ai découvert grâce au site “elan synergie” !
    Même question, que disent les écologistes ?
    Bonne journée
    Lynda

  2. Quel culot !!!!
    espace bio sous une ligne haute ,tres haute tension, on croit rever !!!
    c’est le monde à l’envers.
    et que disent les ecologistes ?

Moi aussi je donne mon avis