L’Allemagne ferme 5 centrales au charbon : bonne nouvelle pour le climat

Rédigé par Stephen Boucher, le 2 Jul 2015, à 18 h 06 min

Le gouvernement allemand a annoncé jeudi 2 juillet sa décision d’arrêter plusieurs centrales au charbon afin d’atteindre ses objectifs climatiques ambitieux pour 2020, selon l’agence Reuters.

5 centrales au charbon débranchées

La chancelière Angela Merkel et les dirigeants des deux partis de la coalition sont parvenus à un compromis : « les centrales au charbon d’une capacité de 2,7 GW vont être arrêtées », selon le porte-parole du gouvernement, qui a toutefois refusé de dire combien de centrales seraient fermées. L’estimation est toutefois que les 5 plus grandes centrales seraient mises au rebut.

Ou plutôt elles seront arrêtées temporairement et pourraient être réactivées en cas de risque de coupure de courant. Mme Merkel et les dirigeants de ses deux partenaires de la coalition ont en effet convenu de mettre en place un système de « réserve de capacité » permettant aux services publics de faire appel aux centrales à lignite face à des pénuries d’électricité dans le pays.

Centrales charbon

« Les centrales concernées ne seront pas autorisées à vendre de l’électricité sur le marché de l’énergie normale » a-t-il été précisé. Avec cette décision, l’Allemagne parviendrait à atteindre son objectif de réduire les émissions de CO2 de 40 % en 2020 par rapport aux niveaux de 1990. Un niveau plus ambitieux que le niveau européen, qui vise en moyenne le même niveau mais d’ici 2030.

La taxe CO2 sur les centrales au charbon ne passe pas

Sigmar Gabriel, ministre fédéral de l’économie, avait initialement proposé de mettre une taxe sur le CO2 émis par les centrales les plus anciennes et les plus polluantes au-dessus d’un certain seuil pour aider à atteindre l’objectif de réduire de 22 millions de tonnes les émissions de CO2 du secteur charbonnier d’ici 2020.

Face toutefois à la levée de boucliers de l’industrie, les syndicats affirmant que le plan pourrait mettre jusqu’à 100.000 emplois en danger et entraîner le déclin des industries minières et de production d’énergie, il a du battre en retraite.

Gabriel a également déclaré : « Nous avons convenu que nous voulons nous assurer, en mode bon père de famille, que la question que les contribuables doivent payer ne se pose pas lorsque interviennent des changements au sein des entreprises ». Autrement dit : les contribuables ne devraient pas payer pour les coûts de la sortie du nucléaire.

Merkel et ses partenaires dans la coalition se sont aussi mis d’accord sur la question épineuse des lignes électriques à haute tension, prévues pour transporter l’énergie verte du nord vers le sud industriel du pays, avec un accord pour éviter les goulots d’étranglement et avoir une structure de prix uniforme dans le pays.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Effectivement c’est bien de fermer 5 Centrales, on aurait aimé plus de précisions pour leur remplacement car cela se fera évidemment à consommation égale voire supérieure.
    Pour ce qui est de la “Réserve de Capacité” c’est du simple bon sens ! La présenter comme un accord de la coalition c’est s’extasier bien vite !

  2. ils ferment les centrales nucléaires les centrales au charbon et ils vont l’avoir ou l’électricité les écolos allemands? chez les voisins qui polluent?

    • Apparemment, les énergies renouvelables compenseraient. L’allemagne a par contre bien baissé sa consommation électrique depuis 2003 grâce à sa politique d’économie d’énergie.
      A méditer : l’énergie la plus propre est celle qu’on ne produit pas.

Moi aussi je donne mon avis