A Noël, les Etats-Unis consomment plus d’électricité que l’Ethiopie en un an

Des chercheurs ont découvert que la consommation d’électricité aux Etats-Unis pour les fêtes de fin d’année était nettement supérieure à la consommation d’un pays comme l’Ethiopie en un an.

A Noël, les Etats-Unis consomment plus d'électricité que l'Ethiopie en un an

Selon les chercheurs d’un groupe de réflexion américain, le Center for Global Development, les États-Unis consomment davantage d’électricité pour illuminer leurs villes à Noël que de nombreux pays sous-développés en un an.

Une consommation annuelle de seulement 0,2 % aux États-Unis

Les lumières décoratives de Noël américaines qui ornent les maisons pendant la période de fêtes de fin d’année pèsent 6,63 milliards de kilowatts/heure, soit bien plus que ce qui est consommé nationalement chaque année par le Salvador avec 5,35 milliards, l’Ethiopie avec 5,30 milliards ou la Tanzanie avec 4,81 milliards, montre le Centre pour le développement global.

Pour arriver à leurs conclusions, les deux auteurs de cette enquête, Todd Moss et Priscilla Agyapong, ont croisé les données tirées d’une étude du département de l’énergie américain datant de 2008 avec celles de la Banque mondiale. Une consommation qui fait polémique quand 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité en Afrique. C’est encore plus frappant résumé par le graphique suivant :

etats-unis-noel-electricite

Les deux auteurs rappellent également que ces 6,63 milliards de kw/h ne représentent que 0,2 % de la consommation d’énergie des États-Unis sur un an, même s’ils permettraient de faire tourner quelque 14 millions de réfrigérateurs.

Enfin, les auteurs notent que les éclairages ne représentent que 14 % de la consommation d’électricité utilisée par les ménages américains. La consommation des ménages ne représente en moyenne que 25 % de l’énergie utilisée par un pays. « Pour le dire autrement, 70 % de l’électricité est utilisée en dehors des domiciles dans des zones commerciales et industrielles », écrivent les auteurs. Les ménages ne peuvent être qu’« un élément » d’une stratégie efficace pour faire des économies d’énergies, concluent-ils.