Biodiversité : l’éclairage nocturne, un enjeu urbain de demain

La pollution lumineuse est un phénomène connu depuis des années. Le fait est cependant que les connaissances sur le sujet ont évolué et qu’il s’agit désormais d’agir.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 28 Jan 2019, à 8 h 50 min

Le monde dans lequel nous vivons s’arrête de moins en moins de tourner, même pour le temps d’une nuit. L’éclairage public est ainsi devenu la norme jusque dans les coins les plus reculés de nos campagnes devenant un vrai problème pour la faune sauvage.

Importance de l’éclairage nocturne en ville

L’éclairage public rempli un rôle particulier dans notre société et ce depuis qu’il a été mis en place allant de techniques comme les lampes à huile de baleine, en passant par les bougies, le gaz puis l’électricité. Il assure une certaine sécurité des biens et des personnes pendant la période nocturne, permet aussi d’éviter nombre d’accidents, de maintenir et faciliter l’activité de nuit ou encore de valoriser le patrimoine bâti.

Valoriser le patrimoine avec l’éclairage public © saranya33

En France, l’éclairage public représente plus 9,5 millions de lampes nécessitant une puissance de 1260 mégawatts et un coût carbone de 670.000 tonnes de CO2 par an.

Impact de l’éclairage artificiel sur la biodiversité

Sommé par le Conseil d’État de  prendre des mesures concrètes pour limiter les excès en matière d’éclairage public, le gouvernement a élargi le 28 décembre 2018, le cadre des  lois portant réductions d’éclairage concernant les lieux publics comme les parkings, les chantiers, les parcs et jardins, qui pourront par exemple être éclairés jusqu’à une heure du matin ou dans la limite d’une heure après leur fermeture, mais aussi les bâtiments du patrimoine, les équipements sportifs, les espaces naturels protégés ou encore les sites d’observation astronomique.

Également effectives à partir du 1er janvier 2021, d’autres mesures vont régir l’orientation des éclairages, dont la déperdition vers le haut peut déranger les habitants des étages supérieurs par exemple, ou encore les normes du flux lumineux et sa température de couleur.

Et c’est tant mieux car bien qu’elle soit moins connue que la pollution des sols, des eaux et de l’air, la pollution lumineuse n’est reste pas moins une source réellement néfaste pour la santé des humains, des animaux et des végétaux.

Impact de la pollution lumineuse sur les insectes

Les premières espèces impactées par l’éclairage public sont les insectes comme les papillons de nuits, attirés par la lumière et y mourant, incapable de s’en défaire. On estime que tous les insectes dans un périmètre de 200 mètres autour d’un point d’éclairage sont morts après deux ans d’allumage.

éclairage nocturne

Insectes attirés pas la lumière artificielle © Sandusit Noom

Ce serait la deuxième cause de disparition des insectes juste après les pesticides quoi que beaucoup estiment que ce serait en réalité la première cause.

Signe des temps et de la problématique, le ver luisant a été élu animal de l’année 2019 par l’association Pro Natura et ce justement pour les problèmes que cette espèce rencontre face à la pollution lumineuse. Les signaux qu’émettent les femelles sont en effet moins bien perçus par les mâles du fait de la luminosité environnante ce qui diminue grandement leur capacité à se reproduire et donc à pérenniser l’espèce.

Impact de l’éclairage artificiel sur les oiseaux

Ce sont principalement les oiseaux migrateurs qui souffrent de l’éclairage nocturne, le cas de l’éclairage de la Tour Eiffel est en cela emblématique. Les oiseaux, déroutés par la lumière artificielle de nuit, perdent du temps et une énergie qui est cruciale pour leur voyage, à éviter cette lumière.

Ils sont également, selon les espèces, attirés par la lumière, restant bloqués trop longtemps avant de comprendre qu’ils doivent repartir. Pire encore, la lumière les attire des fois à tel point qu’ils meurent en se cognant au point lumineux.

Impact de l’éclairage nocturne sur les mammifères

De nombreux mammifères sont des animaux nocturnes, comme le hérisson, et peuvent avoir un avantage à l’éclairage de nuit car il attire les insectes à un endroit précis. Ce regroupement de « nourriture » est cependant fatal à certaines espèces qui se retrouvent en compétition avec d’autre ce qui n’était pas le cas avant.

éclairage nocturne

Grand rhinolophe en vol de nuit © Carl Allen

Mais les mammifères les plus touchés par la pollution lumineuse sont sans aucun doute les chauves-souris qui la fuient. Cela revient à dire que pour elles de la lumière la nuit constitue une sorte de mur infranchissables, avec toutes les impacts que cela sous-entend…

La végétation n’est pas épargnée non plus : l’éclairage artificiel perturbe la germination, la croissance, la floraison et la sénescence, mettant également en danger certaines espèces.

Illustration bannière : Milieu urbain particulièrement éclairé © Vlasyuk Inna
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis