Publicité : les marques automobiles abusent

L’écologie sert d’alibi à la publicité

On l’a déjà relaté les marques se moquent souvent de nous . Avec des argumentaires et des produits pas vraiment écologiques, elles détournent la sensiblité écologique avec un certain cynisme commercial dans des publicités clamant des vertus environnementales.

Toutes les marques et les secteurs succombent à cette agaçante mode écolo, mais les marques automobiles se distinguent à ce petit jeu de la pub verte.

Ecologie et publicité : les constructeurs automobiles se moquent-elles de nous ?

On doit admettre que les constructeurs innovent pour consommer moins . Cependant, et c’est plus grave, certaines pubs délivrent un message très ambigu voire contraire aux recommandations des Autorités publiques ou des associations.

Si on écoute la pub automobile, on pourrait croire qu’acheter une automobile est un bienfait pour l’environnement. Sans être obsédé par la pollution auto, on se demande si on ne nous prend pas pour de parfaits idiots !

  • Voici quelques slogans que le BVP, Bureau de vérification de la publicité, a étudié : dans une enquête publiée fin 2006, le BVP jugeait 4 pubs sur 10 de nature trompeuse et susceptible d’induire le consommateur en erreur. Sur 1500 publicités passées au crible, cela fait beaucoup !
  •  Le moteur qui respire (Range Rover). Notons d’ailleurs que le « nouvel horizon » de Land Rover affiche la dimension tout terrain de l’engin par sa présence dans un océan ce qui est une "incitation du consommateur à conduire hors des voies légalement prévues à cet effet. La représentation de ce véhicule stationnant ou circulant en mer est contraire aux principes de protection des espaces naturels" comme le souligne l’Ademe ; ce que la loi L362-4 du Code de l’environnement n’autorise pas. > Quand Land Rover nous explique, sur fond de paysages sauvages, qu’acheter un 4×4 est répond à une envie de nature et un acte écologique, le consommateur n’est-il pas pris pour un idiot ?
  • Le 4×4 conçu au pays du protocole de Kyoto : ce que ne dit pas la pub pour l’Outlander Mistubishi, c’est que ce véhicule émet 30 % de C02 en plus que ce recommande le traité de Kyoto.
  • Changez le monde sans changer la planète (Lexus RX 400h)
    Bien qu’il soit ‘hybride, le Lexus RX rejette 186 g de CO2/km, contre seulement 104 g/km pour la TOYOTA PRIUS. Ce niveau de 186 g/km est très au-dessus de l’objectif européen retenu par les constructeurs : 140 g de CO2/km. Une émission de 186 g/km correspond à une étiquette énergie E , sur une échelle de A à G.
  • L’homme a toujours rêvé d’apprivoiser la nature (Jeep Grand Cherokee) Sans commentaire.
  • 0 %, la TVA se met au vert  : la publicité Opel affiche un bel arbre et une pelouse bien verte, avec des enfants, fleurs à la bouche, avec une explication de l’engagement pionnier d’Opel à développer des filtres à particules ou des véhicules peu polluants.
  • La gamme des voitures Renault émet en moyenne moins de C02 / km que, par exemple, celle de BMW ou Mercedes, mais nous expliquer qu’acheter une Renault c’est « Agir pour l’environnement », n’est-ce pas mépriser l’écologie ? Notons qu’en général les publicités automobiles ne sont pas transparentes : l’information sur les taux d’émission de CO2 n’est pas systématiquement présentée, même quand elle sert d’argument environnemental. Même si elle est une information cruciale, la consommation de C02 n’est pas obligatoire sur tous les supports publicitaires.
  • Autres exemples : Mazda présente un véhicule de type 4×4 en milieu aquatique, poussant implicitement ses clients à avoir un comportement contraire à la protection de l’environnement. explique qu’il fabrique ses véhicules « Au pays des accord de Kyoto » .


  • Iveco "invente un nouveau geste pour l’environnement" : rouler en camion ! Comme si cela était sans impact néfaste pour l’environnement … Iveco oublie que tout véhicule à moteur essence ou diesel est polluant. Un poids lourds émet 79g de CO2 par tonne transportée et km parcouru, contre 37,7 g pour le transport fluvial et 6,1g pour le train. " Rouler en 4×4 nuit gravement à l’environnement , même si on essaie de polluer un peu moins.

    Le saviez-vous ?

    A partir du 15 octobre 2007, en Norvège une réglementation stricte s’applique pour l’industrie automobile en matière de publicité. Les publicités vantant les mérites écologiques des voitures, même pour l’hybride de Toyota, sont interdites. La Norvège on a bien compris que les véhicules n’ont rien d’écologique et sont polluants pour l’environnement. Les marques automotibles doivent prouver que le modèle dont ils font la promotion est meilleur que les autres en termes d’émissions de gaz, et sur le plan de la consommation, du recyclage. Ce qui n’est pas toujours facile.

    Un exemple concret sur une semaine de pub auto

    Une étude, faite par le blog Ouvaton, sur les publicités automobiles publiées la semaine du 15 mai 2008 dans les grands hebdomadaires français a listé les pubs suivantes :

     – le Volkswagen Touran présenté en pleine nature(jusqu’à 196gCO2/km)

    - Lexus 4×4 RX400h (192g) se dit être "respectueux de l’environnement"…

    - 4×4 Suzuki Jimny (162 à 191g) présenté dans la nature avec le commentaire "mieux qu’internet pour ton exposé sur la faune" c

    Ces trois véhicules sont bien entendus soumis au malus écologique … alors de là à se faire passer pour bienfaiteur de la nature !