Bientôt la fin du graphite

Rédigé par Jean-Marie, le 8 août 2012, à 17 h 45 min
Bientôt la fin du graphite

Le graphite est l’une des 14 matières premières critiques dont la Commission européenne a dressé la liste du fait du risque économique qu’il fait peser sur nos approvisionnements.

Le graphite est un minerai qui est une forme naturelle du carbone pur. Le graphite peut également être formé à partir de charbon organique, lui même très abondant.

Le graphite fut tout d’abord appelé plombaginite, mais un géologue allemand Abraham Gotlieb Werner l’a renommé graphite a constaté ayant constaté qu’il ne contenait pas de plomb. Il s’en servait pour écrire (graphein en grec = écrire), d’où le nom graphite. On le connait aussi bien sûr dans les mines de crayon.

Le graphite, matériau vert en forte demande

Le graphite est souvent utilisé dans la fabrication des écrans pour aider à l’évacuation de la chaleur (écrans, ordinateurs et téléphones portables). Contrairement aux diamants (une autre forme allotropique du carbone), le graphite est un conducteur électrique, un métalloïde, et peut être utilisé, par exemple, dans les électrodes d’une lampe à arc. On utilise le graphite dans la métallurgie : il sert dans la fabrication des cokes des hauts-fourneaux en sidérurgie pour son excellente résistance aux températures élevées.

Ce qu’ils gagnent grâce au graphite

  • Solaire : 50-100 fois plus efficace
  • Semi-conducteur : 50-100 fois plus rapide
  • Avion : réduction de 70 % du poids
  • Militaire : propriétés permettant «l’invisibilité» des avions au radar*

Mais le graphite est de plus en plus utilisé pour la fabrication de accumulateurs électriques (piles alcalines et lithium-ion) pour des véhicules hybrides et électriques.(1) En effet, le graphite est notamment le second composant dans la fabrication des batteries lithium-ion.

La demande industrielle pour le graphite est donc forte et connait une croissance d’environ 5 % par an depuis 10 ans. Sa consommation est soutenue par  la croissance de la demande des économies émergentes de Chine, d’Inde notamment.

Notons que les nouveaux usages du graphite que sont le graphène et le Grafoil  (2) ont beau connaître la plus forte croissance, ils ne représentent que de petites quantités qui ne pèseront pas sur le marché.

2062 la fin du graphite

La production mondiale de graphite a atteint 1,1 million de tonnes en 2010, devrait continuer à augmenter de 30 % entre 2011 et 2016.  D’ores et déjà, avec 1 388 000 de tonnes, la demande dépasse largement l’offre.

Le graphite, un quasi monopole chinois


Mine de graphite canadienne
< Mine de graphite canadienne 

Comme pour d’autres minerais et terres rares, le gros des réserves est en Chine : 80 % pour les réserves de graphite. Les autres pays produisent les 20 % restants dans le monde, dont le Canada, le Brésil, Mexique, Inde, Ukraine, Brésil, Corée du Nord, Russie, Sri Lanka et Mozambique. Mais en Chine, la qualité des mines décroit : les dépôts de surface faciles à exploiter sont vidés, demandant une exploitation minière à des niveaux plus profonds associée à des couts d’exploitation plus élevés. De plus, le gouvernement a imposé une fiscalité restrictive de manière à peser sur les exportations.

Un dernier facteur va peser sur la demande : la nouvelle génération de petits réacteurs nucléaires (les Pebble Bed Nuclear Reactor ou PBNR). Si le développement nucléaire se poursuit, c’est une des technologies envisagées pour le futur, et qui consomme de grandes quantités de graphite, soit 300 tonnes de graphite au démarrage et de 60 à 100 tonnes par an par réacteur  PBNR. Le premier prototype de PBNR est en Chine, et le gouvernement chinois en prévoit 30 d’ici 2020 tandis que les États-Unis en installeraient 500 d’ici 2020 ! Cela consommerait 400 000 tonnes de graphite en flocons, soit l’équivalent de la moitié de la production mondiale actuelle.(3)

L’enjeu stratégique du graphite

Les Américains sont très embêtés de dépendre des exportations chinoises de graphite (et des autres terres rares également). En effet, ils utilisent du graphite dans les aimants de leurs missiles et leurs systèmes de guidage. Les Etats-Unis commencent donc à favoriser la recherche pour trouver des portes de sortie pour diminuer leur dépendance en terres rares et graphites. En mai 2011, le Congrès américain a adopté la Critical Minerals Policy Act 2011 pour développer et protéger les minéraux essentiels au pays. Les tensions géopolitiques au sujet des terres rares ne font que commencer…

*

Je réagis

Retrouvez le sommaire de la grande série sur la disparition des ressources naturelles et la fin des matières premières non renouvelables.

(1) Le marché du graphite est composé à 60 % de graphite amorphe et à 40 % de graphite en flocons. Seuls les flocons peuvent être raffinés à une pureté de 99,9 % pour être utilisé dans les batteries à ion lithium.
(2) Le graphène  : le graphène, couche inférieure monoatomique d’une feuille de carbone, a découvert et développé par André Geim et Konstantin Novoselov de l’université de Manchester en 2004. Ils ont reçu le Prix Nobel de Physique en 2010, où graphène a été nommé «le matériau miracle du 21e siècle.”  Le graphène – «le réseau parfait atomique” –  a été décrit comme l’élément qui” va changer la façon dont nous travaillerons et vivrons dans le futur”.  Les applications du graphène concernent l’électronique.  Le graphène offre une conductibilité 30 fois supérieure à celle du silicium.
(3) Les anciens réacteurs français  actuels de la filière graphite-gaz contiennent 3 000 t de graphite par réacteur.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, je cherche à valoriser du graphite pour un client. Il usine des pièces en graphite pur et génère +-/ 50 tonnes de poudres et un 15aine de tonnes de déchets solides divers.
    il cherche un débouché au prix stable. Any idea is welcome

  2. Bonjour. Cet article, sans être complètement faux, est plein d’inexactitudes. Il confond largement le graphite naturel et le graphite artificiel. Pour la grande majorité des usages de l’industrie, le graphite artificiel est utilisé.
    Bref, je conseille de considérer cet article avec la plus grande prudence.

  3. bonjour je veux savoir pour cristalliser une graphite natif j ai besoin 3652c mais combien d heur merci

  4. Vous parler de graphite naturel et vous mélanger dans les applications celle du graphite naturel et celle du graphite artificiel. la production du graphite artificiel est lié à la production de coke (charbon) très abondant et du pétrole… qui l’est moins lui.

    • suis interressé par votre filiere de valorisation , pouvez vous me donner sitesou informations, merci Stéphane

  5. Une mine de graphite à Toamasina est à vendre pour 1 500 000USD avec papiers complets, gisement à ciel ouvert avec possibilité de produire jusqu’à +de 1000t/mois. Cherche un acheteur ou un partenaire pour exploiter seul inconvénient il y a 14 Km de piste à faire

    Le propriétaire est vieux de 76 ans sans enfants si vous trouverez des acheteurs de graphite de très haute teneur en carbone,c’est une solution aussi.

    • Jean Norbert,
      je m’intéresse à la production de graphite à Madagascar.
      Pouvez-vous me contacter sur mon mail

  6. Si le graphite venait à manquer, je cherche en vain des filières de recyclage de graphite utilisé en industrie. Et là, ce secteur est vide à moins que vous connaissiez des filières de revalorisation ! Ce serait excellent pour notre terre.

  7. Un énorme merci à Largo de prendre du temps d’initié pour nous informer VRAIMENT ! J’aimerai bien, en effet , son métier car quand on aime SAVOIR on préfère lire LARGO que …

    Cet artiche alarmiste est loin de la réalité de LARGO et c’est ainsi que tout le monde s’en fout de tout tant on se trouve MANIPULE pour des raisons ??? d’intéret ??? X ou Y.
    Comme les médeçins qui ne donnent pas le meilleur médicament mais celui du labo où ils ont le plus d’intéret …

    • Jean-Marie

      Bonjour
      Cet article ne fait que reprendre des faits vérifiés auprès de plusieurs sources et n’a aucun autre intérêt (ni même caché :)) que de donner de l’information sur cette série qui fait le point sur où en sont les grandes ressources naturelles de la planète. Ceci dit le graphite n’est pas une ressource infinie et inépuisable : il y a bien des gisements de graphite. Vous pouvez par exemple vérifiez sur ce site canadien qui détaille les 4 types de mines de graphite : http:// http://www.mrnf.gouv.qc.ca/mines/industrie/mineraux/mineraux-proprietes-graphite.jsp. Je remercie Largo de ces précisions notamment sur le nucléaire, mais il ne me semble pas qu’elles soient en contradiction avec l’article lui même si on lit bien attentivement. Bref, chez consoGlobe, on ne cherche à manipuler personne et on accueille avec plaisir les informations complémentaires. Merci de votre fidélité !

  8. J’ai rarement lu autant d’approximations dans un court article. Le graphène n’est pas la “couche inférieure atomique” d’une feuille de graphite mais une couche monoatomique de carbone obtenue par dépôt gazeux sous vide. La filière graphite-gaz est abandonnée depuis 1969 et les quelques réacteurs en cours de démantèlement. Le graphite n’est rien d’autre que du carbone, matière extrêmement abondante ET renouvelable. Il n’y a aucun problème d’approvisionnement, surtout pour les technologies qui l’utilisent en très petite quantité comme l’électronique ou les alliages spéciaux. Les PBNR ne sont qu’une des nombreuses technologies envisagées pour les réacteurs nucléaires futurs, mais dans la plupart des pays l’abandon du nucléaire est également envisagé, donc il n’est pas du tout sûr que les projets se réalisent. L’Allemagne a ainsi développé un PBNR de 1966 à 1988 et ce pays abandonne la filière nucléaire. Cet article est un bel exemple de désinformation. Pourquoi ne pas plutôt s’inquiéter de la gestion des déchets ou de l’eau potable, problème autrement grave et urgent ?

    • Bonjour Largo, merci de votre reponse. Puis je vous demander votre métier? Merci de me répondre en privé, mon mail
      Bonne journée
      Delphine

    • j’ai de mon coté vérifié les informations de cet article et elles sont justes. Largo semble confondre pédagogie avec désinformation car ce qu’il précise et bien, l’article ne dit pas le contraire non plus. Pour ma part, je suis ingénieur dans l’industrie minière et cet article me parait une bonne vulgarisation grand public

Moi aussi je donne mon avis