Les phtalates dans les cartables : faut-il se méfier ?

Les phtalates sont des additifs employés dans les plastiques pour les rendre flexibles. Pour protéger les enfants des effets potentiels sur la santé, certains phtalates sont interdits dans les jouets et articles de puériculture. Cependant, il a été constaté que certaines fournitures scolaires contenaient ces phtalates…

Les phtalates dans les fournitures…faut-il s’inquiéter ?

Il faut savoir que les phtalates ne sont pas chimiquement liés au plastique et peuvent dès lors s’échapper des produits de consommation qui en contiennent. Il existe de nombreux phtalates différents avec leurs propres propriétés, usages et effets sur la santé (voir tableau).

L’Union européenne a donc interdit l’utilisation de certains phtalates dans les produits destinés aux enfants en raison de leurs effets potentiels sur la santé humaine.

les phtalates dans les cartablesUne étude récente de l’Agence danoise pour la protection de l’environnement a révélé la présence de divers phtalates dans les fournitures scolaires, notamment les gommes, mais a déclaré que les objets testés ne présentent en général aucun risque pour la santé lorsqu’ils sont utilisés normalement.

  • Toutefois, l’étude danoise a précisé que certaines des gommes testées contenant du DEHP pourraient présenter des risques pour la santé, dans le cas où les enfants les mâchonnent souvent.

De plus, certains fabricants utiliseraient d’autres types de phtalates n’ayant pas été interdits dans les produits de consommation.

L’étude danoise sur les phtalates

Dans le cadre de l’étude menée par l’Agence danoise pour la protection de l’environnement, un certain nombre de cartables, trousses et gommes vendus en magasins ont été analysés afin de déterminer le type et la quantité de substances chimiques qu’ils contenaient mais aussi la quantité de substances qui serait libérée si les enfants les mettaient dans la bouche.

  • Mise à part la gomme, quelques uns des autres articles scolaires contenaient également du DIBP ou du DNBP.

Le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (CSRSE) de la Commission européenne est d’accord avec l’Agence danoise pour la protection de l’environnement quant aux seules fournitures scolaires qui pourraient représenter un danger : les gommes.

les gommes: dangereuses?

>>> L’exposition des enfants au DEHP  et au DINP quand ils mâchonnent des gommes dépend du temps durant lequel ils gardent la gomme en bouche, du nombre de petits bouts de gomme qu’ils ont avalés, de la quantité de phtalates qui passe dans la salive ou dans le suc gastrique, ainsi que de la façon dont la substance est absorbée par le corps via la digestion.

 

 Tableau décrivant les effets toxiques des phtalates et la dose quotidienne tolérable

PhtalatesEffets néfastes surDose journalière tolérable en mg par kg de poids du corps par jourInterdictions dans l’Union Européenne
 DEHPReproduction 0.005Interdit dans tous les jouets, les articles pour enfants et les cosmétiques
 BBPReproduction et développement 0.5
 DBP 0.001
 DINPle foie 0.15Interdit dans les jouets et les produoits pour enfant que ceux-ci peuvent mettre dans la bouche.
 DIDP
 DNOPle foie et la thyroïdeNon disponible
 DIBPReproduction et développement -

Un bilan pas très significatif

Le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (CSRSE) de la Commission européenne a déclaré que les phtalates trouvés dans les fournitures scolaires testées par l’Agence danoise pour la protection de l’environnement ne participent pas de façon significative à la quantité totale de phtalates absorbés par les enfants.

Sur la base des échantillons d’urine prélevés sur des individus d’âges divers, il a été conclu que les expositions aux différents phtalates au sein de la population en général sont en dessous des doses journalières tolérables (DJT), sauf dans le cas du DNBP.

  • Les expositions au DEHP pourraient dépasser la dose tolérable dans certains groupes de population spécifiques, en particulier chez les individus exposés par le biais de procédures médicales telles que la dialyse.

Par ailleurs, même si les enfants avalent des bouts de gommes, le CSRSE considère qu’il est peu probable que cela ait des conséquences sur leur santé.

Dans tous les cas, le Comité scientifique souligne la grande incertitude de l’évaluation menée par l’Agence danoise pour la protection de l’environnement et recommande d’effectuer des recherches plus approfondies.

*

Retour au dossier Rentrée scolaire