Portraits de marques

Unilever, un modèle de multinationale éthique ?

Poursuivons notre voyage parmi les entreprises du « capitalisme créatif », pour reprendre l’expression de Bill Gates, avec une multinationale engagée : Unilever, pourtant peu connue du grand public pour son implication éthique, mais unanimement reconnue par les professionnels comme un modèle d’engagement sur le terrain du développement durable et des valeurs.

Unilever, un modèle de multinationale éthique ?

Même en tant que consom’acteur soucieux de ses achats, il y a de bonnes chances que votre dentifrice, votre déodorant, votre moutarde, ou votre dessert glacé soient issus de l’une des marques très populaires du groupe Unilever. Un scandale ? Par forcément, si l’on en croit les professionnels. La multinationale aux deux milliards de consommateurs quotidiens serait même devenue un parangon de vertu entrepreneuriale.

Comment la marque néerlandaise en est-elle venue à servir de modèle à d’autres entreprises qui voudraient changer le monde et concilier profit et bien commun ?

Unilever, multinationale éthique, un modèle pour ses pairs

Jugez-en plutôt : selon le Global Scan, un sondage des professionnels, Unilever a été perçue en 2015 comme étant la plus engagée en termes de développement durable et d’éthique et ce pour la cinquième année consécutive. Et de loin, jugez-en plutôt.

Global Scan mesure annuellement la réputation des entreprises en matière durable

Le Global Scan a été conçu aux États-Unis pour mesurer, année après année, dans un grand sondage de perception mené au niveau mondial, les progrès effectués suite au sommet de Rio de Janeiro de 1992. Il reflète l’opinion de plus de 800 experts de 82 pays différents.

En 2015, le Global scan a mesuré l’image de durabilité de nombreuses organisations comme des ONG, des gouvernements, des institutions scolaires notamment, des médias, et bien sûr des entreprises.

Des efforts sur l’information des consommateurs reconnus

C’est l’engagement d’Unilever dans un plan global largement orienté autour d’un axe d’éducation à la nutrition à l’échelle mondiale, qui est ainsi reconnu.

  • Ainsi une proportion croissante de produits de la gamme Unilever – près d’un tiers – répondait en 2015 (31 %) aux critères nutritionnels les plus stricts définis sur le plan mondial.
  • Avec un score global de 92/100, et un score de 100/100 sur l’axe Santé et Nutrition, Unilever est unanimement reconnue et récompensée pour sa stratégie militante pour un style de vie plus durable.

À l’échelle mondiale, ce sont 55 millions de consommateurs qui ont pu bénéficier du programme d’éducation à la nutrition proposé par Unilever, souvent par l’intermédiaire de professionnels de la santé, et d’actions précises menées en faveur d’un meilleur équilibre alimentaire (gestion du surpoids, lutte contre l’excès de cholestérol, de sucre ou de sel limités à 5 g par jour, la diminution des calories à 110 calories par portion de glace pour enfants…).

développement durable

Autre reconnaissance des efforts de la firme néerlandaise : en 2015, et ce pour la sixième année consécutive, Unilever a été leader sur l’agroalimentaire par le DJSI, le Dow Jones Sustainability index, qui mesure chaque année la performance des entreprises sur les plans économique, sociaux et du développement durable, notamment environnementaux.

Engagement durable : Unilever creuse l’écart

Globalement, le secteur privé n’est pas considéré comme ayant une performance très bonne sur le terrain comparé aux ONG ou aux autres aux entrepreneurs sociaux. En 2015, Unilever a vu l’écart avec le second du classement augmenter de 5 points, avec 38 citations d’experts contre 11 pour le second du classement, la société Patagonia.

Ainsi, le pourcentage d’experts citant l’entreprise comme étant la plus engagée était le suivant pour 2015 :

  • Unilever 38
  • Patagonia : 11
  • interface : 8
  • Marks & Spencer : 6
  • Natura : 5
  • IKEA : 5
  • Nestlé : 4
  • général électric : 3
  • BASF : 3
  • Nike : 3
  • Coca-Cola : 3
  • Walmart : 2

Sur le plan européen, la domination d’Unilever est encore plus flagrante avec 44 citations devant Marks & Spencer, Patagonia (avec une note de 9), et IKEA (7). La question posée était « Quelle société en particulier pensez-vous qui intègre le développement durable de la manière la plus profonde dans sa stratégie ? » Les critères pour évaluer cette implication étaient la prise en compte de valeurs, le pourcentage du développement durable dans le métier de base, le pourcentage de produits éthiques dans la gamme de produits.

La stratégie globale de Unilever pour un mode de vie plus durable repose sur trois axes

1 – L’environnement : le but est de réduire l’impact en CO2 l’activité de la multinationale, avec un objectif concret qui est de diviser par deux l’empreinte environnementale des produits commercialisés par Unilever d’ici 2020.

Un impact non négligeable dans la mesure où chaque jour deux milliards de personnes utilisent un produit de la gamme Unilever. La multinationale s’engage à utiliser 100 % d’énergies renouvelables dans toutes ses usines et toutes ces opérations d’ici à 2030.

2 – La santé et le bien-être : Unilever veut aider un milliard de personnes à améliorer leur bien-être à travers ses programmes d’aide et l’éducation à l’hygiène ou à la nutrition d’ici 2000.

3 – L’amélioration des conditions de vie : Unilever veut aider des « centaines de milliers d’exploitants agricoles et de personnes » à travers ses actions, très proche de l’esprit de l’inclusive business, tout au long de sa chaîne d’approvisionnement et de distribution.

Un site dédié à un futur radieux

Conçu pour le grand public, Unilever a lancé un site Web qui recense la multiplicité de ses actions sur le terrain en faveur d’un monde plus durable à léguer à nos enfants : https://brightfuture.unilever.com. D’ailleurs la baseline de la multinationale Unilever est « Bright future » (avenir radieux).

Un vrai renversement de situation car en 2013, l’ONG britannique Oxfam avait épinglé Unilever, aux côtés de Nestlé et de Coca-Cola, accusées toutes les trois de commercialiser des produits néfastes à l’environnement et à l’agriculture locale. Comme quoi on peut partir de loin et aller dans la bonne direction.

Illustration bannière : © JPstock Shutterstock