Quelle est la superpuissance européenne de la voiture électrique ?

Quelle est la superpuissance européenne de la voiture électrique ?

La course est lancée : les pays européens testent plusieurs stratégies pour inciter les citoyens à adopter des modes de transports plus propres, notamment dans le domaine de l’électrique.

L’objectif : obtenir le titre de champion d’Europe en matière de voitures électriques en circulation.

Le paquet « Energie – Climat »

Les pays d’Europe misent beaucoup sur le marché de la voiture électrique, dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’atteindre les objectifs fixés par le paquet «énergie – climat », autrement dit les « 3 fois 20 ».

Ce paquet “énergie-climat” est un plan d’action visant à mettre en place une politique commune de l’énergie et à lutter contre le changement climatique.

Il permettra à l’UE d’atteindre d’ici 2020 l’objectif ambitieux des “3 fois 20″ : une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre, une amélioration de 20 % de l’efficacité énergétique et une part de 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie de l’UE.

Cependant, les gouvernements ont encore beaucoup à faire pour convaincre leurs citoyens de passer à l’électrique.

Stratégies par pays

Royaume-Uni

Ambition : Introduire  1,2 million de véhicules électriques et 350 000 véhicules hybrides d’ici 2020.

Moyens mis en œuvre :

  • 250 millions de livres (318 millions d’euros) dédiées  pour la promotion des moyens de transports pauvres en émissions de carbone sur les années 2009 à 2014.
  • Primes de  2000 à 5000 livres (2545 à 6365€) pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride.

Malgré ces dispositifs, il n’y a eu que 1100 ventes de voitures électriques en 2011 au Royaume-Uni. En cause : des prix trop élevés et le manque d’infrastructures pour recharger les batteries des voitures.

Allemagne

Ambition : Introduire 1 million de véhicules électrique d’ici 2020 et 5 millions d’ici 2030.

Moyens mis en œuvre :  20 millions d’euros pour atteindre ces objectifs.

Cependant, le cout élevé d’un véhicule électrique reste un frein au développement du marché.  L’Allemagne envisage donc la conversion de voitures à combustion interne en véhicules électriques.

A titre d’exemple, l’entrepreneur  Sirri Karabag (Hambourg) a sorti une petite voiture particulière, la nouvelle 500 E, réalisée sur une base de Fiat 500. Avec 110 km/h, c’est la première voiture électrique à offrir un coût total de possession plus avantageux que son équivalent essence.

France

Ambition : introduire 450 000 véhicules électriques ou hybrides d’ici 2015, 2 millions d’ici 2020 et 4,5 millions d’ici 2025.

Moyens mis en œuvre :

  • 400 millions d’euros en recherche et développement sur les véhicules électriques et les infrastructures de chargement de batteries entre 2008 et 2012
  • Subvention de 5000€ pour l’achat de  nouvelles voitures émettant moins de 60g de CO2 par kilomètre (cela s’applique à tous les véhicules électriques).

De plus, le système de l’Autolib offre aux Parisiens l’opportunité d’emprunter une voiture en libre service. Ceci  s’adresse particulièrement  aux personnes souhaitant utiliser une voiture électrique sur de courtes distances.

Autres pays d’Europe

Autriche : mise en place d’un programme sur la mobilité électrique, incluant de nombreuses propositions à ce sujet

Portugal : beaucoup d’initiatives entreprises en recherche et développement , avec des équipes de recherches du Massachusetts Institute of Technology (MIT), dans le cadre d’un partenariat de recherche et d’éducation.

 

Reste à savoir dans quel pays les mesures prises seront les plus incitatives…

*

Je réagis

 

Sur les voitures électriques :