Pollution thermique : l’eau toujours en crise

Le développement, l’exploitation des ressources et l’évolution des modes de consommation sont à l’origine de nombreuses sources de pollution. Parmi elles, une pollution longtemps ignorée et encore assez peu connue, la pollution thermique.

La pollution des eaux alarmante

La pollution thermique concerne tous les milieux : l’atmosphère, les eaux douces et marines mais aussi les sols. Toutefois, c’est la pollution des eaux qui est le plus inquiétant, altérant gravement la santé.

La pollution thermique correspond à l’augmentation ou la diminution de la température de l’eau par rapport à la température "normale" suite aux activités de l’homme et qui affecte la vie aquatique. La pollution thermique provoque un réchauffement de l’eau qui peut être progressif ou brutal.

Pollution thermiqueCe réchauffement a une répercussion directe qui se traduit par la substitution de la faune et la flore du milieu, la mortalité des espèces et d’autres effets indirects tels que le développement bactérien et l’augmentation de la toxicité de plusieurs substances.

Des sources de pollution multiples

La pollution thermique est une pollution diffuse qui n’est pas toujours considérée comme une véritable pollution. En effet, la pollution thermique peut être naturelle, dans le cas des sources chaudes ou des étangs peu profonds pendant l’été. Mais elle est aussi entraînée par les Hommes, par la décharge de l’eau qui a été utilisée pour refroidir les centrales électriques ou autre équipement industriel.

L’eau est utilisée depuis des milliers d’années pour le refroidissement dans certains processus manufacturiers qui produisent des volumes importants de rejets thermiques :

  • Les aciéries,
  • Les industries de pâtes et papier,
  • les industries chimiques et pétrolières.

Les rejets thermiques dans le milieu aquatique ne sont pas récents.Les six principales catégories de pollueurs sont : l’industrie, l’agriculture, les ménages, la circulation, l’urbanisation et les forces armées.

pollution thermiqueInévitablement, les activités humaines sont la source de nombreuses pollutions dont la pollution thermique :

  • rejet d’eaux usées,
  • drainage agricole,
  • rejet d’effluents industriels…

De plus, l’atmosphère terrestre contient un certain nombre de polluants qui, sous l’effet des pluies, peuvent contaminer le sol. Par ruissellement ou infiltration, ces polluants vont ensuite migrer vers les eaux superficielles et souterraines.

  • Le phénomène des "pluies acides" et ses conséquences sur la végétation (forêts, notamment), sont bien connus.

Actuellement, les producteurs d’électricité sont considérés comme l’une des principales sources de pollution thermique. La chaleur perdue lors de la production est pour la plupart rejetée directement dans les eaux de surface sous forme de courant d’eau pouvant aller de 1 à 15°C plus chaud que le milieu ambiant.

L’agriculture, première cause de pollution

L’agriculture constitue la première cause des pollutions diffuses des ressources en eau. Cette pollution concentre à la fois celles qui ont trait aux cultures et à l’élevage. En fait, les activités agricoles sont largement impliquées dans les apports d’azote et, surtout, de ses dérivés, nitrates et nitrites, que l’on trouve surtout dans les engrais, mais aussi dans les lisiers et purins d’élevage.

  • En France, l’agriculture apporterait entre un tiers et deux tiers de l’azote présent dans l’eau. Dans les régions à dominante agricole, la part de l’agriculture dans les émissions d’azote est au-delà de 55 %.

>>> Les pesticides utilisés pour le traitement des cultures sont aussi une source remarquée de dégradation des ressources en eau.

La lutte contre la pollution de l’eau n’est pas toujours simple car les produits contaminants sont parfois difficiles à détecter : enfouis au fond des océans, mélangés avec l’eau et donc invisibles à l’oeil nu…

De plus, il arrive qu’une matière polluante ne produise ses effets néfastes que sur le long terme, alors qu’elles se sont déjà infiltrées de manière très profonde dans le sol. La qualité de l’eau dépend alors de la dissolution des polluants jusqu’à leur disparition complète.

A noter

  • La moitié des réserves d’eau douce du monde est polluée.
  • Eu Europe, malgré une réglementation complète et complexe et d’investissements importants, la situation reste insatisfaisante.
  • plus de deux milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable.

Lire également

et aussi

Les produits Economies d’énergie de la boutique consoGlobe

Article rédigé par Elwina, juin 2009