Equiper

Duel écologique : Ecran Plasma vs Ecran LCD

Ecran plasma et LCD : les écrans plats envahissent les rayons et nos salons… Et pourtant leur impact écologique n’est pas négligeable. Alors laquelle de ces 2 technologies allie le mieux confort des yeux… et de la planète ?

Ecran Plasma

Les pour : qualité de l’image, idéal pour le Home cinéma
Les contre : consommation énergétique ++, prix, recyclage

Les écrans plasma utilisent de microscopiques cellules de plasmas gazeux, qui activées par un courant électrique, vont générer une image.

Consommation d’énergie : pour des écrans de grande taille, la consommation maximale (quand une image entièrement blanche est affichée) peut varier de 280 (42 pouces) à plus de 500 W (pour un 50 pouces) ! Certains écrans plasma géants engloutissent en 4 heures l’équivalent de la consommation électrique de
deux réfrigérateurs-congélateurs sur la même durée ; d’où leur surnom de « 4X4 » des salons !
Avantage aux LCDs, avec à taille d’écran
égale, un surcoût de consommation du plasma de l’ordre de 10
à 30 %.
De plus, l’écran chauffe beaucoup et qu’il est nécessaire de
le refroidir grâce un système de ventilateurs.

Recyclage et toxicité : recyclage complexe et coûteux ; les écrans contiennent des poudres
électroluminescentes pouvant contenir du
cadmium, qu’il faudrait retirer ; une opération très difficile, parce
que ces poudres sont encapsulées dans le verre.

Prix  :   très chers à l’origine, les modèles les plus basiques sont dorénavant accessibles pour un prix tournant autour de 500€,  même si les plus grands modèles restent hors de prix (5000 euros pour des 45+ pouces !). Cependant, le plasma garde l’avantage du prix par rapport au LCD sur les très grandes tailles (> 46 pouces).

Qualité de l’image : légèrement supérieure au LCD, en
particulier grâce à des noirs plus profonds, un meilleur rendu des
couleurs et un angle de vision plus large.

Durée de vie  :  un des points faibles des premiers modèles mais la plupart des manufacturiers proposent maintenant des
appareils ayant une durée de vie supérieure à 40 000 heures, voir de 60 000 heures (équivalent au LCD). 

Ecran LCD

Les pour : léger, insensible aux variations de température, modèles plus abordables
Les contre : consommation énergétique +, recyclage, toxicité

Les écrans LCD (Liquid Crystal Display ou affichage à cristaux
liquides) sont constitués de cristaux liquides
entre 2 dalles de verre, agissant comme un filtre
destiné à ne laisser passer que les couleurs constituant l’image.
A dimensions égales, ils sont plus légers que les écrans plasma avec aussi 1 pouce de moins en épaisseur.

Consommation d’énergie : malgré une consommation énergétique inférieure au plasma, les LCD consomment également beaucoup en raison du rétro-éclairage constant. A noter que certaines marques ont adopté un
rétro-éclairage à LED, ce qui génère une baisse conséquente de consommation électrique.
Comptez une moyenne de 200 Wats pour les 32 pouces, 250 Wats pour les 40 pouces et 350 watts pour les 52 pouces.

Recyclage et toxicité  : recyclage complexe et coûteux ; certaines
lampes de rétro-éclairage utilisent du mercure, un
métal hautement toxique.
  Les recherches se poursuivent quant à la toxicité des cristaux liquides (environ 1,3 g dans un appareil de 15 Kg). Des programmes de recherches sont aussi en cours pour récupérer l’oxyde d’indium contenu dans ces écrans, une ressource dont les réserves naturelles connues ne pourraient satisfaire la demande que pour les 12 prochaines années !

Prix : plus "abordable" que le plasma car propose des écrans de plus petites dimensions : on peut trouver des écrans  pour 500 euros, mais les prix
peuvent surpasser ceux des écrans plasma à taille
équivalente (jusqu’à 3000 euros pour des modèles 36 pouces !).

Qualité de l’image : réputée légèrement inférieure au plasma (noir moins profond, angle de vision plus faible) même si les écarts s’amenuisent pour les modèles haut de gamme.

Durée de vie  : supérieure en moyenne au plasma ; comptez entre 50 000 et 60 000 heures soit une durée de vie de 33 ans, à raison de 5 heures d’utilisation quotidienne.

Le verdict consoGlobe

Ecran Plasma : 5 / 10
Ecran LCD : 5 / 10

Et si on gardait notre bon vieux tube cathodique ?

Selon le
rapport Remodece (juillet 2008), le poste audiovisuel consomme 546 kwh par an, soit 8,3 % de la consommation en chauffage
d’une maison neuve de 110 m² ! Toujours selon ce rapport, les technologies LCD et plasma
consomment respectivement 1,6 et 3,5 fois plus que les télé à tube
cathodique
, malgré le développement de modèles plus "économes" en énergie.

Cette surconsommation des nouvelles technologies est principalement due au "gigantisme" des écrans  ; or plus ce dernier
est grand, plus il consomme d’énergie ! Les nouveaux écrans plats, à technologie LCD ou
plasma, sont, en effet, de plus en plus grands : si le format 40-44
pouces (100-111 cm) domine encore le marché mondial, il est concurrencé
par le format 50-59 pouces, selon le cabinet d’études iSuppli.

Selon des travaux
réalisés en Grance-Bretagne, une hausse
de 6 % du marché des écrans plats en volume d’ici à 2010 entraînera
une augmentation de 64 % de la consommation
électrique
de son parc national de téléviseurs !

De même, un écran plat
ne va pas sans son lecteur DVD, son adaptateur
TNT, sans oublier son boîtier de connexion ADSL, qui
ne font qu’augmenter la facture, d’autant plus que le
tout reste souvent en veille !

Sans compter sur leur filière de recyclage plus coûteuse et toujours en cours de développement. Le temps de démantèlement d’un écran plat est supérieur à celui d’un
écran à tube cathodique, pour un poids unitaire moyen inférieur. Si d’autres technologies d’écrans plats se développent également (SED,
OLED, ELD, FED), leur incidence sur la composition des déchets
d’écrans ne sera pas significative avant l’horizon 2020.

Alors, pourquoi ne pas garder son vieux tube cathodique, en attendant des progrès sur le plan écologique ?

Si vous voulez vraiment investir dans un écran plat, que ce soit LCD ou Plasma, sachez que :

  • des modèles intègrent un procédé, souvent baptisé mode éco, avec des capteurs qui mesurent la luminosité de la pièce et adaptent
    le rendu de l’image en fonction.
  • des modèles portent l’éco-label Energy Star qui s’applique
    aux téléviseurs qui consomment 30 % de moins que le standard
    conventionnel.