Surpêche, plus de poissons, plus d’oiseaux

Rédigé par Consoglobe, le 4 Jan 2012, à 21 h 33 min
Surpêche, plus de poissons, plus d'oiseaux

Cela nous semble finalement assez logique, mais une grande étude internationale vient de le confirmer : la disparition des poissons du fait de la surpêche affecte les populations d’oiseaux marins qui ont du mal à survivre. Autrement dit, plus de poissons = plus d’oiseaux.

Les oiseaux marins menacés par la surpêche

C’est le résultat d’une étude étude internationale inédite (1) qui montre le lien direct entre la surpêche et la diminution des populations d’oiseaux marins.

Cette étude qui cumule l’équivalent de 438 années de données, met en lumière ainsi l’existence d’un seuil critique des populations de poissons, en-dessous duquel la survie des oiseaux serait remise en question.

Philippe Cury

Selon selon Philippe Cury, le chercheur qui a coordonné l’étude, quasiment tous les oiseaux marins  étudiés sont les victimes collatérales de la surpêche : manchots, bassans, manchots, mouettes, …  Pour les 14 espèces d’oiseaux marins  étudiées, on a comparé l’évolution de la population d’oiseaux à l’évolution de la biomasse de poissons disponibles pour leur alimentation dans 7 régions, Nouvelle-Zélande,  Californie, mer du Nord, Alaska, Afrique du Sud.

Moins de poissons, moins de poussins

La conclusion n’a pas surpris :  il y a bien un lien entre l’évolution de la biomasse de poissons et le succès de reproduction des oiseaux marins.

Concrètement, quand les stocks de poissons baissent en-deçà du tiers de leur niveau maximum, les oiseaux ont moins à manger et font beaucoup moins de poussins. Cette relation Proie / Prédateur montre que les oiseaux marins et les pêcheurs sont en compétition directe pour cette ressource

Dans à peu près tous les écosystèmes étudiés, on voit que le seuil a été franchi à un moment ou un autre. Ce qu’il faut, c’est absolument ne pas rester longtemps sous ce seuil, car cela hypothèque alors le devenir des populations d’oiseaux”, souligne le chercheur français. Ce phénomène d’importante chute de population a été confirmé chez des manchots en Afrique du Sud ou des macareux en mer du Nord.

La pression sur les oiseaux devient très forte car celle sur les poissons est encore plus forte. “Il y a une énorme tension” sur les populations de poissons qui sont surpêchées pour servir de nourriture à d’autres espèces de poissons élevées en aquaculture.

Comme l’aquaculture, c’est bientôt la moitié de la “production de poissons” dans le monde et qu’il faut 2 kilos de poissons sauvages pour produire 1 kilo de poisson d’aquaculture, le problème va en s’amplifiant.

L’aquaculture pointée du doigt

Sont surtout menacées des “espèces cruciales dans l’écosystème qui jouent un rôle extrêmement stabilisateur.” dans son écosystème.

Ces espèces servent principalement pour fabriquer des huiles et des farines en aquaculture, : anchois, sardines et petits poissons côtiers représentent près d’un tiers des captures mondiales de pêche.

Que faire ? Constatant que les oiseaux marins n’ont plus assez de nourriture et que leur population a tendance à fortement décliner, l’étude suggère de définir un seuil critique de biomasse. Respecter ce seuil permettrait de préserver la survie des oiseaux dans le cadre de pratiques de pêche durable.

*

Je réagis
(1) Publiée le 22 décembre 11 dans la revue Science, une étude internationale, reprenant le travail de recherche représentant au total « 438 années » de données cumulées. Coordonnée par Philippe Cury, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), cette étude a été réalisée en partenariat avec de nombreuses universités et instituts comme l’Ifremer, le British Antarctic Survey, le Norwegian institute for nature research ou l’université de Glasgow. Citations faites à l’AFP.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



16 commentaires Donnez votre avis
  1. pour tous les végétariens qui mangent du poissons. Vous aussi vous tuer la planête

  2. Régularisation des naissances ? Ne vous inquiétez pas, ils y ont pensé, de plus en plus de cancers, de maladies orphelines, de virus inconnus notamment instillés dans toutes choses commercialisées pour faire le plus de profits possible. En France, nous sommes un pays consommateur de médicaments pour soigner ceci et cela, qui engendre des effets secondaires, qui a leur tour demande un traitement. Et le profit sert à une petite partie de la population mondiale. Ces gens là se moquent que les poissons disparaissent, que les oiseaux ne sont que la partie collatérale qui en subissent les effets, l’important est qu’ils gagnent de l’argent, cet argent qui fait loi sur tout. Déchirons nous, cela ne peut que leur rapporter. Pas de cohésion sociale, rappelez-vous cet adage : Divisez pour régner. Et surtout réfléchissez……….. J’ai froid dans le dos quant je lis surpopulation ….. Cela veux dire qu’il faut éradiquer des populations entières, plutôt les autres que nous, cela ne vous rappelles donc pas quelque chose…. Avons-nous oubliez . Au contraire, serons-nous les coudes, aidons-nous, nous faisons partie d’un tout, que l’on soit animaux, plantes, humains. Le respect devant toute chose, quelle qu’elle soit.

  3. de ce côté de l’Europe, il n’y a plus de poisson. Les pêcheurs avec plusieurs gros chalutiers, gros comme des avions de lignes, avec des filets énormes, avec des sonars qui visualisent les bans de poissons entiers les pêcheurs ont tout pris. c’est la surpêche, car tout ne se vend pas, et ils rejettent les poissons, crustacés, tortues morts etc à la mer. Ils font pareil de l’autre côté du globe. Les poissons crèvent de faim. Sans eux, c’est la fin du monde, c’est d’une chaîne alimentaire. les coraux qui nous tiennent en vie, ce sont les poissons qui les nettoient , la pollution les empêchent de détecter leurs prédateurs.. les médicaments de synthèses, crèmes, etc, imités des plantes en laboratoire ne sont pas bio dégradables et stérilisent les poissons. les médecins et les nutritionnistes nous disent de manger des poissons (c’est du suicide) pour les oméga 3-6-9 alors qu’il y en a dans les huiles. Avec les églises, leurs histoires de poissons, les gens en mangent trop sans réfléchir. Elles proposent de vouloir s’en sortir sur des imaginations fausses, des souhaits imaginés faux, au lieu que d’analyser les réalités et de les régler. Sur des imaginations fausses, ce sont des buts demandés ratés inévitablement. 

  4. moi je suis daccord avec vous

    • ses vrai ses juste horrible de pevher d es poissons

  5. Il ne faut surtout pas que les poissons disparaissent, sinon, c’est l’écosystème marin qui commencera à se déregler et agira sur les autres écosystèmes. Il y a une pétition qui tourne sur internet en ce moment. C’est le wwf qui essaie d’interpeller l’union européenne. La pétition est sur leur site, je pesne que le sujet est grave, ça mérite de signer.
    wwf.fr/petition/morefish

    • c’est vraiment un crime en vert la nature et une menace pour l’avenir de l’homme

  6. Il n’y a pas de sur pêche dans les rivières et pourtant il n’y a plus de poisson dans les rivières.
    la disparition du poisson est du essentiellement aux pollutions diverses qui s’accumulent partout, mais aussi dans la chaire des poissons. les rendant stériles donc incapable de reproduire. C’est trop facile d’accuser les pêcheurs et de raconter la même conneries à longueur de temps en faisant croire qu’il n’y a qu’un seule responsable. si les poissons sont radioactifs ce n’est pas la faute des pêcheurs, s’ils sont stériles ce n’est pas la faute des pêcheurs. S’ils sont contaminés par les métaux lourds ce n’est pas la faute des pêcheurs. C’est trop facile de dépenser des fortunes pour raconter les mêmes aberrations. Ce qui détruit les poissons vient de la terre et des rivières qui sont de vrais décharges. Même si la pêche s’arrêtait du jour au lendemain la disparition du poisson se poursuivrait à cause des pollutions incessantes. Certes il faut arrêter de pêcher du poisson pour nourrir des poissons d’élevage mais la grande priorité est d’arrêter de polluer à tout va. Le seule élevage qu’il faut considérer est celui qui consiste à faire grossir du poisson pour la reproduction et le repeuplement et non pour la consommation.Ne pas oublier que la pilule est responsable du changement de sexe des poissons. Tout le monde est responsable du bébé qui fait dans ses couches au vieillard qui décède. Du fumeur qui jette son mégot dans la rue, au président d la république qui veux à tout prix du nucléaire. Les industries qui rejettent dans la nature des polluants concentrés, aux pétroliers avec leurs nombreuses fuites. et tout ces gens la ne risquent pas de disparaître en mer pour vous apporter un filet dans votre assiette. Alors permettez moi de vous dire que votre étude internationale inédite c’est de la merde.Et que le réchauffement climatique est responsable lui aussi de la disparition d’ espèces autant marines que terrestre. Et ce n’est pas les pêcheurs qui risquent de détourner le Golf Stream et de plonger la planète dans une nouvelle glaciation. J’aimerai bien que monsieur Philippe Cury qui se dit chercheur considère la disparition du poisson dans son ensemble et non sur une étude manipulatrice et inquisitoire dont le seul but est de charger un lampiste. Il est évident que la disparition des oiseaux marins soit directement lié à la disparition des poissons mais la disparition des poissons n’est pas du à la sur pêche mais au comportements polluant de chacun d’entre nous. Supprimons la pollution et la sur population et vous verrez que le poisson reviendra. La mer commence dans les rivières. Cet étude qui se dit internationale à été conduite par des incompétents trop bien payés pour un résultat qui n’est qu’une arnaque à l’information et je considère que c’est un acte criminel de publier de telles fausses informations. Je suppose que les 438 années de données ne tiennent pas compte de l’industrialisation ni de l’augmentation des populations. En 438 ans combien d’humains se sont succédés sur la terre? combien de sites naturels ont été détruits? combien de millions de tonne de polluants ont été dispersés dans la nature? Voila les questions que ces minables auraient du se poser avant de raconter n’importe quoi.Moi aussi je peux faire des études assis derrière mon écran et me faire payer grassement, puis accuser une profession devant sept milliards de personnes.
    A quant une vrai étude sur la disparition des poissons faite par des personnes responsables et ayant les connaissances requises.Je répète clairement que cette étude c’est de la merde. Patrice Guillory.

  7. L’humanité a un énorme avantage sur le monde animal,le pouvoir de réfléchir et d’imaginer de créer, et c’est aussi un énorme défaut. Elle a créé “l’argent pour au départ la servir, mais elle en est devenu l’esclave.Tous les moyens matériel inventés par l’homme servent en grande partie à déstabiliser la nature. Pourquoi y a-t-il surpêche ? Surproduction ? Pourquoi faut-il être plus productif pour l’économie ? Non pas par nécessité pour maintenir l’espèce, mais pour faire de la richesse. Trouvez moi dans le monde animal un tel comportement! Il lutte pour vivre, l’homme vit pour lutter contre lui-même, dominer son prochain, l’asservir. Pauvre humanité, où va-t-on ?

  8. Non seulement les proteines animales n’ont pas lie d’être consommés autant que nous le faisons en occident mais il existe d’autres sources de protéines que la viande de bovin, d’ovin ou de poissons, notamment les insectes dont la charactéristique principale est de produire 70 Grs de “viande” pour 100 grs de végétaux absorbé, soit 7 x plus qu’on boeuf.
    Comme le disais Steve Jobs qui nous a bien pollué la planete avec ces joujous pour adultes, “Think different” !

  9. ilya des poisson pour tou humain qui veux monger mais il n y a pas des poissons pour des humains qui veulent acheter les porch ….. les riches sont le premier probleme de notre terre

  10. a quand la fin de la connerie humaine !!!!!

  11. NOus humains, faisons partie intégrante de l’univers et donc nous sommes aussi un maillon, comme tout être vivant sur la terre et dans le ciel. Si le maillon poissons disparait, alors nous serons aussi condamnés à disparaitre.
    Mais les humains sont des êtres tellement égoistes!!

  12. wabooa tu crois pas si bien dire en parlant d’une réduction de la population.
    Je m’explique: tape ces mots la : illuminati, haarp , bildberg,verychip ,nouvel ordre mondial,chemtrail et surtout FEMA.

    Et tu comprendras qu’il réfléchissent deja au problème de la surpopulation pour le nouvel air avec plus que 500 000 millions d’humains sur la terre

  13. Le titre de l’article oublie un élément :
    plus de poissons = plus d’oiseaux = plus d’humains = plus rien sur Terre
    Que faire ? Crever de faim
    Ou alors, se décider enfin à réguler les naissances, et réduire l’humanité au supportable, c à d qq milliards en moins.
    Si nous ne le faisons pas de nous même, la famine le fera pour nous.

Moi aussi je donne mon avis