Le silence des autos

Connues pour leurs accélérations nerveuses et leur grand silence, les voitures électriques pourraient bien devenir aussi bruyantes que leurs soeurs équipées de moteurs thermiques. Et pas pour des raisons technologiques – les moteurs électriques sont et resteront à priori discrets – mais pour des raisons de sécurité.

Bruit de moteur, la menace fantôme

4300 piétons ont été tués en 2008 aux États-Unis, et la National Highway Traffic Safety Administration (américaine) a estimé qu’un véhicule hybride a deux fois plus de « chances » qu’un véhicule thermique d’être impliqué dans un accident pédestre.

[Image de prius]

En effet, si les véhicules électriques ou hybrides roulent à moins de 30 km par heure, l’absence de bruit caractéristique les rend impossible à entendre pour la plupart des gens, en particulier pour les aveugles ou les personnes âgées. Si le véhicule se déplace à une vitesse supérieure, les pneus en contact avec le sol suffisent à rendre le véhicule audible.

C’est pourquoi la plupart des accidents impliquant une voiture électrique ont lieu le jour, par temps clair, quand le véhicule se déplace à faible vitesse, voire dans des zones où la vitesse est limitée ou dans des parkings.

Voiture électrique – Genèse d’une cacophonie

Les compagnies automobiles, conscientes du danger, ont déjà pris les choses en main. Lotus a mis en place un système de sonorisation pour voitures hybrides que la compagnie a testé sur une Prius. Ce système émet des sons similaires à ceux émis par une voiture thermique classique.
[Image de klaxon]
Cependant, Nissan a choisi une autre option : après avoir travaillé avec des psychologue et des ingénieurs du son, dépêchés tout spécialement de Hollywood, la firme japonaise a décidé que sa future « Nissan Leaf » émettrait des bips réguliers lors de la marche arrière, et un son que l’on peut qualifier de futuriste en marche normale. Ce son, qui a déjà été comparé à celui des voitures de « blade runner » ou de « bienvenue à GATTACA », est censé être fort au démarrage, puis se réduire au fur et à mesure que l’engin accélère.

La présidente de la compagnie Ford, qui travaille aussi sur le problème du bruit des voitures hybrides, a récemment déclaré que les constructeurs devraient se mettre d’accord sur des mesures de standardisation, pour éviter une « cacophonie ». Il s’agit surtout d’éviter que les conducteurs puissent utiliser des sons personnalisés, qui détruiraient tout le principe d’une reconnaissance auditive.

Lien vers la suite : Le silence des autos (2)